Les origines paiennes de l'islam

Preuves archéologiques sur l'islam et la bible

Les origines paiennes de l'islam

Nouveau messagede Morpheus » 27 Mar 2013 00

Voici un article très intéressant sur les Origines de l’islam : ses racines païennes matriarcales - Aujourd’hui encore, les fouilles archéologiques sont quasi-interdites en Arabie Saoudite, à croire que cela en dérangerait certains.


L’arrivée du patriarcat en Arabie par le site matricien

Le patriarcat s’est installé progressivement par la guerre à partir du IVème millénaire avant Jésus-Christ. Les anciennes déesses matriarcales ont été conquises et assimilées par les nouveaux dieux patriarcaux (Olympiens, Aesirs nordiques…) originaires du moyen orient (Sumer). Il a dû en être de même avec les divinités matriarcales arabes (Allat, Uzza, Manat), conquises et assimilées par les nouveaux dieux conquérants (Hu-Baal), probablement originaires de Babylone. D’après les différents types de mariages arabes pré-islamiques, la patriarcalisation de l’Arabie a commencé bien avant l’islam.

Jérusalem, première direction de la prière islamique

La Mecque était le sanctuaire pré-islamique le plus important de toute la péninsule arabique. A l’origine, la ville n’était pas au centre de la religion musulmane, les croyants se tournant vers Jérusalem. La direction de la prière (la kiblah) répond à des règles très strictes énoncées par Mohammed dans le Coran. Au début, la kiblah correspond à la direction de Jérusalem (s.2, v.36), pour satisfaire les convertis d’origine juive ou chrétienne. Puis, afin d’asseoir définitivement son autorité tout en contentant la masse des nouveaux fidèles d’origine païenne, la kiblah se tourne vers la Mecque, haut lieu millénaire païen. La vénération de la pierre fut une occasion pour Mohammed de ramener vers lui les païens.

Les 3 déesses de La Mecque x17

A la Mecque (مكة), avant l’Islam, la tribu des Quraïch (قريش) adoraient une triade de trois divinités féminines, il s’agit d’Allat (اللآت), al-’Uzza (العُزة) et Manat (مناة), ils citaient leurs noms au cours de leurs tournées (الطواف) autour du Ka’ba (الكعبة). Selon Ibn al-Kalbi, les Quraysh avaient coutume de faire le tour de la Ka’aba en disant : ”Au nom d’Allat, d’ʿUzza, et de Manat la troisième idole. Elles sont réellement les ”al-gharānīq” (femmes de condition supérieure ) Dont il faut demander l’intercession.” Comme aujourd’hui, les pèlerins se rasaient la tête.


Hubal, le nouveau dieu-père des déesses

Alors que pour les Nabatéens (Pétra en Jordanie), Allat était la mère de tous les dieux, pour les autres Arabes, Allat, al-’Uzza et Manat étaient les filles d’Allah (الله جل جلاله), et étaient les intermédiaires entre Dieu et les hommes pour obtenir ses bénédictions. Allah (le-dieu) est le titre du dieu lunaire Sîn-Hubal (Baal), pièce rapportée tardivement de Mésopotamie dans le panthéon arabe, qu’il domina par la suite à La Mecque. De ce dieu, très peu de temples, de représentations, et de traces écrites nous sont parvenues jusqu’à aujourd’hui. Le terme Allah est antérieur à l’islam puisque le père de Mahomet s’appelle lui-même Abd’Allah, c’est à dire, ”le serviteur du dieu”.

La Kaaba, temple de la déesse Allat

Ka’aba signifierait cube en arabe, mais la Ka’aba elle-même serait l’ancienne “Kaabou”, du mot grec qui signifie ‘jeune fille’, et désigne la déesse Astarté, c’est-à-dire Aphrodite dans la mythologie grecque qui correspond à la Vénus Romaine et l’al-’Uzza (العزى) des Arabes considérée comme la déesse de la fertilité. Les anciens chroniqueurs rapportent qu’avant l’avènement de l’islam (jahilya, l’ère de l’ignorance), il y avait 24 ka’bas dans la péninsule arabique, mais celle de La Mecque était vénérée par toutes les tribus. Selon des recherches saoudiennes, il existait dans la région de nombreuses Ka’bas (tawaghit) consacrées chacune à une divinité, auxquelles les fidèles se rendaient certains jours déterminés pour procéder à des rites comprenant entre autres une déambulation circulaire et des sacrifices. Les plus importants semblent avoir été les ka’abas des déesses Allat à Taif, d’Uzza à Nakhlah et de Manat près de Qudayd.

