80% des collabos de la 2nd guerre mondiale sont de la gauche

Preuves archéologiques sur l'islam et la bible

80% des collabos de la 2nd guerre mondiale sont de la gauche

Nouveau messagede Morpheus » 23 Juil 2012 13

Eh oui, ça fait mal, la vérité dérange explique le Rabbin Haïm Harboun au début d’un article au ton visiblement irrité par la façon dont la gauche morale réécrit sa propre histoire.

« Il est temps que l’on lève le voile posé par les historiens des années 70 et 80 qui se sont largement employés à revisiter l’histoire pour sauver leurs meubles ! » ajoute-t-il naïvement, car nous savons nous qu’aucun voile ne sera levé ni par les historiens, ni par l’éducation nationale, ni par les journalistes, ni encore moins, et cela laisse perplexe, par la droite, qui se laisse diaboliser par les socialistes sans réagir.

Le Rabbin Harboun cite ici Simon Epstein, l’économiste et historien, auteur entre autres de “Un paradoxe français*”. Extraits choisis.

Mensonge de gauche n°1 : les collaborationnistes pendant la seconde guerre mondiale étaient majoritairement à l’extrême droite. C’est tout l’inverse. La majorité des premiers résistants était issue de l’Action Française qui prônait le “nationalisme intégral” et était germanophobe.

Mensonge de gauche n°2 : la gauche pacifiste, antiraciste et philosémite a majoritairement composé la Résistance. C’est tout l’inverse. Les pacifistes ont continué d’être pacifistes sous la botte des nazis (comme les dreyfusards).

Plus précisément, le pacifisme fut le vecteur principal de la collaboration, et les pacifistes furent donc très nombreux à collaborer.

Georges Suarez, qui fut l’ami de Joseph Kessel dans les années 20 et le biographe de Clémenceau et de Briand est un bel exemple de cette logique de gauche qui mène du pacifisme au nazisme. Par souci de réconciliation franco-allemande, il devint, sous Vichy, un pronaziste effréné, et fut le premier journaliste à être jugé pour collaboration : il était proche de la gauche briandiste.

Que la gauche fut dominante dans la collaboration parce qu’elle fut dominante dans le pacifisme est une vérité très dérangeante, et les historiens soucieux d’inculper “toutes les droites”, soucieux de leur faire porter la responsabilité des erreurs, des trahisons et des crimes des années 1940-1944 ont tous un trou de mémoire sur ces quatre années noires.

Nos historiens – de gauche – chargeront Maurras (Action Française) de forfaits commis par des gens, qui, pour beaucoup, étaient des antimaurrassiens endurcis. Ils s’acharneront sur La Roque (les Croix de Feu), qui vraiment n’y était pour rien, tandis qu’ils ignoreront ces pacifistes, intransigeants et candides à la fois, qui se fascinèrent pour l’Allemagne de Hitler.

Et cela dure jusqu’à maintenant…

Simon Epstein, dans son livre, cite entre autres Bernard Lacache, le président de la LICA (ancêtre de l’actuelle LICRA) qui dénonça ces traîtres qui, ayant milité au sein de ce mouvement pacifiste de gauche, se convertirent à la collaboration. Et bien entendu, il n’oublie pas, dans une notice biographique précise, François Mitterrand…

Mais Mitterrand ne fût pas le seul collabo de gauche qui fit la navette :

- Drieu-La Rochelle était-il d’extrême droite avant guerre ? Non. Il était de gauche et philosémite.

- Jean Luchaire, Pierre de Brinon, Alphonse de Chateaubriand : des hommes de gauche.

- Doriot, Déat ? de gauche.

- Cocteau, Aymé, Giono ? de gauche.

- Bergery ? radical de gauche.

- Bertrand de Jouvenel ? de gauche.

- Simon Sabiani, Maurice-Ivan Sicard, Paul Perrin, André Grisoni, Paul Rives, Maurice Levillain, Barthélémy Montagnon, René Chateau, Claude Jamet : tous de gauche, tous collabos.

- Robert Jospin (le père de Lionel) pacifiste intégral, munichois, proche de Marcel Déat : SFIO.

