Paque et la fete des pains sans levains

Judaisme et Messianisme

Paque et la fete des pains sans levains

Nouveau messagede Reloaded » 5 Avr 2015 05

Fetes que tous chretiens devraient suivre...

"Joyeuse fête de Pessah à toutes et à tous ! Mes chers amis, ce 3 avril 2015, dans le calendrier hébraïque biblique, nous sommes le 14 du mois de Nissan ce qui correspond à la date de la vraie pâque de l’Éternel : « Le premier mois, le quatorzième jour du mois, entre les deux soirs, ce sera la Pâque de l'Eternel. » (Lévitique 23).

Voilà une des fêtes de l’Eternel des plus importantes, infiniment riche en signification, en révélation et en bénédiction pour ceux qui l’observeront selon ce que dit l’écriture ! A quelques heures du soir de Pessah (Pâques), qui est la véritable pâque de l’Eternel des armées observée par le Messie Yéshoua et ses disciples et tout le peuple juif depuis des millénaires, je vous souhaite d’avance à toutes et à tous une excellente fête ! Pour ceux qui aiment réellement le Dieu d’Israël et son Messie et qui n’observent pas cette fête ou qui n’ont pas été convenablement enseigné à ce sujet, je vous suggère et vous invite vivement à étudier la question et voir par vous-même ce que dit l’écriture concernant l’observation de cette fête de Dieu.

Contrairement à de nombreux faux enseignements : obéir à Dieu n'est pas un joug mais plutôt le fruit d'une véritable liberté et repentance ! Comme c’est effectivement le cas, nous ne pouvons que constater une fois encore la parfaite synchronicité entre cette fête de Pessah et l’étude de la paracha des 2 précédents Shabbat ainsi que de ce shabbat, portant sur le livre de Lévitique et révélant de si nombreux secrets au sujets des sacrifices ! Oui, alors mêmes que la portions d’études de la Torah de cette semaine et des semaines passées portaient sur l’importance des sacrifices et leur multiples et profondes significations, voici que la fête de Pessah dont le symbole principale est le sacrifice d’un agneau pur et sans tâche préfigurant le Messie, tombe précisément au même moment !

Une fois encore, nous ne pouvons que constater la juste inspiration divine des sages d’Israël des anciens temps ayant institué l’étude de la Torah chaque Shabbat selon un rythme précis. Puissions-nous donc commémorer et nous souvenir de la délivrance de la servitude de l’Egypte vécu par nos pères selon qu’il est écrit : « Souvenez-vous de ce jour, où vous êtes sortis d'Egypte, de la maison de servitude; car c'est par sa main puissante que l'Eternel vous en a fait sortir. On ne mangera point de pain levé. » (Exode 13.3). Cette fête marque donc le souvenir du signe constitué par le sang de l'agneau (un agneau sans défaut, mâle, âgé d'un an, immolé entre les deux soirs), mis sur les deux poteaux et sur le linteau de la porte des maisons (dans laquelle on mangea cet agneau immolé).

C'est par ce signe, que le jugement de Dieu (condamnation à mort) sur tous les premiers-nés du pays d'Egypte, depuis les hommes jusqu'aux animaux, a été épargné à Israël. Dieu a vu le sang, et est passé par-dessus Israël, et il n'y a point eu de plaie qui le détruise, alors que le pays d'Egypte fut frappé.

Rappelons-nous des paroles du Roi des rois : « J'ai désiré vivement manger cette Pâque avec vous, avant de souffrir; » (Luc 22.7). Armons-nous du même désir et rappelons-nous de l’accomplissement prophétique de cette fête NON ABOLIE, au travers du sacrifice volontaire et parfait du Seigneur Yéshoua qui fut l’agneau parfait de Dieu ! Le repas de Pessah est observé selon des ordonnances précises que continue d’observer le peuple d’Israël et qu’observaient aussi Yéshoua et ses disciples comme le démontre les textes de l'alliance renouvelée. Notamment, on trouve dans ce repas 3 pains sans levain (Matzoths en hébreux) et 4 coupes de vin(Qiddoush).