Les prêtresses d’Allat

A ce jour, les hommes qui gardent la Kaaba sont encore appelés ”fils de l’Ancienne Femme”,”fils de Saba”, en arabe ”Beni Shaybah”. La déesse Allat avait un surnom, ou un titre supplémentaire, Saba prononcé Shaybah, signifiant sage-femme, ou, “Celle de l’ancienne sagesse”. Avant l’Islam, les gardiens du Sanctuaire étaient des prêtresses appelées ”Bathi-Sheba”,”filles de l’Ancienne Sage Femme”. Bethsabée, ”fille de Saba” signifie, ‘‘prêtresse de la maison de Saba”. Les musulmans ont gardé ce sanctuaire cubique, et marchent encore autour, tout comme on le faisait à l’époque où on vénérait la Déesse.

Ramadan, la grossesse d’Allat ?

Le calendrier musulman ou calendrier hégirien (hijri) est un calendrier lunaire, basé sur une année de 12 mois lunaires de 29 à 30 jours chacun (pour être précis : 29,53059 jours solaires). Une année hégirienne est donc plus courte qu’une année grégorienne d’environ onze jours. Les païens ont souvent fait le rapprochement entre les cycles lunaires et les cycles menstruels féminins, de durée similaire.

Ramadan également orthographié ramadhan ou ramazan, (arabe : رَمَضَان ou Ramaḍān) est le neuvième mois du calendrier musulman. Au cours de ce mois, les musulmans adultes ne mangent pas, ne boivent pas, et n’entretiennent pas de relations sexuelles tant que la lune n’est pas visible. Le début du mois est basé sur l’observation du premier croissant visible après la nouvelle lune.

Est-il possible que le 9ème mois de Ramadan corresponde au 9ème mois de la grossesse de la déesse-mère Allat ? La fête de fin du Ramadan célébrerait alors l’accouchement de la déesse. Pendant le jeûne, il ne serait alors possible de manger et copuler qu’en présence de la lune, c’est-à-dire d’Allat.

Le culte des pierres

Vénérer une pierre est typiquement païen. On appelle ces pierres divines béthyle (de l’hébreu béthel ”pierre sacrée”), et est une pratique polythéiste classique de l’antiquité. La pierre de la Kaaba n’échappe pas à cette règle. Cette pierre faisait en effet l’objet de vénération pré-islamique. Le culte pré-islamique des pierres peut être rapproché à des cultes lithiques des bétyles qui furent répandus dans tout le Proche Orient dès la plus haute antiquité. En effet ce culte rendu à une pierre n’est pas isolé dans l’Antiquité : on peut citer la pierre noire d’Émèse dont Héliogabale fut le grand-prêtre avant de devenir empereur romain, la pierre noire de Dusares à Petra, et c’est sous la forme d’un bétyle qu’en 204 avant J-C que Cybèle, la déesse-mère phrygienne de Pessinonte, fait son entrée à Rome. Dans de nombreuses cités orientales, des pierres sacrées sont l’objet de la vénération des fidèles, telles l’Artémis de Sardes ou l’Astarté de Paphos. En Arabie ce n’était pas une exception car le culte des pierres était omniprésent dans la société pré-islamiques. Par exemple la “pierre rouge” était la divinité de la ville arabe au sud de Ghaiman, ou la ”pierre blanche” dans la Kaaba d’al-Abalat (près de la ville de Tabala, au sud de La Mecque).

La pierre noire, vulve d’Allat ?

Beaucoup d’occidentaux, surtout des sages-femmes, ont observé que l’écrin de la pierre noire, à l’angle de la Kaaba, a une forme de vulve, avec une tête de bébé qui en sort. Le mot Hajj (pèlerinage islamique à La Mecque) est dérivé de «Hack» qui veut dire friction en langue Arabe car il y avait un rituel païen dans lequel les femmes frictionnaient leur partie génitale sur la pierre noire espérant ainsi augmenter leur fertilité.(Dr.Jawad Ali dans son livre «L’histoire des arabes avant l’Islam» partie 5,page 223). Elle enduisaient la pierre avec le sang des menstrues et tournaient nues tout autour.

Une survivance de culte phallique à La Mecque ?