- Camille Chautemps, Georges Bonnet, Maurice Papon, René Bousquet : la gauche radicale.

- Robert Hersant : gauche radicale.

- Charles Spinasse, Georges Monnet : eux aussi de gauche.

- Alfred Baudrillart, Marc Augier, Jean Balestre : tous à gauche.

- Camille Planche, Léon Emery, René Gérin, étaient déatistes et venaient de la gauche.

- Saint-Loup (alias Marc Augier qui, avant guerre, chantait “Au devant de la vie” avec ses camarades juifs des Auberges), Saint-Paulien (alias Maurice-Ivan Sicard, qui avant guerre vomissait dans son “Huron” le fascisme et les fascistes), Roland Gaucher (ex- Roland Goguillot qui militait aux Etudiants révolutionnaires), François Brigneau (Emmanuel Allot, pacifiste de gauche) : des ex-antifascistes, des anciens de la gauche et de l’extrême gauche, et qui devinrent des ordures de la collaboration, puis militants d’extrême droite après la guerre.

- René Bousquet, secrétaire général de la police de Vichy, responsable de la déportation de 54.000 juifs français, l’ami de toujours de François Mitterrand : centre gauche républicain.

- 12 des 17 ministres SFIO de la fin de la III° République furent exclus du parti après guerre pour avoir collaborer avec les allemands.

Qui sera étonné de rencontrer encore la gauche, aujourd’hui, dans le lit de l’islam ?

Mais ce court inventaire de la gauche de la honte demande bien entendu à être complété par le parcours de Georges Gustave Hollande, le père de notre président de la République, dont la fiche sur Wikipedia a été totalement réécrite, et je vous laisse imaginer dans quelle direction

Reproduction autorisée, et même vivement encouragée, avec la mention suivante et impérativement le lien html ci dessous :
© Jean-Patrick Grumberg pour http://www.Dreuz.info

http://www.mandelmike.fr/harboun//index ... Itemid=203
Avatar de l’utilisateur
Morpheus
Administrateur du site
 
Messages: 4350
Inscription: 14 Mai 2010 00
Localisation: Suisse

Re: 80% des collabos de la 2nd guerre mondiale sont de la ga

Nouveau messagede Reloaded » 13 Juin 2014 14

Quand des gauchistes islamophiles diabolisent Zemmour et Rioufol

Michel Garroté, réd en chef –- Pendant la Guerre froide, les gauchistes étaient les idiots utiles de l’URSS. Le communisme a causé plus de 100 millions de victimes en 75 ans à l’échelle planétaire. Malgré cela, les gauchistes n’ont toujours pas formulé de déclaration de repentance pour avoir rendu service à cet empire barbare. Ce qui signifie qu’ils n’éprouvent aucun regret, malgré le fait que l’empire, dont ils étaient les idiots utiles, a tué plus de 100 millions de personnes. J’en conclus que la haine de soi et le nihilisme chez les gauchistes sont plus forts que les valeurs humanitaires qu’ils affichent et dont ils allèguent qu’ils en seraient les premiers défenseurs.

Vu sous cet angle, il n’est donc pas surprenant que ces mêmes gauchistes soient devenus les idiots utiles de l’islamisme. Au temps de l’URSS, les gauchistes traitaient de « fachos » les intellectuels de droite et les assimilaient sans raison valable à l’extrême-droite. Aujourd’hui, ces mêmes gauchistes, toujours sans raison valable, assimilent Ivan Rioufol et Eric Zemmour à l’extrême-droite. Une fois encore, la haine de soi et le nihilisme chez les gauchistes sont ce qu’ils ont de plus forts. Ivan Rioufol et Eric Zemmour sont des intellectuels de droite.

S’ils s’exprimaient au Royaume-Uni, en Allemagne, aux Etats-Unis, au Canada, en Suisse ou en Israël, ils y seraient considérés comme des intellectuels de droite. Il s’y trouverait certes quelques gauchistes pour les taxer d’extrémistes de droite, et, cependant, dans l’ensemble, ils y seraient considérés comme des intellectuels de droite.

