Des membres du vatican ont aidé les nazis a prendre la fuite

Preuves archéologiques sur l'islam et la bible

Des membres du vatican ont aidé les nazis a prendre la fuite

Nouveau messagede Morpheus » 19 Mai 2012 17

Apres 1945, Certains pretres catholiques aiderent des nazis en Italie en leur procurant de faux passeport pour aller en amerique latine ou au moyen orient.

Premières exfiltrations – Monseigneur Hudal

L’évêque catholique Alois Hudal était le recteur du Pontifico Instituto Teutonico Santa Maria dell’Anima à Rome, un séminaire pour prêtres autrichiens et allemands, et le Directeur Spirituel des Allemands résidant en Italie1. Après la fin de la guerre en Italie, Hudal devint actif dans le ministère des prisonniers de guerre et des internés germanophones détenus dans des camps en Italie. En décembre 1944, le Secrétariat d'État du Vatican reçut la permission de désigner un représentant pour « visiter les internés civils germanophones en Italie », une tâche qui fut assignée à Hudal.

Hudal se servit de cette position pour aider des criminels de guerre nazis à s’échapper. Parmi ces derniers figuraient Franz Stangl, commandant de Treblinka, Gustav Wagner, commandant de Sobibor, Alois Brunner, responsable du camp d’internement de Drancy près de Paris et chargé des déportations en Slovaquie à destination des camps de concentration allemands, et Adolf Eichmann2 – un fait sur lequel il s’ouvrirait plus tard sans manifester de remords. Certains de ces hommes recherchés étaient détenus dans des camps d’internement. Dépourvus de papiers d’identité, ils étaient le plus souvent enrôlés dans les registres du camp sous de faux noms. D’autres nazis se cachaient en Italie et s’adressèrent à Hudal lorsque son rôle dans l’aide aux fuyards devint connu dans les communautés nazies3. Dans ses mémoires, Hudal écrivit au sujet de ses actions : Je remercie Dieu qu’Il m’ait permis de visiter et de réconforter beaucoup de victimes dans leurs prisons et camps de concentration et de les avoir aidé à s’enfuir avec de faux papiers d’identité4.

Il expliquait qu’à ses yeux,« La guerre des Alliés contre l’Allemagne n’était pas une croisade, mais la rivalité des complexes économiques pour la victoire desquels ils avaient combattu. Ce prétendu business… utilisait des slogans tels que démocratie, race, liberté religieuse et christianisme comme appâts pour les masses. Toutes ces expériences furent la raison pour laquelle je sentis qu’il était de mon devoir après 1945 d’orienter mon travail de charité essentiellement vers les anciens nazis et fascistes, et plus particulièrement vers les prétendus criminels de guerre. »

Selon ce qu’écrivent Mark Aarons et John Loftus dans leur ouvrage Unholy Trinity5, Hudal fut le premier ecclésiastique catholique à se consacrer à la mise en place de filières d’exfiltration. Aaron et Loftus prétendent que Hudal fournissait aux bénéficiaires de sa charité de l’argent pour les aider à s’échapper et, chose plus importante, des faux documents incluant des papiers d’identité délivrés par l’organisation du Vatican pour les réfugiés (Commissione Pontificia d’Assistenza).

Ces documents du Vatican n’étaient pas réellement des passeports et, par eux-mêmes n’étaient pas suffisants pour permettre un voyage outre-Atlantique. Ils constituaient toutefois la première étape dans une chasse aux documents. Ils pouvaient par exemple être utilisés pour obtenir un passeport de personne déplacée de la Croix-Rouge internationale (CRI), passeport qui pouvait ensuite être utilisé pour obtenir des visas. Le CRI aurait dû effectuer des contrôles de vraisemblance sur les passeports des demandeurs. Selon les informations recueillies par Gitta Sereny auprès d’un haut responsable de la branche romaine du CRI6, Hudal pouvait également utiliser sa position d’évêque pour demander au CRI des papiers « établis selon ses spécifications ». Les sources de Sereny font également état d’un trafic illicite actif de documents du CRI volés ou falsifiés à Rome à cette époque.