Enormément de belles et profondes signification spirituelles existent à ce sujet (sans même parler des autres aliments composant le repas que je vous invite à étudier et à mettre en pratique) mais il convient de rappeler l’ultime signification de ces principaux éléments au travers des paroles du Sauveur du monde : « Yéshoua prit du pain, et ayant rendu grâces, il le rompit et le donna à ses disciples et dit: Prenez, mangez, ceci est mon corps qui est donné pour vous; faites ceci en mémoire de moi. Ayant aussi pris la coupe et rendu grâces, il la leur donna, en disant: Buvez-en tous; Car ceci est mon sang, le sang de la nouvelle alliance, qui est répandu pour plusieurs, pour la rémission des péchés. » (Luc 22.19-21 ; Marc 14.22-24 ; Matthieu 26.26-28)

Rappelons-nous donc des paroles du Seigneur et Sauveur pendant cette fête de Pessah que lui aussi observait avec ses disciples et puissions-nous l’observer comme il convient, selon la lumière que Dieu nous a accordé, en mémoire du sacrifice du Messie d’Israël. Cette fête marque donc aussi et surtout le souvenir du sacrifice et de la résurrection des morts de Yeshoua, qui fut l'agneau immolé (un Homme sans péché, appelé le Fils de l'Homme crucifié à la croix de Golgotha). C'est par ce signe, que je jugement de Dieu sur tous les rebelles à son alliance, sera épargné à ceux qui ont accepté son sacrifice, et qui sont devenus ses enfants obéissants (Jn 1.12) parce qu'ils sont réconciliés avec leur créateur (2 Co 5.19). Dieu voit le sang du Fils, le sang de l'Alliance nouvelle, et il passe par-dessus son enfant, et il n'y aura point de condamnation (Ro 8.1), alors que le reste de l'humanité sera frappée de la colère de Dieu et jetée dans l'étang de feu qui ne s'éteint point, là où il y aura des pleurs et des grincements de dents (Ap 20.15 ; Ap 21.8).

Comme Pierre, en ces temps d’apostasie si proche de la fin, je ne peux m’empêcher de « chercher à éveiller par des avertissements votre saine intelligence » (2 Pierre 3.1). Ainsi, gare à ceux qui se réclament du Messie et qui profane le sang de l'alliance en continuant de vivre dans le compromis, dans l’esprit du monde et dans une fausse confiance et une fausse sécurité amenant eux-même et ceux qui les écoute à la transgression régulière de la Torah selon qu'il est dit : « quiconque pèche transgresse la Torah (Loi de Dieu) » (1 Jean 3.4) et aussi : « de quel pire châtiment pensez-vous que sera jugé digne celui qui aura foulé aux pieds le Fils de Dieu, qui aura tenu pour profane le sang de l'alliance, par lequel il a été sanctifié, et qui aura outragé l'Esprit de la grâce ? » (Hébreux 10.29).

Pour un tel homme, cette parole s'accomplira certainement s'il n'y a pas rapidement de vrai repentance : « Car, si nous péchons volontairement (transgression de la loi de Dieu) après avoir reçu la connaissance de la vérité, il ne reste plus de sacrifice pour les péchés, mais une attente terrible du jugement et l'ardeur d'un feu qui dévorera les rebelles. » (Hébreux 10.26) Attention donc à ceux qui enseignent une fausse grâce vous permettant de vivre dans le péché (transgression de la Loi de Dieu) sous couvert d’une fausse liberté et d’un faux amour mondain et humaniste qui ferme les yeux sur le péché. Ces personnes transforment la grâce de Dieu en dissolution (Jude 1.4) enseignent une foi sans les œuvres de Dieu, œuvres de Dieu qui sont pourtant écrites dans la Torah de l’Eternel, bonnes œuvres à mettre en pratique étant les fruits d’une véritable repentance à Salut. Jacques est clair : « La foi sans les œuvres de Dieu est vaine, morte et inutile » et encore : « Vous voyez que l'homme est justifié par les oeuvres, et non par la foi seulement. » (Jacques 2).

