Nazisme et terrorisme islamique - Les liens historiques

Preuves archéologiques sur l'islam et la bible

Nazisme et terrorisme islamique - Les liens historiques

Nouveau messagede Reloaded » 12 Jan 2012 15

Tres bon livre sur la fin des temps "L'Islam dans le Livre de l'Apocalypse"

Informations http://www.islam-bible-prophecy.com/apocalypse/

propheties-fin-des-temps/islam-dans-livre-apocalypse-t5620.html

Image


Image

Image


Image

Pierre SUMAC, jounaliste

Evoquer les liens entre les Musulmans et le régime nazi ne peut se concevoir sans évoquer la personnalité du Grand Mufti de Jérusalem. En effet, le Mufti Huseyni avait des liens de parenté directe avec de nombreux leaders importants du monde arabe, notamment palestinien, en commençant par Yasser Arafat, dont il était l'oncle, et Fayçal Huseyni, dont il était l'aïeul. De plus, de nos jours, la figure emblématique du Mufti est revendiquée par l'idéologie palestinienne comme celle d'un héros dont le modèle a traversé les décennies en dépit de son engagement pro-nazi.

Lors de la seconde guerre mondiale, Hitler avait eut plusieurs projets de « réserve de Juifs » où ils auraient pu survivre à la solution finale à l'unique condition qu'ils quittent l'Allemagne pour rejoindre un territoire où ils seraient « parqués » avec l'interdiction d'en sortir. Par exemple, la correspondance privée de Goebbels (consultable de nos jours au musée de Yad Vashem de Jérusalem), prouve qu'il tenta de convaincre Hitler de renoncer à la solution finale en lui substituant le plan « de l'Afrique du Nord », qui prévoyait la mise en place de ce projet vraisemblablement au Maroc. La seconde solution concernait Israël. En dépit de son mépris pour ce que Hitler nommait la « race » arabe, il comprit l'intérêt qu'il y avait à mobiliser le nationalisme arabe contre la Grande Bretagne et les alliés.

Cependant, les dernières recherches historiques laissent supposer que ce furent les Arabes et non les Sionistes qui amenèrent les Nazis à revoir leur position « pro-sioniste ». Entre 1933 et 1936, 164 267 immigrants juifs arrivèrent en Palestine dont 61 854 au cours de la seule année 1935, allant jusqu'à représenter presque 30 % de la population palestinienne en décembre 1935.

Les Arabes n'avaient jamais accepté le mandat britannique sur la Palestine et son but évident d'y créer un foyer juif. Berlin se rapprochera de la cause arabe en condamnant publiquement le plan de partage de la Palestine et la création d'un Etat juif appelé « à devenir une nouvelle place forte de la Juiverie internationale comme le Vatican pour le catholicisme politique et Moscou pour le communisme.1» Ils réagirent donc très violemment à ces statistiques qu'ils voyaient comme une menace. Ainsi, le témoignage de Sami al-Jundi, l'un des premiers dirigeants du parti Baath de Syrie nous dresse un tableau saisissant de l'atmosphère qui régnait à Damas dans les années trente : « Nous étions racistes et plein d'admiration pour le nazisme, nous dévorions ses publications et les ouvrages dont il s'était inspiré. [...] Nous fûmes les premiers à vouloir traduire Mein Kampf. Quiconque a vécu à Damas durant cette période se souvient de l'engouement général pour le nazisme, qui paraissait la seule force capable de servir la cause arabe ; le faible admire toujours le fort2» En 1929, après une série de combats entre Juifs et Arabes au Mur du Kotel, les musulmans massacrèrent plus de 135 Juifs. La politique des Arabes de Palestine suivait une logique de clan et le plus nationaliste était celui des Husayni, sous le patronage du Mufti de Jérusalem, al-Hajj - al-Husayni. Il se mit à rechercher un soutien extérieur pour prévenir d'éventuels soulèvements internes. Son choix se porta initialement sur l'Italie mais le projet allemand de créer une « réserve de Juifs » favorisa la prise de contact des nazis avec le grand Mufti de Jérusalem. Le 21 Juillet 1937, le grand mufti décida de nouer des liens plus étroits avec l'Allemagne nazie en rendant une visite officielle au Consul général allemand Dôhle en Palestine. Après avoir assuré l'Allemagne de son soutien quant à sa politique « qu'il voulait savoir jusqu'à quel point le Troisième Reich était prêt à soutenir le mouvement arabe contre les Juifs ». Dès lors, les Allemands décidèrent d'étudier plus attentivement le dossier palestinien. Les révoltes arabes de 1936-1939 furent donc encouragées et appuyées, financièrement et militairement, par l'Allemagne et l'Italie. Mussolini se parera même du titre, en 1937, de « sabre de l'islam » et aidé par le grand mufti, il (... la suite dans la revue)

http://coranix.org/biblio/mystemps.htm
Reloaded
 
Messages: 3489
Inscription: 16 Mai 2010 03

Re: Nazisme et terrorisme islamique - Les liens historiques

Nouveau messagede Reloaded » 12 Jan 2012 15

Reloaded
 
Messages: 3489
Inscription: 16 Mai 2010 03

Re: Nazisme et terrorisme islamique - Les liens historiques

Nouveau messagede Morpheus » 31 Déc 2012 03

Avatar de l’utilisateur
Morpheus
Administrateur du site
 
Messages: 4351
Inscription: 14 Mai 2010 00
Localisation: Suisse


Retourner vers Archéologie, Histoire et Civilisations

 


  • Articles en relation
    Réponses
    Vus
    Dernier message

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 6 invités

cron