Tunisie : la violence islamiste s’invite

Algerie, Lybie, Egypte, Nigeria, Somalie, ...
-

Tunisie : la violence islamiste s’invite

Nouveau messagede user1 » 16 Oct 2011 17

De quelque côté que l’on appréhende le problème, il est difficile de ne pas relever les similitudes avec la situation et l’atmosphère qui prévalaient en Algérie à la fin des années 1980 et au début des années 1990.

Le domicile du P-DG de la chaîne de télévision privée Nessma, dont les islamistes tunisiens ont revendiqué la fermeture après la diffusion, la semaine dernière, du film d’animation Persépolis, a été attaqué par une centaine d’hommes armés de sabres et de cocktails Molotov.

Une vingtaine d’entre eux ont réussi à s’introduire à l’intérieur de la maison, qu’ils ont saccagée avant de tenter de l’incendier, et ont agressé une femme de ménage qui s’y trouvait et qu’il a fallu hospitaliser, selon les informations diffusées par la chaîne. Le P-DG de la chaîne, Nabil Karoui, qui a déjà déclaré avoir reçu des menaces de mort, s’est dit inquiet pour lui-même et sa famille, car la menace qui pèse sur eux ne s’est pas estompée malgré ses excuses publiques après la diffusion d’une séquence du film représentant Dieu sous forme d’un vieillard
avenant.


EDIT mettre court extrait

Sources et suite de l'article sur ce lien:
http://www.liberte-algerie.com/actualit ... luralistes


Je crois bien qu'ils vont réédité l'épisode algérien des anneés 1990.
user1
 
Messages: 2110
Inscription: 29 Oct 2010 15
Localisation: skype: bkfsolo

Re: Tunisie : la violence islamiste s’invite

Nouveau messagede user2 » 16 Oct 2011 17

persepolis, il faut vraiment que je prenne le temps de regarder ce film pour comprendre ce qui leur fait bouillir le sang comme ça.

les musulmans n'aiment pas le cinema.
ni le theatre
ni la litérature
ni la peinture, ni la musique et encore moins les sculptures qui représentent des femmes toutes nues x17

Image

je mérite 90 coups de fouets rien que pour ça! x32
user2
 
Messages: 1655
Inscription: 14 Juil 2010 22

Re: Tunisie : la violence islamiste s’invite

Nouveau messagede user3 » 16 Oct 2011 17

A écouter certains muslims, ils ne sont pas musulmans ces gens-là....... mais c'est drôle quand même qu'il n'y ait pas de violence chrétienne dans ces pays...... x22
user3
 
Messages: 1462
Inscription: 23 Aoû 2011 07

Re: Tunisie : la violence islamiste s’invite

Nouveau messagede user2 » 16 Oct 2011 17

CFC a écrit:A écouter certains muslims, ils ne sont pas musulmans ces gens-là....... mais c'est drôle quand même qu'il n'y ait pas de violence chrétienne dans ces pays...... x22


ah ben oui mais non!!

C'est pas ça l'islam, tu sais bien..

n'empêche je rigole mais cette pauvre femme de ménage qu'ils ont envoyée à l'hopital, c'est grave quand même. en plus elle n'y est pour rien x06
user2
 
Messages: 1655
Inscription: 14 Juil 2010 22

Re: Tunisie : la violence islamiste s’invite

Nouveau messagede yacoub » 19 Oct 2011 15

Bourguiba "l'islam est ce qu'en font des musulmans."

Avatar de l’utilisateur
yacoub
 
Messages: 4414
Inscription: 4 Juil 2010 13
Localisation: France

Re: Tunisie : la violence islamiste s’invite

Nouveau messagede yacoub » 28 Oct 2011 14

Serge July d'accord avec la prise du pouvoir des islamistes en Tunisie.
Il ne faut pas renouveller l'erreur de 1992, en Algérie, qui a privé le FIS de sa victoire des urnes,
ce qui a conduit à la guerre civile qui a fait 300 000 morts et qui a rendu l'Armée plus arrogante que jamais.