Il est triste de voir tant de chrétiens dans une faux Évangile sans loi de Dieu, pris d'un esprit d'égarement et les amenant sur un large sentier de perdition : moqueurs, fanfaron, orgueilleux, vulgaires, blasphémateurs, hautain, rebelle, méchant et médisant, ils injurient les gloires et se moquent du Dieu vivant et de ses saints, sous couvert d'un salut utopique qu'ils ont égaré en chemin, si jamais ils l'ont trouvé un jour : « Car mieux valait pour eux n'avoir pas connu la voie de la justice, que de se détourner, après l'avoir connue, du saint commandement qui leur avait été donné. » (2 Pierre 2.21) Ainsi, pour nous qui sommes parvenus à la fin des siècles, souvenons-nous d’autant plus du sacrifice parfait et du sang versé par l’agneau de Dieu et répandu sur le linteau et les poteaux de la porte de nos cœur car c’est Lui et Lui seul qui nous délivre de la servitude de notre Egypte spirituelle et de l’esclavage de la transgression des lois de Dieu (péché) afin que l’on soit libre de lui obéir en esprit et en vérité en vertu de son pardon et de sa grâce merveilleuse qu’il nous offre au moyen de la foi en Yéshoua. C’est Lui qui nous libère de la colère à venir selon qu’il est dit : « Yéshoua, qui nous délivre de la colère à venir. » (1 Thessaloniciens 1.10).

Car oui, Les temps de la colère sont proche et Dieu ramène ce qui est passé : cette parole de l’écriture s’accomplira de nouveau « Quand l'Eternel passera pour frapper l'Egypte, et verra le sang sur le linteau et sur les deux poteaux, l'Eternel passera par-dessus la porte, et il ne permettra pas au destructeur d'entrer dans vos maisons pour frapper. » (Exode 12.23). Le Sang de l’agneau du Dieu vivant est-il répandu sur les poteaux et le linteau de la porte de ton cœur ? Es-tu greffé parmi les branches de l'olivier Franc (et non à la place) ? Es-tu devenu israélite de coeur par ton adhésion au Dieu d'Israël par la foi dans son Messie Yéshoua (Romains 11) ? Es-tu bien conscient que c’est la racine qui te porte et que ce n’est pas toi qui porte la racine ? Es-tu avec le Messie d'Israël ? Comme Ruth qui est une image de la véritable église, as-tu le droit de cité en Israël, es-tu intégré aux alliances de la promesse avec une espérance véritable et vivifiante (Ephésiens 2.12) dans l’obéissance aux commandements de Dieu affirmant avec joie : « Où tu iras j'irai, où tu demeureras je demeurerai; ton peuple sera mon peuple, et ton Dieu sera mon Dieu; » (Ruth 1.16) ?

Es-tu désormais libre d’obéir par amour et avec foi aux saints commandements du Dieu d’Israël et de dire avec David : « Des orgueilleux imaginent contre moi des faussetés; Moi, je garde de tout mon coeur tes ordonnances. Leur coeur est insensible comme la graisse; Moi, je fais mes délices de ta loi. » (Psaumes 119.70) ? Alors, mon cher ami, que l'Eternel te bénisse, te garde et t’encourage à marcher toujours plus dans Ses voies car ces versets sont pour toi et ils sont écrit dans la Torah-Emet du Seigneur des armées par le Souffle de Dieu, l’Esprit de vie du Très-Haut : « Célèbre la Pâque en l'honneur de l'Eternel, ton Dieu; car c'est dans le mois des épis que l'Eternel, ton Dieu, t'a fait sortir d'Egypte, pendant la nuit. Pendant la fête, tu ne mangeras pas du pain levé, mais tu mangeras sept jours des pains sans levain, du pain d'affliction, car c'est avec précipitation que tu es sorti du pays d'Egypte : il en sera ainsi, afin que tu te souviennes toute ta vie du jour où tu es sorti du pays d'Egypte. On ne verra point chez toi de levain, dans toute l'étendue de ton pays, pendant sept jours ; » (Deutéronome 16.1-3) « Le premier mois, le quatorzième jour du mois, entre