La Lapidation de Satan (arabe : رمي الجمرات, Ramy al-Jamarat signifiant « lancer [de pierre] sur les cibles [piliers] ») est une cérémonie pratiquée par les musulmans lors de leur pèlerinage ( Hajj ), au cours de laquelle ils jettent des pierres, qu’ils auront collectées durant une phase antérieure du pèlerinage, sur trois rochers qui symbolisent le diable. Ce rite s’effectue le 3e jour du pèlerinage à Mina en Arabie saoudite, à 5 km à l’est de La Mecque. Les trois piliers de pierre (un petit, un moyen et un grand) furent remplacés par les autorités saoudiennes en 2006 par trois murs de pierre, pour prévenir les accidents. Si l’écrin de la Pierre Noire de la Kaaba fait irrémédiablement penser à un vagin, les 3 piliers semblent représenter des phallus, ce qui confirmerait que La Mecque ait été un sanctuaire païen dédié à des cultes de fertilité.

Shiva (hindouisme), culte phallique pré-aryen : des vestiges dans l’islam ? Les piliers de Jamarat

Le soufisme un culte matriarcal pré-islamique ?

Selon certains auteurs, les soufis auraient essayé de maintenir le culte de Fatima, mais ils auraient été forcés de le cacher derrière des mots codés, depuis que le soufisme fait partie de l’Islam. En effet, vénérer le féminin sacré est passible de peine de mort, aujourd’hui encore dans les pays islamiques.

Les racines juives de l’islam

Les usages islamiques (viande sacrifiée halal, interdit du porc, circoncision, voile, lapidation, tabou des menstrues…) semblent totalement incompatibles avec une société arabe païenne semi-matriarcale adorant des déesses-mères, et semblent donc d’origine juive.



Lire la suite: http://www.israel-flash.com/2012/09/lis ... z2Oh9CY9qz

http://www.islam-bible-prophecy.com/profecias-biblicas/
http://www.islam-bible-prophecy.com/
propheties-fin-des-temps/islam-dans-livre-apocalypse-t5620.html
Avatar de l’utilisateur
Morpheus
Administrateur du site
 
Messages: 4350
Inscription: 14 Mai 2010 00
Localisation: Suisse

Re: Les origines paiennes de l'islam

Nouveau messagede Reloaded » 10 Juil 2013 18

Joyeux mois lunaire du ramadan aux hindus aussi !

Image
Reloaded
 
Messages: 3519
Inscription: 16 Mai 2010 03

Re: Les origines paiennes de l'islam

Nouveau messagede Reloaded » 29 Juin 2014 13

Comment fonctionne le ramadan ?

Dès dimanche, au cœur d’une Europe issue essentiellement des valeurs judéo-chrétiennes, le ramadan sera pratiqué par des dizaines de millions de personnes de culture islamique, individus ou familles installés depuis quelques décennies ou plus récemment, dans nos nations démocratiques. Les télévisions s’en feront largement l’écho aux heures de grande écoute…

Chaque année, l’impact social du ramadan se renforce, alors même qu’il se déplace dans les agendas en raison d’un calendrier lunaire ; ce mois fortement identitaire est de plus en plus observé en France, forte de ses X millions de disciples de Mahomet (chiffre tabou)… Certains sociologues sont même persuadés qu’il y a aujourd’hui en France plus de pratiquants musulmans du ramadan annuel que de pratiquants catholiques d’une seule messe mensuelle ! Certains prédicateurs de mosquées n’hésitent d’ailleurs plus à annoncer : islam, première religion de France.

Et, en tout cas, première religion dans les prisons…

Dans ce mois qui est l’un des piliers de l’islam, l’essentiel se joue autour du prétendu « jeûne », exigé de tout musulman, (à l’exception des enfants, des personnes âgées et des femmes enceintes). Dans le coran (qui, rappelons-le en passant – ne revêt aucun statut de révélation pour les juifs et les chrétiens), Allah, le Dieu de Mahomet, affirme que le jeûne est « obligatoire aux musulmans comme il le fut aux juifs ». La télé illustre l’événement en nous montrant des scènes de partage convivial dans les quartiers, avec des messages larmoyants d’autorités politiques envers les musulmans.

Quel jeûne ?

Précisons tout de même – vu l’ambiguïté du vocabulaire – qu’il ne s’agit en aucun cas d’un jeûne au sens biblique : obéir à une loi imposant de ne pas boire ni manger durant les heures de la journée et autorisant à se rattraper largement la nuit n’est pas un jeûne au sens traditionnel ! Cette alternance contradictoire du jour et de la nuit incite surtout au conformisme rituel et aux excès alimentaires. Dans le même ordre d’idée, prendrait-on au sérieux un célibat à temps partiel ?