Selon des rapports déclassifiés des services de renseignement américains, Hudal ne fut pas le seul ecclésiastique apportant de l’aide aux nazis à cette époque. Dans le rapport La Vista déclassifié en 1984, l’agent du Counter Intelligence Corps (CIC) Vincent La Vista expliqua comment il avait facilement pu s’arranger pour que deux faux réfugiés hongrois puissent obtenir de faux documents du CRI au moyen d’une lettre rédigée par un Père Joseph Gallov. Gallov, qui gérait un organisme charitable, soutenu par le Vatican, au profit des réfugiés hongrois, ne posa aucune question et écrivit une lettre à son « contact personnel à la Croix Rouge Internationale qui délivra alors les passeports »7.

Cependant, les relations entre Monseigneur Hudal et le Vatican ne sont pas bonnes. En effet, quand Hudal publia en 1937 son livre sur les fondements du national-socialisme8, les autorités de l'Église se fâchèrent à cause de son éloignement radical des enseignements de l'Église. Hudal remettait ouvertement en question la politique du Pape Pie XI et d'Eugène Pacelli (le futur Pape Pie XII) envers le national-socialisme, qui culmine dans l'encyclique Mit brennender Sorge dans laquelle le Vatican attaque ouvertement le national-socialisme. Par conséquent, l'ascension rapide d'Hudal au Vatican est gelée et finira par son abdication et son renvoi hors de Rome après la guerre. Le Pape Pie XI et Eugenio Pacelli avaient bien essayé de changer Monseigneur Hudal, mais après l'échec de plusieurs rencontres ils mirent fin à tout contact avec lui. Dans ses mémoires posthumes9, Hudal se rappelle d'ailleurs avec amertume le manque de soutien de la part du Saint Siège dans la lutte contre le Bolchevisme athée à l'Est. Il atteste plusieurs fois avoir reçu de vertes critiques contre le système nazi de la part des diplomates du Vatican sous Pie XII, au lieu du soutien espéré.

http://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9sea ... tion_nazis


estafa constructora inmobiliaria lumi
Avatar de l’utilisateur
Morpheus
Administrateur du site
 
Messages: 4351
Inscription: 14 Mai 2010 00
Localisation: Suisse

Re: Des membres du vatican ont aidé les nazis a prendre la f

Nouveau messagede yacoub » 22 Oct 2015 15

http://www.lepoint.fr/editos-du-point/m ... tor=EPR-6-[Newsletter-Mi-journee]-20151022

Arrêtons de jouer les "bons" contre les "méchants" islamistes

Américains et Français, depuis l'entrée de la Russie dans la guerre syrienne, fournissent des armes à des islamistes réputés fréquentables. Ils ont la mémoire courte.
Par Michel Colomès

Dans les ruines de la ville d'A'zaz, dans le nord de la Syrie, ici en janvier 2013.

On dit souvent que l'histoire bégaie. Obama et Hollande viennent d'en donner un exemple stupéfiant : pris de court le 30 septembre par la décision de Poutine de bombarder tous les ennemis de Bachar el-Assad, sans distinction d'appartenance, ils ont réagi en envoyant des armes à tous les groupes d'opposition au régime syrien, catalogués ou non comme islamistes. Du moment qu'ils combattent Daesh.

Il y a plus de 25 ans, en juin 1979, le président Carter, inquiet du forcing du dirigeant soviétique Leonid Brejnev en Afghanistan, avait décidé d'autoriser la CIA à faire parvenir aux groupes d'obédience islamiste qui s'opposaient aux ambitions de l'URSS des armes et des munitions. Des livraisons d'une valeur de 40 millions de dollars qui vont parvenir à ceux qu'à l'époque on appelle les moudjahidines. Cette livraison d'armes ne dissuadera pourtant pas Brejnev d'envahir l'Afghanistan six mois plus tard, en décembre 1979. Selon Zbignew Bzrezinski, qui était à l'époque l'un des plus proches conseillers de Carter, l'aide directe apportée aux islamistes a même convaincu le Kremlin qu'il fallait intervenir sans tarder.