les deux soirs, ce sera la Pâque de l'Eternel. Et le quinzième jour de ce mois, ce sera la fête des pains sans levain en l'honneur de l'Eternel; vous mangerez pendant sept jours des pains sans levain. Le premier jour, vous aurez une sainte convocation : vous ne ferez aucune oeuvre servile. » (Lévitique 23.5-7) « Et lorsque vos enfants vous diront : Que signifie pour vous cet usage ? vous répondrez : C'est le sacrifice de Pâque en l'honneur de l'Eternel, qui a passé par-dessus les maisons des enfants d'Israël en Egypte, lorsqu'il frappa l'Egypte et qu'il sauva nos maisons. » (Exode 12.26-27) Ainsi avec Paul, agissons selon qu’il est dit : « Célébrons donc la fête, non avec du vieux levain, non avec un levain de malice et de méchanceté, mais avec les pains sans levain de la pureté et de la vérité. » (1 Corinthiens 5.8).

Comme l’ordonne la Torah, le fait de chasser et d’éliminer tout levain de notre maison est une excellente représentation spirituelle et prophétique de l’importance de s’examiner soit même et d’ôter tout péché de nos vies ainsi que ceux qui sont les plus profondément cachés dans nos cœurs tels cette petite miette de levain cachée derrière un meuble ou sous un tapis et représentant certains péchés non abandonnés venant salir notre robe de justice devant le Dieu Saint ainsi qu’il est dit : « ils ont lavé leurs robes, et ils les ont blanchies dans le sang de l'agneau. » (Apocalypse 7.14).

N’oublions pas ce que dit Paul : la loi est d’abord spirituelle (Romains 7.14). Cela signifie évidemment que chaque ordonnance de la loi comme le fait d’éliminer tout levain de sa maison et de manger du pain sans levain pendant 7 jours lors de Pessah, a d’abord une signification et un impact spirituel, il s'agit en quelques sorte d'actions prophétiques. Le fait d’accomplir ces choses concrètement (par exemple manger du pain sans levain, éliminer le levain de la maison) aura pour effet d’apporter des grandes bénédictions spirituelles car en agissant conformément à la Torah de YHWH, tous ces actes d’obéissances seront sanctifié par la parole et apporteront de nombreux bienfaits et de belles bénédictions à ceux qui s’y conformeront selon que l’écriture l’enseigne : « Voici toutes les bénédictions qui se répandront sur toi et qui seront ton partage, lorsque tu obéiras à la voix de l'Eternel, ton Dieu » (Deutéronome 28.2)
Reloaded
 
Messages: 3593
Inscription: 16 Mai 2010 03

Re: Bonne fete de Paque et des pains sans levains

Nouveau messagede Reloaded » 5 Avr 2015 05

Mais si tu n’es pas certains d’avoir déposé le sang de l’agneau de Dieu sur les poteaux et le linteau de la porte de ton cœur, si tu as salis ta robe à cause de faux enseignements qui te laissent vivre dans le péché alors mon frère, ma sœur : ne laisse pas de paix à ton âme tant que ta robe ne soit pas blanchi dans le sang pur et sans tâche du Messie et ne laisse pas de paix à ton âme tant que ce même sang ne soit pas répandu sur la porte de ton cœur, car c’est de ton éternité qu’il s’agit.

Que le Dieu des dieux, que le Puissant de Jacob fortife et remplisse de sa joie et de sa puissante Vérité le cœurs de chacun ! « Et si vous ne trouvez pas bon de servir l'Eternel, choisissez aujourd'hui qui vous voulez servir, ou les dieux que servaient vos pères au delà du fleuve, ou les dieux des Amoréens dans le pays desquels vous habitez. Moi et ma maison nous servirons l'éternel. » Josué 24:15"
Rencontrer Dieu‎Juif Messianique & Evangélique

Joyeuse fête de Pessah à toutes et à tous !