Mais dans leur pays, Ivan Rioufol et Eric Zemmour sont assimilés à Marine Le Pen et même à Jean-Marie Le Pen par des médias qui se prétendent « indépendants ». Dans leur pays, Ivan Rioufol et Eric Zemmour sont diabolisés à l’extrême avec l’arrière-pensée qu’ils devraient être interdits de parole. Il faut reconnaître à cet égard, que leur pays n’a pas de grande réputation en matière de résistance. Ceci explique sans doute cela.

Ainsi, on peut lire sur rue89.nouvelobs.com (extraits adaptés ; voir lien vers source en bas de page) : « Le grand remplacement », l’expression qui dénonce le prétendu « remplacement » du peuple français par d’autres peuples, plaît depuis longtemps dans les milieux d’extrême droite. Grâce aux éditorialistes Eric Zemmour ou Ivan Rioufol et à la famille Le Pen, elle occupe de plus en plus d’espace médiatique. Le concept a été théorisé par Renaud Camus. C’est au milieu des années 90, à Lunel, dans l’Hérault, qu’il a pris conscience du phénomène et qu’il a conçu l’expression.

Dans son livre « Le Grand Remplacement » (Ed. David Reinharc, 2011), il écrit : « En traversant cette zone littorale de l’Hérault, ce que je voyais était différent des problèmes des cités. Aux fenêtres et sur les seuils de ces très vieilles maisons, une population inédite. Comme si pendant le temps de notre vie, et moins encore, la France était en train de changer de peuple ».

Selon lui, les immigrés sont en grande partie responsables de la « nocence » (atteinte à la nature et à la qualité de vie). Cela va du « vol à main armée » aux « exigences de regards baissés ». « Ne vous y trompez pas, cependant. Ce n’est pas à des voyous que vous avez affaire : c’est à des soldats. Enfin si, ce sont bien des voyous, mais ces voyous sont une armée, le bras armé de la conquête. Peu importe qu’ils en soient conscients ou pas, et d’ailleurs je pense qu’ils le sont bien plus qu’on ne le croit. »

Il veut creuser l’écart des droits entre les « citoyens » et les « non-citoyens » et il préconise l’inversion des flux migratoires. « Je me suis fait taper sur les doigts, j’en ai l’habitude, pour avoir parlé de nettoyage ethnique, à ce propos. Très bien, nous ne voulons fâcher personne : parlons simplement de ménage, de ménage militaire. Ces colonisateurs qui sans cesse reprochent aux indigènes de ne pas les accueillir suffisamment ni assez bien, ils semblent n’avoir rien de plus pressé, une fois dans la place, que de se l’assurer tout entière et, comme tous les colonisateurs, ils ne rêvent que d’être entre eux ».

L’expression (grand remplacement) s’est épanouie dans les milieux d’extrême droite. D’abord chez les identitaires, dont Renaud Camus est proche – il a dit toute son admiration aux jeunes ayant squatté la mosquée de Poitiers, dans un discours prononcé à Orange. Sur Twitter, le jeu des militants consiste à poster des photos de femmes voilées et à y accoler le hashtag GrandRemplacement. Grâce au duo de journalistes du Figaro, Ivan Rioufol et Eric Zemmour, elle (l’expression grand remplacement) a fait son entrée dans les médias traditionnels.

Ivan Rioufol, dans Le Figaro, en juin 2013 : « Illustration du grand remplacement’ : la crèche Baby Loup qui voulait interdire le voile à son personnel, va devoir quitter Chanteloup-les-Vignes pour fuir les intégristes ».

Ivan Rioufol, dans Le Figaro, en septembre 2013 : « Quelle France voulons-nous ? La question n’a jamais été tranchée par ceux qui la dirigent depuis 40 ans. Droite et gauche ont accompagné passivement un débordement des frontières qui a attiré un peuplement nouveau. Par endroits, il rend le pays méconnaissable. Il est loisible de parler de Grand Remplacement ». A chaque fois qu’il peut, Ivan Rioufol emploie l’expression (on la lit encore dans un édito à propos de l’affaire Leonarda, en octobre 2013).