Redoutables boomerangs

Certes, par la suite, on a pu brièvement se féliciter de voir des maquisards afghans abattre, grâce notamment aux missiles sol-air Stingers, de nombreux bombardiers russes, et contribuer de ce fait à la défaite soviétique et à son retrait d'Afghanistan. Mais les armes livrées par les Américains se sont avérées être de redoutables boomerangs : elles ont permis aux islamistes les plus extrémistes, les talibans, après avoir chassé les soviétiques, d'écarter les groupes d'opposition modérés du pouvoir. Et de créer, autour des anciens maquis afghans, ce foyer terroriste qui allait concevoir les attentats du 11 Septembre autour de Ben Laden. Pire même, quand l'Otan a décidé de châtier les coupables et d'envoyer un corps expéditionnaire en Afghanistan, ce sont ces mêmes Stingers donnés par les Américains qui ont causé des pertes aux avions de la coalition occidentale.

Il y a une analogie dérangeante entre la guerre d'Afghanistan et la politique décidée par Obama et Hollande en Syrie. D'abord parce qu'il s'agit de conflits où les grandes puissances se font la guerre par procuration. Les Russes en épaulant avant tout l'armée syrienne. Les Occidentaux en armant les opposants au régime de Bachar el-Assad. Ensuite parce que chacun ment sur ses véritables objectifs. Poutine a dit à l'Assemblée générale de l'ONU qu'il proposait une grande coalition pour battre le terrorisme islamique. Sur le terrain, il s'attaque moins à Daesh qu'à tous les groupes islamiques – ou non – qui cherchent à chasser le président syrien. Les Occidentaux viennent de décider d'armer ceux qui s'opposent aux djihadistes de l'État islamique. Mais ce faisant, ils renforcent des groupes dont ils ont commencé par dire qu'ils étaient des rebelles modérés avant de changer de terminologie et de parler aujourd'hui « des moins extrémistes ».

Payer la corde qui nous pendra

Enfin, parmi les armes parachutées à la rébellion soit directement, soit avec l'aide de l'Arabie saoudite et du Qatar, figure le missile américain TOW, qui est, comme tueur de chars, le pendant de ce qu'étaient les Stingers contre les avions pendant la guerre d'Afghanistan. Très simple à utiliser et d'une redoutable efficacité. Les Américains disent que l'utilisation des armes qu'ils fournissent est soigneusement contrôlée. Comme du temps de l'Afghanistan, on peut en douter. D'autant que sur le terrain, il est déjà arrivé que des groupes islamistes issus d'Al-Qaïda, et dont certains viennent de bénéficier de ces parachutages, s'allient ponctuellement aux combattants de Daesh pour la conquête d'une place forte tenue par l'armée syrienne.

Il n'y a pas de bons et de méchants islamistes, des moins et des plus extrémistes. Il n'y a que des fanatiques qui ont dévoyé l'islam, pratiquent une intolérance moyenâgeuse et veulent conquérir le monde et y faire régner la charia. Alors arrêtons, comme disait l'autre, de payer la corde qui nous pendra
Avatar de l’utilisateur
yacoub
 
Messages: 4442
Inscription: 4 Juil 2010 13
Localisation: France

Re: Des membres du vatican ont aidé les nazis a prendre la f

Nouveau messagede Reloaded » 1 Fév 2016 02

Reloaded
 
Messages: 3516
Inscription: 16 Mai 2010 03

Re: Des membres du vatican ont aidé les nazis a prendre la f

Nouveau messagede yacoub » 18 Fév 2016 17

Choubaka a écrit:Ce que Tariq Ramadan oublie de vous dire sur l’islam islamisation-occident/que-tariq-ramadan-oublie-vous-dire-sur-islam-t6163.html

Bravo !


Sujet remonté par yacoub le 18 Fév 2016 17.
Avatar de l’utilisateur
yacoub
 
Messages: 4442
Inscription: 4 Juil 2010 13
Localisation: France


Retourner vers Archéologie, Histoire et Civilisations

 


  • Articles en relation
    Réponses
    Vus
    Dernier message

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 5 invités

cron