Avatar de l’utilisateur
yacoub
 
Messages: 4414
Inscription: 4 Juil 2010 13
Localisation: France

Re: Tunisie : la violence islamiste s’invite

Nouveau messagede AlBan » 29 Oct 2011 16

Ennahda c'est l'autre nom du MTI (Mouvement de la tendance islamique), organisation terroriste qui a commis plusieurs attentats dont faisait parti bien sûr Ghanouchi. Ennahda signifie "la renaissance", la renaissance de quoi ? Du MTI bien entendu.
Bourguiba voulait exécuter Ghanouchi puisqu'il a été impliqué dans des attentats mais Ben Ali l'a persuadé de le laisser en vie pour ne pas en faire un martyr. Les tunisiens ont voté en masse pour un terroriste et son organisation criminelle.
Reste une question: Ennahda va-t-il battre le record de leurs cousins du GIA ?
AlBan
 
Messages: 509
Inscription: 17 Mai 2011 17

Re: Tunisie : la violence islamiste s’invite

Nouveau messagede yacoub » 22 Nov 2011 16

Allah est grand et Bernard-Henri Lévy est son prophète !


Tunisie : Printemps arabe ou hiver islamiste ?

Mezri Haddad, ancien ambassadeur de la Tunisie à l’Unesco qui avait démissionné pour soutenir la révolution ayant renversé Ben Ali, s’inquiète aujourd’hui de l’évolution de cette révolution au profit des islamistes.
Mezri Haddad, ancien ambassadeur de la Tunisie à l’Unesco s’inquiète aujourd’hui de l’évolution de cette révolution au profit des islamistes
Mezri Haddad, ancien ambassadeur de la Tunisie à l’Unesco s’inquiète aujourd’hui de l’évolution de cette révolution au profit des islamistes SIPA

FRANCE-SOIR Le parti islamiste Ennahda est sorti vainqueur des élections tunisiennes. Partagez-vous l’avis de ceux qui affirment que ce parti serait devenu « démocrate » et qu’il aurait rompu avec toute pensée totalitaire ?

M. H. Je ne partage pas cet avis.
Si je ne juge pas les dirigeants d’Ennahda, je constate que son idéologie est fondée sur la confusion totale du religieux et du politique.
Elle ne peut donc être que philosophiquement totalitaire.

F.-S. Avez-vous des exemples précis de la volonté des islamistes tunisiens d’instaurer progressivement un régime religieux, liberticide, étouffant les voix discordantes, notamment celles des laïques ?

M. H. Les islamistes tunisiens ne couperont pas la main aux voleurs, ils ne reviendront pas tout de suite sur le Code du statut personnel bourguibien qui accorde aux femmes des droits comme nulle part ailleurs dans le monde arabe.
Ils ne fermeront pas non plus les hôtels, mais ils feront appel au tourisme islamique. Ils ne reviendront pas sur les orientations libérales de l’économie tunisienne, mais ils accentueront au contraire les pratiques de l’économie de marché, selon l’orthodoxie américaine. Ils ne forceront pas les femmes à porter le voile, mais c’est la pression sociale qui les y contraindra. Ils n’aboliront pas le système de l’éducation nationale modernisé par Mohamed Charfi, mais ils réformeront les manuels scolaires dans le sens contraire. Ils ne changeront pas radicalement les lois civiles et pénales, mais ils travailleront à leurs progressive « chariatisation »… Dans tous les domaines de la vie politique, économique, sociale et culturelle, ils procéderont par petites touches, de façon graduelle, par islamisme « modéré ». Tout dépendra aussi du poids et de l’action des mouvements progressistes.

F.-S. Comment expliquez-vous que tant de femmes tunisiennes et tant de jeunes modernes, « mondialisés », branchés Facebook et Twitter, aient pu voter en faveur des islamistes ?