Eric Zemmour se charge, quant à lui, de la populariser à la télévision. Il utilise l’expression lors de ses face à face avec Nicolas Domenach sur i>Télé : « Dans tous les endroits où j’ai grandi (à Drancy, Montreuil, Stains, XVIIIe arrondissement de Paris), le grand remplacement a opéré. C’est la réalité qui gagne. Dans tous les endroits où j’ai grandi, ils nous ont remplacés ».

L’expression apparaît également, de plus en plus, dans les sphères frontistes. Fin mai, lors d’un meeting, Jean-Marie Le Pen a expliqué que la France et l’Europe connaissaient « une invasion migratoire » risquant « de produire un véritable remplacement des populations » françaises par des extra-européens en « grande partie » musulmans. En meeting à Lens (Pas-de-Calais), la présidente du FN, Marine Le Pen, a elle défendu une « politique nataliste » face à une « immigration considérable ». Lors d’un débat avec Jean-Christophe Cambadélis, premier secrétaire du Parti socialiste, elle a ajouté : « Il suffit d’aller dans la rue pour voir le problème de l’immigration ». Cette nouvelle lubie n’est pas étonnante. Son nouveau chef de cabinet et nouvelle plume, Philippe Martel, est converti à la thèse de Renaud Camus.

Le président des Jeunes avec Marine Le Pen, Julien Rochedy, utilise également l’expression dans des communiqués. Elle est en train de devenir si banale que même la Droite populaire s’y met. Sur Twitter, Franck Guiot, ancien élu de la mairie d’Ormoy-la-Rivière dans l’Essonne, y a fait plusieurs fois référence (fin des extraits adaptés ; voir lien vers source en bas de page).

Reproduction autorisée avec mention :

M. Garroté réd chef www.dreuz.info

Source :

http://rue89.nouvelobs.com/2014/06/11/g ... picks=true
Reloaded
 
Messages: 3519
Inscription: 16 Mai 2010 03

Re: 80% des collabos de la 2nd guerre mondiale sont de la ga

Nouveau messagede Reloaded » 16 Oct 2014 10

Raphaël Liogier n’avait rien compris à l’islam, François Gemenne non plus !
Publié le 11 novembre 2013 par Maurice Vidal - Article du nº 329
14

Après le sociologue et philosophe Raphaël Liogier, pour qui l’islamisation de la France est un « mythe » (1), voici François Gemenne, chercheur en sciences politiques, spécialiste de la gouvernance globale des migrations environnementales, pour qui l’immigration est indispensable (2), vertueuse sur le plan économique (3) et inscrite dans le « sens de l’Histoire » (4).

Tous ceux qui pensent le contraire relèvent « de l’émotionnel, de l’idéologique, du fantasme et de la peur», à tel point que leur raisonnement s’enfonce « dans le paradigme de l’immobilité » (sic) !

Autant dire que notre intellectuel est « très favorable à l’ouverture des frontières », car –affirme-t-il – « il y a une injustice fondamentale dans le fait que votre vie soit uniquement déterminée par l’endroit où vous êtes né ».

Voilà un bel exemple d’ouverture d’esprit, qui s’ouvre, hélas, sur des absurdités, à commencer par celle qui consiste à faire d’une phrase de bon sens un « cliché absolu » ! Quelle est donc cette phrase ? C’est celle de Michel Rocard déclarant que « La France ne peut accueillir toute la misère du monde ».

Aux yeux de François Gemenne, il y a là « une insulte à tous ces immigrés qui sont généralement plus qualifiés que le Français moyen », car – précise-t-il – « ce sont souvent les plus éduqués, les mieux informés et les plus riches qui ont les moyens de migrer vers l’Europe (…). Les plus pauvres sont immobiles. « La misère du monde » n’a pas les moyens de migrer ».

Mais si ceux qui émigrent sont si riches que cela, pourquoi émigrent-ils ? Qui prendrait le risque d’abandonner son chez soi dès lors qu’il possède un magnifique chez soi ? Et si « les plus pauvres sont immobiles », comment expliquer l’augmentation des clandestins depuis 1980, et les drames de Lampedusa depuis 2000 ? Faut-il recourir à l’argument selon lequel l’immigration n’est un problème que parce qu’on martèle qu’elle en est un ?