Mes chers amis, ce 3 avril 2015, dans le calendrier hébraïque biblique, nous sommes le 14 du mois de Nissan ce qui correspond à la date de la vraie pâque de l’Éternel : « Le premier mois, le quatorzième jour du mois, entre les deux soirs, ce sera la Pâque de l'Eternel. » (Lévitique 23). Voilà une des fêtes de l’Eternel des plus importantes, infiniment riche en signification, en révélation et en bénédiction pour ceux qui l’observeront selon ce que dit l’écriture !

A quelques heures du soir de Pessah (Pâques), qui est la véritable pâque de l’Eternel des armées observée par le Messie Yéshoua et ses disciples et tout le peuple juif depuis des millénaires, je vous souhaite d’avance à toutes et à tous une excellente fête ! Pour ceux qui aiment réellement le Dieu d’Israël et son Messie et qui n’observent pas cette fête ou qui n’ont pas été convenablement enseigné à ce sujet, je vous suggère et vous invite vivement à étudier la question et voir par vous-même ce que dit l’écriture concernant l’observation de cette fête de Dieu. Contrairement à de nombreux faux enseignements : obéir à Dieu n'est pas un joug mais plutôt le fruit d'une véritable liberté et repentance !

Comme c’est effectivement le cas, nous ne pouvons que constater une fois encore la parfaite synchronicité entre cette fête de Pessah et l’étude de la paracha des 2 précédents Shabbat ainsi que de ce shabbat, portant sur le livre de Lévitique et révélant de si nombreux secrets au sujets des sacrifices ! Oui, alors mêmes que la portions d’études de la Torah de cette semaine et des semaines passées portaient sur l’importance des sacrifices et leur multiples et profondes significations, voici que la fête de Pessah dont le symbole principale est le sacrifice d’un agneau pur et sans tâche préfigurant le Messie, tombe précisément au même moment ! Une fois encore, nous ne pouvons que constater la juste inspiration divine des sages d’Israël des anciens temps ayant institué l’étude de la Torah chaque Shabbat selon un rythme précis.

Puissions-nous donc commémorer et nous souvenir de la délivrance de la servitude de l’Egypte vécu par nos pères selon qu’il est écrit : « Souvenez-vous de ce jour, où vous êtes sortis d'Egypte, de la maison de servitude; car c'est par sa main puissante que l'Eternel vous en a fait sortir. On ne mangera point de pain levé. » (Exode 13.3).

Cette fête marque donc le souvenir du signe constitué par le sang de l'agneau (un agneau sans défaut, mâle, âgé d'un an, immolé entre les deux soirs), mis sur les deux poteaux et sur le linteau de la porte des maisons (dans laquelle on mangea cet agneau immolé). C'est par ce signe, que le jugement de Dieu (condamnation à mort) sur tous les premiers-nés du pays d'Egypte, depuis les hommes jusqu'aux animaux, a été épargné à Israël.

Dieu a vu le sang, et est passé par-dessus Israël, et il n'y a point eu de plaie qui le détruise, alors que le pays d'Egypte fut frappé.

Rappelons-nous des paroles du Roi des rois : « J'ai désiré vivement manger cette Pâque avec vous, avant de souffrir; » (Luc 22.7). Armons-nous du même désir et rappelons-nous de l’accomplissement prophétique de cette fête NON ABOLIE, au travers du sacrifice volontaire et parfait du Seigneur Yéshoua qui fut l’agneau parfait de Dieu !

Le repas de Pessah est observé selon des ordonnances précises que continue d’observer le peuple d’Israël et qu’observaient aussi Yéshoua et ses disciples comme le démontre les textes de l'alliance renouvelée. Notamment, on trouve dans ce repas 3 pains sans levain (Matzoths en hébreux) et 4 coupes de vin(Qiddoush).