M. H. Je ne pense pas que les femmes modernes et les jeunes, ouverts sur le monde, aient pu voter pour les islamistes.

Mais que représentent ces catégories sociales en Tunisie ? Peu de monde. La majorité des électeurs pensent réellement que l’islamisme incarne la pureté morale, que voter pour eux c’est agir en « bon musulman ». C’est cette confusion entre islam et islamisme qui constitue la force majeure d’Ennahda. Si l’acte d’élire est psychologiquement conditionné par la crainte de l’enfer ou la convoitise du paradis, le jeu démocratique est d’emblée faussé.

F.-S. Dans ces conditions, comment voyez-vous le futur de la Tunisie ? Les acquis progressistes de Bourghiba sont-ils à terme en danger ?

M. H. En politique, c’est comme dans les mathématiques : il y a des équations à plusieurs inconnues et il y a aussi des impondérables. Tout pourrait arriver, mais tout dépendra aussi de la résistance des forces de progrès, de la société civile, des musulmans éclairés. Il est certain que les islamistes cultivent à l’égard de Bourguiba une haine pathologique. Ces acquis ne sont donc pas irréversibles. Ils ne sont pas pour autant menacés dans l’immédiat. D’abord parce que les islamistes adopteront le « gradualisme » comme tactique. Ensuite parce que les stratèges américains ont encore besoin du bon modèle démocratique tunisien pour faire tomber la Syrie, ensuite probablement l’Algérie. Comme disait le pape Jean-Paul II aux Polonais, « N’ayez pas peur », Obama dira aux Arabes « l’islamisme, c’est l’avenir » ! A vous la charia, à nous le pétrole. Chacun sa religion !

F.-S. D’après vous, l’hiver islamiste peut-il être pire dans d’autres pays, comme l’Egypte ou la Libye, moins enracinés dans la liberté et moins avancés que la Tunisie ?

M. H. Tout à fait. En Egypte, je pense que les islamistes en général et les Frères musulmans en particulier vont faire un score encore meilleur que celui d’Ennahda. Pour la Libye, si elle parvient à sauvegarder son unité territoriale, le régime sera au mieux une copie du wahhabisme du Qatar, au pire une réplique du talibanisme afghan. Dans chaque pays touché par le « printemps arabe », l’islamisme prendra la forme sociologique et psychologique des peuples en question.

F.-S. Quid du fameux « modèle turc », qui incarnerait une voie « islamiste modérée », conciliant démocratie, modernité, islam politique et capitalisme ?

M. H. C’est en effet un « modèle » en matière d’atteinte à la liberté d’expression, de répression des populations kurdes, et même de gestion économique, de diplomatie et d’atlantisme ! Soyons sérieux, l’AKP n’a jamais été un parti exclusivement islamiste. C’est plutôt un rassemblement de plusieurs sensibilités. De plus, l’AKP n’a pas choisi d’être ce qu’il est, mais il y a été contraint par une démocratie qui lui est antérieure, par une armée qui veille à l’héritage kémaliste et par un parti nationaliste qui conserve son poids politique. Toutes ces conditions n’existent pas en Tunisie, en Egypte, et encore moins en Libye. L’islamisme modéré est une symphonie anesthésiante que certains spécialistes ou observateurs occidentaux nous chantent depuis déjà quelques années. L’islamisme turc est évidemment aux antipodes de l’islamisme taliban et de l’islamisme du Qatar. Il est sans commune mesure avec l’islamisme iranien. Il n’en reste pas moins vrai que l’islamisme est une doctrine théologico-politique où la foi est loi. Si l’islamisme modéré existe, pourquoi M. Sarkozy ne le reconnaîtrait-il pas en France ? Après tout, il y a plus de musulmans en France qu’en Libye ! Une députée en burka ou un sénateur enturbanné, ce serait l’expression même de la diversité culturelle.