Dans la tradition biblique, méconnue du coran, le jeûne est une démarche spirituelle avant d’être une loi à observer : il a pour but la conversion du coeur, la libération du péché et le renouveau de la conscience. (Voir premier et nouveau testaments). Nul doute que de nombreux musulmans, fidèles à leur éducation, cherchent sincèrement à mieux répondre aux injonctions du coran afin de renforcer leur « soumission » aux lois d’Allah.
Mais c’est aussi du mot « ramadan » que vient le terme familier « ramdam » qui signifie : faire du bruit, déranger les voisins. Ce qui montre bien le décalage de vie diurne et nocturne du ramadan, lequel entraîne des nuisances de voisinage et pose de sérieux problèmes de coexistence dans de nombreux quartiers, en confirmant la ghettoïsation.

Ce qui interpelle, ce n’est pas seulement la montée en puissance de visibilité des signes d’appartenance à l’islam, tels que le voile ou la pratique du ramadan. C’est le contenu lui-même de cette période de trente jours qui nous renvoie à la posture islamique envers le non-musulman.

Visage bon enfant ?

La festivité de la « rupture du jeûne » et la médiatisation bon enfant de ses aspects conviviaux ne doivent pas cacher ce qui se joue et s’abrite derrière ce pilier de l’islam ! Pendant le mois de « jeûne », le musulman doit lire l’ensemble du coran, y compris, donc, s’imprégner de nouveau des passages les plus belliqueux à l’égard des juifs et des chrétiens, (qu’il dénomme à tort membres des « religions du livre », car c’est l’islam, la religion du livre, aux versets intouchables). Le ramadan n’est pas un « carême » musulman comme le répètent benoîtement les médias.

« ne prenez pas pour amis les juifs et les chrétiens ! »

Exemples significatifs de ce qui est remémoré durant le ramadan : « ne prenez pas pour amis les juifs et les chrétiens ! » (5.51) Ou encore : « Combattez ceux qui ne croient pas en Allah, ceux qui ne déclarent pas illicite ce que Allah et son prophète ont déclaré illicite ! » (9.29)
« Quand vous rencontrerez les infidèles, tuez-les jusqu’à en faire un grand carnage » (37.4) « Ce n’est pas vous qui les avez tués, c’est Allah qui les a tués… » (8.17)

Et parmi les cinq prières quotidiennes, revient la « fatiha » la prière-matrice du coran, dans laquelle il est affirmé au verset 7 – selon les commentateurs officiels d’hier et d’aujourd’hui – que les juifs sont « sous la colère d’Allah » et que les chrétiens sont des « égarés loin de sa volonté ». La plus grande offense à Allah est, selon le coran, le shirk, le fait que – d’après l’islam – l’homme Jésus soit associé à la transcendance de la divinité. Les « associateurs » (les disciples de Jésus) sont condamnés, pour leur blasphème, à être éliminés de la surface de la terre afin de satisfaire Allah.

Ce qui nous donne une fois de plus l’image d’une religion tenaillée par son ambition de supériorité (« l’islam domine mais n’est pas dominé ! », selon le hadith). Donc certains adeptes habituellement dénommés « modérés », mais remotivés par leur ramadan, risquent en conséquence d’avoir à un moment ou à un autre des comportements agressifs ou même des pulsions carrément djihadistes envers leurs hôtes et voisins « infidèles », tellement démonisés par l’Ecrit sacré qu’ils relisent jour après jour, et la prière « contre les autres » qu’ils répètent inlassablement…

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Abbé Alain René Arbez pour Dreuz.info.
Reloaded
 
Messages: 3519
Inscription: 16 Mai 2010 03

Re: Les origines paiennes de l'islam

Nouveau messagede Reloaded » 29 Juin 2014 21

J'oubliais le Ramadan est aussi le jihad du jihad et donc du terrorisme islamique

http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20 ... -irak.html
Reloaded
 
Messages: 3519
Inscription: 16 Mai 2010 03

Re: Les origines paiennes de l'islam

Nouveau messagede Reloaded » 5 Juil 2014 21

Reloaded
 
Messages: 3519
Inscription: 16 Mai 2010 03


Re: Les origines paiennes de l'islam

Nouveau messagede Reloaded » 23 Juil 2014 07

Reloaded
 
Messages: 3519
Inscription: 16 Mai 2010 03


Retourner vers Archéologie, Histoire et Civilisations

 


  • Articles en relation
    Réponses
    Vus
    Dernier message

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 4 invités

cron