Enormément de belles et profondes signification spirituelles existent à ce sujet (sans même parler des autres aliments composant le repas que je vous invite à étudier et à mettre en pratique) mais il convient de rappeler l’ultime signification de ces principaux éléments au travers des paroles du Sauveur du monde : « Yéshoua prit du pain, et ayant rendu grâces, il le rompit et le donna à ses disciples et dit: Prenez, mangez, ceci est mon corps qui est donné pour vous; faites ceci en mémoire de moi. Ayant aussi pris la coupe et rendu grâces, il la leur donna, en disant: Buvez-en tous; Car ceci est mon sang, le sang de la nouvelle alliance, qui est répandu pour plusieurs, pour la rémission des péchés. » (Luc 22.19-21 ; Marc 14.22-24 ; Matthieu 26.26-28)

Rappelons-nous donc des paroles du Seigneur et Sauveur pendant cette fête de Pessah que lui aussi observait avec ses disciples et puissions-nous l’observer comme il convient, selon la lumière que Dieu nous a accordé, en mémoire du sacrifice du Messie d’Israël.

Cette fête marque donc aussi et surtout le souvenir du sacrifice et de la résurrection des morts de Yeshoua, qui fut l'agneau immolé (un Homme sans péché, appelé le Fils de l'Homme crucifié à la croix de Golgotha). C'est par ce signe, que je jugement de Dieu sur tous les rebelles à son alliance, sera épargné à ceux qui ont accepté son sacrifice, et qui sont devenus ses enfants obéissants (Jn 1.12) parce qu'ils sont réconciliés avec leur créateur (2 Co 5.19).

Dieu voit le sang du Fils, le sang de l'Alliance nouvelle, et il passe par-dessus son enfant, et il n'y aura point de condamnation (Ro 8.1), alors que le reste de l'humanité sera frappée de la colère de Dieu et jetée dans l'étang de feu qui ne s'éteint point, là où il y aura des pleurs et des grincements de dents (Ap 20.15 ; Ap 21.8).

Comme Pierre, en ces temps d’apostasie si proche de la fin, je ne peux m’empêcher de « chercher à éveiller par des avertissements votre saine intelligence » (2 Pierre 3.1). Ainsi, gare à ceux qui se réclament du Messie et qui profane le sang de l'alliance en continuant de vivre dans le compromis, dans l’esprit du monde et dans une fausse confiance et une fausse sécurité amenant eux-même et ceux qui les écoute à la transgression régulière de la Torah selon qu'il est dit : « quiconque pèche transgresse la Torah (Loi de Dieu) » (1 Jean 3.4) et aussi : « de quel pire châtiment pensez-vous que sera jugé digne celui qui aura foulé aux pieds le Fils de Dieu, qui aura tenu pour profane le sang de l'alliance, par lequel il a été sanctifié, et qui aura outragé l'Esprit de la grâce ? » (Hébreux 10.29).

Pour un tel homme, cette parole s'accomplira certainement s'il n'y a pas rapidement de vrai repentance : « Car, si nous péchons volontairement (transgression de la loi de Dieu) après avoir reçu la connaissance de la vérité, il ne reste plus de sacrifice pour les péchés, mais une attente terrible du jugement et l'ardeur d'un feu qui dévorera les rebelles. » (Hébreux 10.26)