F.-S. Quel serait votre mot de la fin ?

M. H. Allah est grand et Bernard-Henri Lévy est son prophète !
Avatar de l’utilisateur
yacoub
 
Messages: 4414
Inscription: 4 Juil 2010 13
Localisation: France

Re: Tunisie : la violence islamiste s’invite

Nouveau messagede yacoub » 2 Déc 2011 11

    Tunisie: nouvelle manifestation contre les islamistes.


    Plus d'un mois après l'élection du 23 octobre, remportée par les islamistes d'Ennahda, la Tunisie n'a pas de gouvernement.

    Des milliers de personnes ont manifesté devant le siège de l'Assemblée constituante à Tunis pour exprimer leurs inquiétudes sur le chômage, l'intégrisme religieux ou la corruption.
    "Ni mini-jupe ni Niqab" pouvait-on lire ce matin sur les pancartes des manifestants à l'entrée de l'assemblée nationale, où se déroulent actuellement les discussions sur le prochain gouvernement. Aujourd'hui, des milliers de personnes, etudiants, enseignants sont venus crier leur colère suite aux évènements qui ont récemment touché l'université de Manouba, dans la banlieue de Tunis. Tout à commencé il y a trois jours lorsqu'un groupe de personnes souhaitait imposer l'inscription d'une étudiante vetue de niqab, le doyen de l'université qui a refusé cette inscription aurait été agressé et un sit-in avait eu lieu pour revendiquer le port du niqab au sein des institutions académiques et éducatives. Aujourd'hui, les universités de Tunis ont déclaré une grève générale pour soutenir l'interdiction du niqab dans les universités, un mouvement qui arrive dans une période de tension en Tunisie. En effet, le parti islamiste Ennahda, vainqueur des dernières élections est largement critiqué sur les pouvoirs qu'il pourrait obtenir au sein du prochains gouvernement. Autre sujet de tension, le bassin minier de Gafsa, une ville située dans les régions interieures du pays fortement touchée par le chomage, plusieurs ouvriers de cette ville présents à la manifestations ont dénoncé le chomage et la corruption qui regnerait au sein de la compagnie générale des phosphates, le principale employeur du bassin miniser. Alors que négociations continuent sur le fonctionnement de l'assemblée constituante et le partage des pouvoirs, une partie des tunisiens souhaite plus de transparence dans ces discussions, "la politique se fait dans la rue et pas dans les chambres closes" ont scandé les manifestants.
Avatar de l’utilisateur
yacoub
 
Messages: 4414
Inscription: 4 Juil 2010 13
Localisation: France

Re: Tunisie : la violence islamiste s’invite

Nouveau messagede yacoub » 11 Déc 2011 12

    L'inquiétude grandit autour de la "police des moeurs" en Tunisie

    Les Tunisiens redoutent qu'un comité de prévention du vice ne vienne mettre en danger leurs libertés, mais le fondateur de ce groupe affirme qu'il ne s'en tiendra qu'à confirmer "l'identité islamique de la Tunisie".


    [AFP/ Fethi Belaid] Les manifestations des salafistes à l'extérieur de l'Université de Manouba révèlent des tensions croissantes au sein de la société tunisienne.
    Des hommes barbus traînant dans les rues et frappant à coups de bâton ceux qu'ils perçoivent comme différents de leur secte, terrifiant les femmes et les jeunes. Monia Jawadi, une Tunisienne, décrit avec force ce à quoi pourrait ressembler le pays si ce dernier devait institutionnaliser sa première police des moeurs.

    Des communiqués laissant entendre que la Tunisie pourrait créer un comité de promotion de la vertu et de prévention du vice sont à l'origine d'une vague d'anxiété parmi les citoyens, en particulier dans la mesure où le pays lutte encore pour préserver ses acquis sociaux.

    "Ce serait un désastre majeur si un tel comité obtenait une autorisation légale", déclare Jawadi, qui ajoute que cette instance serait "étrangère" à la Tunisie et à ses coutumes.