François Gemenne en est persuadé : « La gauche – poursuit-il – a commis une faute à partir de la fin des années 80 en disant que le Front National apportait de mauvaises réponses à de vraies questions. Le Front National ne pose pas de vraies questions, mais il est parvenu à imposer tous ses thèmes de campagne à l’agenda politique ».

Ah bon ? Parce que les thèmes de campagne du Front National ne seraient pas de vraies questions ? Mais alors, pourquoi ces mêmes thèmes occupent-ils l’agenda politique ? Quel parti politique néglige aujourd’hui de s’interroger sur une immigration qui refuse de plus en plus manifestement l’intégration ? La banlieue parisienne n’a-t-elle pas ses ghettos, et la France ses banlieues communautarisées ? Cette radicalisation émanant des immigrés s’explique-t-elle par la manière dont nous les traitons ou par des revendications antinomiques à celles de la République ? Les fameuses « émeutes des banlieues » (5) traduisaient-elles un désir d’intégration ou un rejet radical de la société française ?

On devine sans difficulté les réponses qu’apporte François Gemenne à toutes ces questions. Avouons simplement que vouloir s’intégrer en saccageant les biens et les valeurs du pays d’accueil est une étrange façon de procéder, comme est étrange l’idée de vouloir faire croire que l’immigration nous est indispensable, à l’heure où la France est, par son immigration même, au bord de l’explosion.

Mais ceci explique peut-être cela !

Maurice Vidal
http://ripostelaique.com/raphael-liogie ... -plus.html
Reloaded
 
Messages: 3519
Inscription: 16 Mai 2010 03

Re: 80% des collabos de la 2nd guerre mondiale sont de la ga

Nouveau messagede Reloaded » 25 Déc 2014 21

Reloaded
 
Messages: 3519
Inscription: 16 Mai 2010 03

Re: 80% des collabos de la 2nd guerre mondiale sont de la ga

Nouveau messagede Reloaded » 19 Mar 2015 19

Le PS, champion du clientélisme envers les musulmans

Renvoi en mai de la proposition de loi dite «Baby Loup», proposition de développement d’écoles mulsulmanes: pour Serge Federbusch, ces reculs de l’esprit laïque soulignent le clientélisme que pratique la gauche.

Ancien élève de l’École nationale d’administration, Serge Federbusch est magistrat administratif. Il a travaillé pour le ministère des Finances, le Quai d’Orsay et la Ville de Paris. Président du Parti des libertés, ancien élu du Xe arrondissement de Paris, Serge Federbusch anime Delanopolis, site d’information satirique consacré à la vie politique dans la capitale. Il a publié en juin 2014 «Français, prêts pour votre prochaine révolution?» chez Ixelles éditions.

Coup sur coup, cette semaine, le climat de crainte engendré par les crimes des frères Kouachi et de Coulibaly, a conduit à deux reculs de l’esprit laïque.

Pour ne pas heurter la communauté musulmane, les députés socialistes ont préféré renvoyer au mois de mai, avant sans doute de l’enterrer définitivement, l’examen de la proposition de loi dite «Baby Loup» qui permettrait aux établissements privés accueillant des enfants et recevant de l’argent public d’interdire le port du voile.

Le climat de crainte engendré par les crimes des frères Kouachi et de Coulibaly, a conduit à deux reculs de l’esprit laïque.

On a également appris qu’un communiqué du parti socialiste, daté du 26 février dernier, appelle au «développement de l’enseignement privé confessionnel musulman». Cette proposition vise à ouvrir davantage d’écoles de ce type et figure dans un rapport sur la cohésion républicaine, commandé dans la foulée des attentats de janvier. L’objectif des socialistes est de «mieux organiser la place de l’islam dans la République». Quand on songe que les mêmes gens s’indignaient, il y a quelques années encore, qu’un seul centime d’argent public aille dans les caisses de l’enseignement confessionnel… Décidément le clientélisme et le communautarisme ont fait subir d’incroyables métamorphoses au socialisme à la française!