Attention donc à ceux qui enseignent une fausse grâce vous permettant de vivre dans le péché (transgression de la Loi de Dieu) sous couvert d’une fausse liberté et d’un faux amour mondain et humaniste qui ferme les yeux sur le péché. Ces personnes transforment la grâce de Dieu en dissolution (Jude 1.4) enseignent une foi sans les œuvres de Dieu, œuvres de Dieu qui sont pourtant écrites dans la Torah de l’Eternel, bonnes œuvres à mettre en pratique étant les fruits d’une véritable repentance à Salut. Jacques est clair : « La foi sans les œuvres de Dieu est vaine, morte et inutile » et encore : « Vous voyez que l'homme est justifié par les oeuvres, et non par la foi seulement. » (Jacques 2). Il est triste de voir tant de chrétiens dans une faux Évangile sans loi de Dieu, pris d'un esprit d'égarement et les amenant sur un large sentier de perdition : moqueurs, fanfaron, orgueilleux, vulgaires, blasphémateurs, hautain, rebelle, méchant et médisant, ils injurient les gloires et se moquent du Dieu vivant et de ses saints, sous couvert d'un salut utopique qu'ils ont égaré en chemin, si jamais ils l'ont trouvé un jour : « Car mieux valait pour eux n'avoir pas connu la voie de la justice, que de se détourner, après l'avoir connue, du saint commandement qui leur avait été donné. » (2 Pierre 2.21)

Ainsi, pour nous qui sommes parvenus à la fin des siècles, souvenons-nous d’autant plus du sacrifice parfait et du sang versé par l’agneau de Dieu et répandu sur le linteau et les poteaux de la porte de nos cœur car c’est Lui et Lui seul qui nous délivre de la servitude de notre Egypte spirituelle et de l’esclavage de la transgression des lois de Dieu (péché) afin que l’on soit libre de lui obéir en esprit et en vérité en vertu de son pardon et de sa grâce merveilleuse qu’il nous offre au moyen de la foi en Yéshoua. C’est Lui qui nous libère de la colère à venir selon qu’il est dit : « Yéshoua, qui nous délivre de la colère à venir. » (1 Thessaloniciens 1.10).

Car oui, Les temps de la colère sont proche et Dieu ramène ce qui est passé : cette parole de l’écriture s’accomplira de nouveau « Quand l'Eternel passera pour frapper l'Egypte, et verra le sang sur le linteau et sur les deux poteaux, l'Eternel passera par-dessus la porte, et il ne permettra pas au destructeur d'entrer dans vos maisons pour frapper. » (Exode 12.23).

Le Sang de l’agneau du Dieu vivant est-il répandu sur les poteaux et le linteau de la porte de ton cœur ? Es-tu greffé parmi les branches de l'olivier Franc (et non à la place) ? Es-tu devenu israélite de coeur par ton adhésion au Dieu d'Israël par la foi dans son Messie Yéshoua (Romains 11) ? Es-tu bien conscient que c’est la racine qui te porte et que ce n’est pas toi qui porte la racine ? Es-tu avec le Messie d'Israël ? Comme Ruth qui est une image de la véritable église, as-tu le droit de cité en Israël, es-tu intégré aux alliances de la promesse avec une espérance véritable et vivifiante (Ephésiens 2.12) dans l’obéissance aux commandements de Dieu affirmant avec joie : « Où tu iras j'irai, où tu demeureras je demeurerai; ton peuple sera mon peuple, et ton Dieu sera mon Dieu; » (Ruth 1.16) ? Es-tu désormais libre d’obéir par amour et avec foi aux saints commandements du Dieu d’Israël et de dire avec David : « Des orgueilleux imaginent contre moi des faussetés; Moi, je garde de tout mon coeur tes ordonnances. Leur coeur est insensible comme la graisse; Moi, je fais mes délices de ta loi. » (Psaumes 119.70) ?

Alors, mon cher ami, que l'Eternel te bénisse, te garde et t’encourage à marcher toujours plus dans Ses voies car ces versets sont pour toi et ils sont écrit dans la Torah-Emet du Seigneur des armées par le Souffle de Dieu, l’Esprit de vie du Très-Haut :

« Célèbre la Pâque en l'honneur de l'Eternel, ton Dieu; car c'est dans le mois des épis que l'Eternel, ton Dieu, t'a fait sortir d'Egypte, pendant la nuit. Pendant la fête, tu ne mangeras pas du pain levé, mais tu mangeras sept jours des pains sans levain, du pain d'affliction, car c'est avec précipitation que tu es sorti du pays d'Egypte : il en sera ainsi, afin que tu te souviennes toute ta vie du jour où tu es sorti du pays d'Egypte. On ne verra point chez toi de levain, dans toute l'étendue de ton pays, pendant sept jours ; » (Deutéronome 16.1-3)