    Adil El Almi, fondateur du comité, affirme toutefois que la création d'une police religieuse est devenue "indispensable" dans le pays.

    "La récente élection a prouvé qu'on ne peut pas remettre en question l'identité islamique de la Tunisie", a-t-il expliqué à Magharebia.

    "Notre domaine d'activité sera principalement social, et nous tenterons de trouver des solutions aux problèmes avant qu'ils ne soient confiés aux tribunaux", indique-t-il. "Nous redresserons aussi les torts et défendrons les opprimés. Nous commencerons par cela, puis suivrons une politique faite d'étapes graduelles et de débats".

    L'institution se compose "d'un organisme de la charia comprenant un certain nombre d'érudits et d'experts en jurisprudence de la charia islamique, ainsi que de spécialistes issus des instances législatives et médiatiques", ajoute El Almi, précisant que ce groupe devrait "soumettre prochainement une candidature pour se lancer dans le travail associatif".

    "Nous pensons que les Tunisiens en seront fiers, et qu'ils n'auront plus à recourir aux chaînes satellitaires religieuses en quête de fatwas", poursuit-il. "Le travail de cette instance de la charia sera directement lié aux érudits, et nous n'aurons donc plus besoin des fatwas délivrées par les imams du Moyen Orient."

    Le comité d'El Almi a protesté contre la nomination d'Iqbal Gharbi au poste de directrice de la station religieuse de radio Zaytouna. Lors de sa première apparition publique, le groupe a organisé une manifestation en face du siège de la station pour réclamer son départ.

    "Si une autorisation légale était octroyée à ce comité, il viendrait se placer en parallèle à l'autorité de l'Etat, ce qui n'est pas concevable dans un Etat de droit et d'institutions", a déclaré Gharbi à Magharebia. "Nous respecterons la loi si cette autorisation est accordée, mais je pense qu'elle ne le sera pas ; nous nous retrouverions avec Etat au coeur de l'Etat".
    Commentant cette manifestation, elle a déclaré : "Les agissements de ce comité constituent une violation complète des droits de l'Homme, car il s'est opposé à moi sur la base de ma philosophie et de mes opinions. Ce comité a donc violé ma liberté d'expression, et il juge les consciences d'autrui. Il deviendrait une sorte de force de police religieuse, totalement étrangère à la civilisation et aux moeurs tunisiens".

    Pour sa part, Hicham Mouaddeb, porte-parole du ministère de l'Intérieur, a déclaré à Magharebia que son ministère est "chargé de l'octroi des autorisations délivrées aux organisations et aux partis après la révolution".

    Or, la loi tunisienne interdit les associations qui "fondent leur organisation, leurs programmes ou leurs activités sur des appels à la violence, à la haine, à l'intolérance et à la discrimination sur la base de la religion, du genre ou de la région", a-t-il répété.

    "Quelles sont les entités dissimulées derrière ces groupes, qui sèment la panique parmi les citoyens ?", s'interroge Mohamed Belsadek. "Elles sont certainement porteuses d'un Islam politique, visant notamment à imposer le voile, quand bien même ce serait au nom d'un comité pour la promotion de la vertu et pour la prévention du vice".
    Source Magharebia – 07/12/11
Avatar de l’utilisateur
yacoub
 
Messages: 4414
Inscription: 4 Juil 2010 13
Localisation: France

Re: Tunisie : la violence islamiste s’invite

Nouveau messagede yacoub » 18 Déc 2011 15

    Les Français sont ceux qui comprennent le moins le monde arabe


    M. Marzouki défend "le bon contrat de gouvernement" conclu avec les islamistes qui "pour la première fois acceptent la démocratie et les droits de l'homme".