Il y a bien eu quelques toussotements à gauche … Ce rapport a choqué notamment le secrétaire à la laïcité du Parti radical de gauche et la plupart des syndicats du ministère de l’éducation nationale. Ainsi, Frédérique Rolet, secrétaire générale du SNES «avoue (avoir) été extrêmement surprise … en (se) disant que le PS perdait tous ses repères. Au moment où l’on parle de la réactivation de la loi 1905 sur la laïcité, et de la nécessité d’expliquer le sens de la laïcité, ce n’est pas à l’État de promouvoir un enseignement confessionnel, puisque nous sommes dans une école qui est publique et laïque.»

L’objectif des socialistes est de “mieux organiser la place de l’islam dans la République”. Quand on songe que les mêmes gens s’indignaient, il y a quelques années encore, qu’un seul centime d’argent public aille dans les caisses de l’enseignement confessionnel…

Gêné, le gouvernement parle désormais d’une «maladresse de langage». Enfin … une maladresse ne signifie pas une erreur.

Cet aggiornamento sur la question laïque n’est en réalité que la poursuite d’un processus de «dhimmicratisation» que ne renierait pas Houellebecq. Sauf que l’écrivain se trompe quand il prédit qu’un nouveau parti, la «Fraternité musulmane» en sera le vecteur politique. Le parti socialiste occupe déjà le terrain.

Avec le temps et les lois de décentralisation, les élus locaux de gauche, notamment socialistes, ont en effet compris l’avantage électoral qu’ils pouvaient tirer des musulmans.

Cet aggiornamento sur la question laïque n’est en réalité que la poursuite d’un processus de «dhimmicratisation» que ne renierait pas Houellebecq. Sauf que l’écrivain se trompe quand il prédit qu’un nouveau parti, la «Fraternité musulmane» en sera le vecteur politique. Le parti socialiste occupe déjà le terrain.

Dans sa «contribution numéro un» au projet 2012 du PS, sous le titre «Gauche: quelle majorité électorale pour 2012?», Terra Nova notait: «Les ouvriers votent de moins en moins à gauche, la tentation du FN est forte. Dans le même temps, la France de la diversité est presque intégralement à gauche… dans l’hypothèse d’une continuation à l’identique, ce sont entre 500.000 et 750.000 nouveaux électeurs, naturalisés français entre 2007 et 2012, qui pourront participer au prochain scrutin présidentiel sans avoir pu participer au précédent…»

Ces calculs se sont révélés pertinents lors de l’élection présidentielle de 2012. Bien qu’aucune statistique ne puisse être établie de manière certaine, s’agissant de votes déclaratifs et de réponses à des sondages, une étude du corps électoral menée par OpinionWay et Fiducial le 6 mai 2012, pour Le Figarorévéla que sur 10 000 votants, 93% des musulmans pratiquants avaient glissé un bulletin «François Hollande» dans leur enveloppe. Seuls 7% d’entre eux ont voté pour Nicolas Sarkozy. Le candidat socialiste a été plébiscité par cette partie de la population, qui représente environ 2 millions d’électeurs selon l’institut de sondages.

93 % de deux millions d’électeurs, c’était assez pour faire basculer le résultat du scrutin. Evidemment, François Hollande, qui a la sensibilité d’une machine à compter les votes, n’a pu ignorer ce mouvement de fond. C’est l’explication principale de tous les efforts qu’il a fait et fera, après les crimes de janvier 2015, pour appuyer de l’autorité présidentielle le discours sur le refus de l’amalgame. Et c’est pourquoi, aujourd’hui, l’Union des démocrates musulmans de France (UMDF) peut sans souci retirer ses candidats aux élections départementales à Marseille, Strasbourg ou Nice. Le parti socialiste suffit à l’affaire.

Source

http://www.europe-israel.org/2015/03/le ... musulmans/
Reloaded
 
Messages: 3519
Inscription: 16 Mai 2010 03

Re: 80% des collabos de la 2nd guerre mondiale sont de la ga

Nouveau messagede Reloaded » 1 Fév 2016 13

Reloaded
 
Messages: 3519
Inscription: 16 Mai 2010 03


Retourner vers Archéologie, Histoire et Civilisations

 


  • Articles en relation
    Réponses
    Vus
    Dernier message

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 4 invités

cron