Luc 18, 1-8 - Le juge inique

Judaisme et Messianisme

Luc 18, 1-8 - Le juge inique

Nouveau messagede Reloaded » 22 Mar 2021 07

Dans cette parabole, nous avons deux personnages, deux personnages que tout oppose : d’un côté une femme qui est veuve, de l’autre un juge.

Une veuve, à l’époque, est la personne la plus démunie, la plus fragilisée qui se puisse trouver. Une veuve est une femme absolument sans ressources, une femme qui ne peut compter que sur ses propres ressources, et dont les ressources sont fort limitées à une époque où la femme exerce rarement un métier, à une époque où la femme ne peut compter que sur le soutien d’un mari. Et la femme de cette parabole, en plus, subit une injustice. Notre texte ne précise pas de quelle injustice il s’agit : il ne fait que mieux référence à toute forme d’injustice.

Quant à notre juge, non seulement il a tout pouvoir, de par sa fonction de juge, mais en plus il est sans conscience : il ne craint pas Dieu et n’a aucun égard pour ses semblables.

Et pourtant, ce juge est un personnage incontournable pour cette femme. Le moins qu’on puisse dire, c’est que la cause de cette femme est fort mal engagée : elle a en face d’elle un juge qui n’est pas droit devant Dieu, un juge qui pourrait peut-être se laisser corrompre. Mais cette femme n’a pas l’argent pour le corrompre. Tout nous laisse penser qu’elle ne peut absolument rien attendre de lui : ce juge ne regarde que son propre intérêt, il n’a rien à faire de cette femme, parce qu’elle n’a rien à lui apporter. La cause de cette femme semble perdue d’avance.

Et pourtant, cette femme, dans son dénuement, possède quelque chose de déterminant, quelque chose de capital : elle a avec elle deux choses : la force du droit et la ténacité. Avec cela, elle va l’ennuyer, elle va lui casser la tête, comme le dit notre texte. C’est seulement avec cette conviction qu’elle est dans son droit et avec cette persévérance malgré les obstacles qu’elle arrive à ses fins.

L’Evangile nous donne cette femme comme un modèle de foi. Qu’est-ce que cela signifie pour nous ? Cela signifie deux choses : cela signifie que lorsque nous cherchons la justice, nous avons avec nous la force du droit, et cela signifie que la foi est indissociable de la persévérance - nous pourrions dire : de l’entêtement.

Dans une époque où nous attendons tout tout de suite, cette parabole nous assure que, puisque notre cause est juste, nous obtiendrons une réponse de la part de Dieu. Mais, nous le savons, Dieu ne répond pas toujours dans l’immédiat. Cette parabole nous dit aussi que cette réponse ne viendra peut-être pas tout de suite, mais que cela ne doit pas être pour nous un sujet de découragement.

Que règne la justice ! Comme Habaquq, comme cette veuve, n’hésitons pas à interpeller Dieu sur les injustices que nous voyons autour de nous, et même à l’importuner, si nous avons l’impression qu’il n’entend pas. Comme pour Habaquq, notre cri se transformera en une prière apaisée. Et la justice finira par régner, parce que Dieu est celui qui nous sauve, parce que Dieu est celui fait triompher les causes justes, parce que Dieu ne peut supporter le spectacle de l’oppression. Persévérons donc avec assurance dans nos combats.

Amen.
Bernard Mourou
Reloaded
 
Messages: 3582
Inscription: 16 Mai 2010 03

Retourner vers Religion Judéo-Messianique

 


  • Articles en relation
    Réponses
    Vus
    Dernier message

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 7 invités

cron