    Les Français, "prisonniers d'une doxa au sujet de l'islam", sont "souvent ceux qui comprennent le moins le monde arabe", déplore dimanche le nouveau président tunisien Moncef Marzouki pour qui les craintes des Occidentaux à l'égard des islamistes d'Ennahda sont "absurdes".

    "J'ai très peu apprécié des considérations culturalistes, pour ne pas dire racistes, formulées à Paris par certains, dont l'ancien ministre des Affaires étrangères Hubert Védrine qui se demande si l'Occident doit exporter sa démocratie. Comme si la démocratie était propre aux pays occidentaux", fustige M. Marzouki dans un entretien au Journal du Dimanche.

    "L'esprit colonial, c'est terminé. La Révolution de janvier 2011 nous a donné la démocratie, la République et finalement l'indépendance", ajoute-t-il. L'ancien opposant de gauche et défenseur des droits de l'homme, longtemps exilé en France, estime que "les craintes à l'égard d'Ennadha sont absurdes".

    "Notre société recèle une partie conservatrice et une autre moderne. L'expression politique du conservatisme, c'est l'islamisme. Vous avez des partis démocrates-chrétiens en Europe, nous avons un parti démocrate islamiste", juge-t-il.

    M. Marzouki défend "le bon contrat de gouvernement" conclu avec les islamistes qui "pour la première fois acceptent la démocratie et les droits de l'homme".

    "J'ai aidé à rapprocher les islamistes de la démocratie et des droits de l'homme; eux m'ont influencé en me persuadant que vous ne pouvez pas réformer ce pays sans prendre en considération la religion et l'histoire", assure-t-il. Moncef Marzouki a nommé officiellement mercredi l'islamiste Hamadi Jebali, le numéro deux du parti Ennahda, au poste de chef de gouvernement.

    http://www.lalibre.be/actu/internationa ... arabe.html
Avatar de l’utilisateur
yacoub
 
Messages: 4414
Inscription: 4 Juil 2010 13
Localisation: France

Re: Tunisie : la violence islamiste s’invite

Nouveau messagede yacoub » 18 Déc 2011 16

Tunisie, Egypte, etc. : les femmes toujours trahies en 2011 !

Elles ont fait les révolutions arabes et maintenant elles trinquent...
La femme, c’est décidément leur faille à tous ! La faille des islamistes, des néo-islamistes, des crypto-islamistes et j’en passe, en saluant au passage ( avec mon foulard salafiste de fabrication égypto-révolutionnaire) les admirateurs parisiens de tous ceux que je viens de citer.

Ainsi, Moncef Marzouki, le nouveau président de la république tunisienne, naguère opposant exilé et figure de la lutte pour les droits de l’homme, a livré le 13 décembre, lors de son discours d’investiture, sa version personnelle des droits de la femme. Le successeur de Ben Ali, qui doit sa position à son alliance avec le parti Ennahda désormais au pouvoir, s’est en effet fendu d’une phrase étrange. S’exprimant en arabe, il a déclaré : « Nous protègerons les femmes qui portent le niqab, les femmes qui portent le hijab et lessafirat… »

Les safirat ? Un terme péjoratif utilisé dans le Golfe, grand pourvoyeur de fonds des partis islamistes internationaux et frères nourriciers de leur propagande obscurantiste, pour qualifier les femmes « à la tête nue ». De tête nue à nue intégrale, dans l’esprit obsédé des opinions sous domination psychologique et fantasmatique islamiste, il n’y a qu’un pas à franchir. En France aussi, d’ailleurs, sinon comment expliquer l’engouement des juvéniles enfoulardées ?

Mais revenons à Carthage : Moncef Marzouki savait pertinemment ce qu’il faisait et ce qu’il disait. La preuve en est cet ordre de protection donné en premier lieu aux femmes en niqab ! Au moment même où , devant la faculté de la Manouba, se poursuit le face-à-face entre l’administration et les salafistes qui veulent imposer l’accueil des étudiantes intégralement voilées à la saoudienne. Les « Belphégor » ou encore les « 404 bâchées » comme les appelaient les Algériens des années de sang en riant de rage au milieu de leur tragédie. Honneur d’abord, dixit Marzouki, au niqab, puis au hijab, enfin à une espèce assez dévalorisée : celle des « safirat ».

