Les illusions mortelles

Preuves archéologiques sur l'islam et la bible

Les illusions mortelles

Nouveau messagede oumcc » 9 Juin 2016 22

Article écrit par Linus Pfister, directeur
pour Urgence la revue d'AEM juin 2016


LES ILLUSIONS MORTELLES

Chère lectrice, cher lecteur,

Les illusions mortelles d'un État autoproclamé sont au mieux des rêves collectifs. Ce que le monde occidental «éclairé» refuse de gré ou de force d'admettre en de nombreux endroits n'est pas un secret pour le lecteur de la Bible.
Des pactes sacrés peuvent se transmettre d'une génération à l'autre.

L'épée et l'islam

Une telle alliance remontant à 1744 nécessite aujourd'hui des armées entières et les agences de renseignement du monde entier. Déjà à cette époque, des fanatiques islamistes finissaient en principe en simples inscriptions brutales dans les livres d'histoire, comme tant d'autres auparavant. Il n'en a cependant pas été de même du prédicateur du désert Mohammed ben Abdelwahhab. Il rêvait de revenir à l'islam originel, tel qu'il aurait été vécu à l'époque du fondateur de la religion. Les commandements de Mohammed ben Abdelwahhab étaient fondés sur une soumission totale à Allah et une obéissance absolue à l'autorité politique qui était prête, par la force des armes, à porter dans le monde la doctrine prétendument «pure». En 1744, il a conclu une alliance spirituelle avec le chef ambitieux Mohammed ibn Saoud qui préoccupe maintenant presque le monde entier et qui a déjà provoqué des milliers de morts. L'alliance stipulait que les dirigeants laïcs devaient promettre au chef spirituel d'appliquer sur leur territoire l'idéologie wahhabite. En retour, le chef spirituel accorderait aux dirigeants laïcs la légitimité religieuse dont ils avaient besoin pour combattre. Cette dualité de l'épée et de l'islam a aujourd'hui été immortalisée sur le drapeau de l'Arabie Saoudite.
En 1802 une armée de cavaliers, sous le commandement d'un certain Mohammed al-Saoud, a attaqué la ville irakienne de Kerbala et tranché la gorge à quatre mille musulmans chiites. En 1803, le même al-Saoud a conquis La Mecque et Médine. Ses troupes ont ravagé toutes les structures prétendument «hérétiques» pour «nettoyer» les lieux saints de l'islam. Il est alors interdit au vaincu de fumer, de faire de la musique, de porter des vêtements voyants ou même de négliger une seule prière. Celui qui ne respecte ces règles est fouetté, mutilé ou exécuté. C'était une domination qui rappelle, au détail près, les ravages du soi-disant État islamique (El) deux siècles plus tard. Bienvenue dans le premier État arabe construit sur la terreur.(1)

Combat de la fin des temps

Il n'est pas nécessaire de se procurer les documents de stratégie plus ou moins secrets de l'ÉI («Une brève histoire du califat de l'État islamique»)(2). L'ÉI publie des magazines mensuels sur son territoire qui proclament ces faits, et le monde assiste à ce que nous pourrions appeler le «combat final» des fanatiques; selon leur croyance, Allah leur donnera la victoire. Ils ont même marqué dans la zone frontalière irako-syrienne à peu près où tout cela doit avoir lieu. Seulement que faire si personne ne veut s'y rendre pour combattre? Il faut alors provoquer le monde occidental et la seule superpuissance réelle, les États-Unis, pour qu'ils soient forcés d'agir.

Lorsque même des États suivent de telles illusions

C'est un fait tragique pour les civils. Dès 1517 Alep (nord de la Syrie) et dès 1535 Mossoul (nord de l'Irak) ont appartenu à l'Empire turc ottoman jusqu'à sa disparition à la fin de la Première Guerre mondiale. Les nationalistes turcs rêvent encore aujourd'hui de voir les deux villes revenir à la Turquie. Il est de notoriété publique que le ravitaillement en matériel et en combattants pour l'ÉI vient de Turquie. Il ne faut que peu d'imagination pour savoir qui pourrait profiter de l'échec probable de l'ÉI et du vide politique qui s'ensuivra. Et, là, nous pourrions alors parler d'une victoire à mi-chemin de la cible réelle. L'ancien premier ministre turc Ahmet Davutoglu a déclaré en mai 2015: «Jérusalem appartient pour toujours aux Turcs, aux Arabes et aux musulmans.»
Son patron, le président Recep Tayyip Erdogan, est allé encore plus loin le 30 mai 2015 en parlant de la «conquête appelée La Mecque [...], c'est-à-dire de voir à Jérusalem flotter la bannière de l'islam».(3)
Il est bon de savoir que le Dieu de la Bible voit les choses différemment (voir Zacharie 2:8). Voilà pourquoi les islamistes provoqueront finalement un fort affaiblissement de l'islam. Lorsque la télévision chrétienne arabe par satellite a commencé à diffuser en 2015, on a dénombré plus de vingt-cinq mille messages d'anciens musulmans, qui avaient accepté Jésus-Christ dans leur coeur en dépit du danger, nombre jamais atteint auparavant!
_____________________________________
(1)Daniel Steinworth, NZZ 19.12.2015, page14
(2)2ideaSpektrum, 03.09.2015, page 18
(3))www. welt.de/141707165
_____________________________________
Dans ce numéro spécial d'urgence, vous pouvez lire un compte rendu sur quelques-uns des pays où agit l'AÉM et sur son travail sur place. Dans plus de trente pays, en collaboration avec nos partenaires locaux, nous aidons les chrétiens opprimés et les personnes dans le besoin.
urgence 6/2016
Avatar de l’utilisateur
oumcc
 
Messages: 65
Inscription: 11 Fév 2016 20

Retourner vers Archéologie, Histoire et Civilisations

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Google [Bot] et 6 invités

cron