Seulement, à Tunis, aujourd’hui, c’est un tollé. La presse, les sites internet, les tweets sont pleins des protestation des « safirat » si mal nommées, des dévoilées qui ont fait la révolution, des jeunes et moins jeunes allergiques à l’impératif imbécile et mensonger de couverture de la chevelure ( « nulle part dans le Coran », me confirmait il y a une semaine au Caire le propre frère du fondateur des Frères Musulmans, le vieux Gamal al Banna) : ce sont elles qui se sont battues, dans la rue, face aux flics, pour la liberté ! Et les voilà désignées du bout des lèvres, sèchement, au bout de la liste, comme des extra-terrestres fort déshabillées, par le nouveau locataire du palais de Carthage. Preuve, une nouvelle fois, que les accommodements avec les islamistes – en échange du fauteuil de Raïs- ne mènent… qu’à l’islamisme !

Heureusement, les Tunisiennes ne vont pas lâcher. Dans les messages que je reçois de mes amies enseignantes, le découragement est sans cesse contrebalancé par la saine colère, mère de tous les courages. Monsieur Marzouki, Monsieur le Président de la République Tunisienne libérée par des femmes sans peur et des hommes épris de toutes les libertés, vous ne parviendrez pas à jeter un linceul sur les droits et les combats des femmes les plus libres du monde arabe ! Il se déroulera dans les mois qui viennent, en Tunisie, un affrontement idéologique tel que l’islamisme mis à nu sera contraint, soit de s’enkyster dans l’autoritarisme comme il en a donné la preuve en tentant d’attribuer tous les pouvoirs à l’exécutif, soit de négocier avec une opposition moderniste beaucoup plus large qu’on ne le dit.

En Egypte, dont je reviens, la situation des femmes est bien pire et les perspectives sont beaucoup plus sombres dans ce vaste pays analphabète à 40% et dont la moitié de la population ( notamment au Caire) vit en dessous du seuil de pauvreté.
Avatar de l’utilisateur
yacoub
 
Messages: 4414
Inscription: 4 Juil 2010 13
Localisation: France

Re: Tunisie : la violence islamiste s’invite

Nouveau messagede yacoub » 18 Déc 2011 16

Les agressions sexuelles, les humiliations sont le lot des Egyptiennes. De toutes les Egyptiennes, voilées ou non, jeunes ou vieilles. Certes, l’ignorance, la misère, l’impossibilité économique de mener une vie normale en se mariant, entrent en jeu dans ce harcèlement permanent (dont on ne dit pas grand-chose, je note, dans les milieux féministes si prompts à s’émouvoir vers Saint-Germain-des-Prés) mais le responsable, c’est aussi, et surtout, l’affreux lavage de cerveau salafiste.

Le célèbre et génial écrivain Alaa El Aswany le dénonce aujourd’hui dans ses « Chroniques de la révolution égyptienne « ( chez Actes Sud) : « La cause originelle de l’extension prise par le harcèlement est, à mon avis, la modification de notre regard sur les femmes…Notre pays a été victime d’une vague impétueuse de pensée salafiste wahhabite…la femme, pour les salafistes, est avant tout un corps et ce qui les préoccupe le plus, c’est de cacher ce corps…ce point de vue en fait automatiquement, à n’importe quel moment, une proie sexuelle virtuelle, un être presque dépourvu de volonté morale, qui doit toujours être accompagnée par un homme de sa famille pour la protéger contre les autres et également contre elle-même…Cette vision arriérée de la femme, maintenant répandue en Egypte, a malheureusement été importée des sociétés bédouines venues du désert… »

Cette vision arriérée est précisément celle qui a infecté les sociétés musulmanes contemporaines. C’est elle qui a façonné le discours des partis islamistes, du Maghreb au Moyen-Orient, et dicté les réflexes obsédés des opinions malheureuses. Moncef Marzouki, lui-même, n’y échappe pas en utilisant le terme « safirat » pour désigner les femmes qui ne se voilent pas et préfèrent rafraichir leur cerveau au libre vent de la rationalité féconde. Quant aux salafistes égyptiens, dont le président tunisien ( en théorie non-islamiste puisque leader fondateur du Congrès pour la République) serait si éloigné, ils effacent le visage de leurs candidates sur les affiches !

L’un de leurs gourous, Hazem Abou Ismail, candidat salafiste du parti Nour ( « Lumière » !) à la présidence égyptienne, jure qu’il interdira aux hommes et aux femmes de marcher ensemble dans la rue s’il est élu…L’islamisme, c’est toujours moins : moins de démocratie ( « la démocratie c’est un moyen, le but c’est la charia » m’a déclaré clairement, au Caire, Mohammed Morsi, leader victorieux du parti islamiste égyptien Liberté et Justice) moins de droits, et pour finir : moins de visage. Pas de visage.

Pour finir, et vraiment, sur le mode tragique : en Arabie Saoudite, on vient de décapiter une femme pour « sorcellerie ». Elle a été jugée en bonne et due forme islamiquement correcte par un tribunal : cette rebouteuse, Amina Bent Abdelhalim Nassar, était coupable d’avoir négocié quelques remèdes. Ce coup de sabre est sans doute un effet des « changements » annoncés par le prince Nayef, nouvel homme fort de la monarchie, et grand allié – en pétrodollars- des salafistes qu’il espère bien voir triompher à l’étape finale des révolutions arabes…


Mercredi 14 Décembre 2011
Martine Gozlan - Marianne
Avatar de l’utilisateur
yacoub
 
Messages: 4414
Inscription: 4 Juil 2010 13
Localisation: France

Re: Tunisie : la violence islamiste s’invite

Nouveau messagede manny35000 » 18 Déc 2011 18

Je pars en Tunisie demain, je vous raconterai ca, je vais voir si les barbus font la loi.
Avatar de l’utilisateur
manny35000
 
Messages: 454
Inscription: 17 Mai 2011 17

Re: Tunisie : la violence islamiste s’invite

Nouveau messagede yacoub » 18 Déc 2011 19

manny35000 a écrit:Je pars en Tunisie demain, je vous raconterai ca, je vais voir si les barbus font la loi.

x17 x31
Bon voyage et bon séjour.
Avatar de l’utilisateur
yacoub
 
Messages: 4414
Inscription: 4 Juil 2010 13
Localisation: France

Re: Tunisie : la violence islamiste s’invite

Nouveau messagede manny35000 » 18 Déc 2011 19

merci Yacoub
Avatar de l’utilisateur
manny35000
 
Messages: 454
Inscription: 17 Mai 2011 17

Re: Tunisie : la violence islamiste s’invite

Nouveau messagede user2 » 18 Déc 2011 20

manny35000 a écrit:Je pars en Tunisie demain, je vous raconterai ca, je vais voir si les barbus font la loi.


ah bon, tu pars? Pour du travail ou des vacances?

Bon voyage en tout cas, tu as bien raison de filer au soleil.
x15
user2
 
Messages: 1655
Inscription: 14 Juil 2010 22

Re: Tunisie : la violence islamiste s’invite

Nouveau messagede manny35000 » 18 Déc 2011 22

Je pars une semaine pour le mariage d'un ami, je vais à hammamet.
Avatar de l’utilisateur
manny35000
 
Messages: 454
Inscription: 17 Mai 2011 17

Suivante

Retourner vers Afrique

 


  • Articles en relation
    Réponses
    Vus
    Dernier message

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 5 invités

cron