« Le premier mois, le quatorzième jour du mois, entre les deux soirs, ce sera la Pâque de l'Eternel. Et le quinzième jour de ce mois, ce sera la fête des pains sans levain en l'honneur de l'Eternel; vous mangerez pendant sept jours des pains sans levain. Le premier jour, vous aurez une sainte convocation : vous ne ferez aucune oeuvre servile. » (Lévitique 23.5-7)

« Et lorsque vos enfants vous diront : Que signifie pour vous cet usage ? vous répondrez : C'est le sacrifice de Pâque en l'honneur de l'Eternel, qui a passé par-dessus les maisons des enfants d'Israël en Egypte, lorsqu'il frappa l'Egypte et qu'il sauva nos maisons. » (Exode 12.26-27)

Ainsi avec Paul, agissons selon qu’il est dit : « Célébrons donc la fête, non avec du vieux levain, non avec un levain de malice et de méchanceté, mais avec les pains sans levain de la pureté et de la vérité. » (1 Corinthiens 5.8). Comme l’ordonne la Torah, le fait de chasser et d’éliminer tout levain de notre maison est une excellente représentation spirituelle et prophétique de l’importance de s’examiner soit même et d’ôter tout péché de nos vies ainsi que ceux qui sont les plus profondément cachés dans nos cœurs tels cette petite miette de levain cachée derrière un meuble ou sous un tapis et représentant certains péchés non abandonnés venant salir notre robe de justice devant le Dieu Saint ainsi qu’il est dit : « ils ont lavé leurs robes, et ils les ont blanchies dans le sang de l'agneau. » (Apocalypse 7.14).

N’oublions pas ce que dit Paul : la loi est d’abord spirituelle (Romains 7.14). Cela signifie évidemment que chaque ordonnance de la loi comme le fait d’éliminer tout levain de sa maison et de manger du pain sans levain pendant 7 jours lors de Pessah, a d’abord une signification et un impact spirituel, il s'agit en quelques sorte d'actions prophétiques. Le fait d’accomplir ces choses concrètement (par exemple manger du pain sans levain, éliminer le levain de la maison) aura pour effet d’apporter des grandes bénédictions spirituelles car en agissant conformément à la Torah de YHWH, tous ces actes d’obéissances seront sanctifié par la parole et apporteront de nombreux bienfaits et de belles bénédictions à ceux qui s’y conformeront selon que l’écriture l’enseigne : « Voici toutes les bénédictions qui se répandront sur toi et qui seront ton partage, lorsque tu obéiras à la voix de l'Eternel, ton Dieu » (Deutéronome 28.2)

Mais si tu n’es pas certains d’avoir déposé le sang de l’agneau de Dieu sur les poteaux et le linteau de la porte de ton cœur, si tu as salis ta robe à cause de faux enseignements qui te laissent vivre dans le péché alors mon frère, ma sœur : ne laisse pas de paix à ton âme tant que ta robe ne soit pas blanchi dans le sang pur et sans tâche du Messie et ne laisse pas de paix à ton âme tant que ce même sang ne soit pas répandu sur la porte de ton cœur, car c’est de ton éternité qu’il s’agit.

Que le Dieu des dieux, que le Puissant de Jacob fortife et remplisse de sa joie et de sa puissante Vérité le cœurs de chacun !

« Et si vous ne trouvez pas bon de servir l'Eternel, choisissez aujourd'hui qui vous voulez servir, ou les dieux que servaient vos pères au delà du fleuve, ou les dieux des Amoréens dans le pays desquels vous habitez. Moi et ma maison nous servirons l'éternel. » Josué 24:15


Source RencontrerDieu.Com
Reloaded
 
Messages: 3593
Inscription: 16 Mai 2010 03


Retourner vers Religion Judéo-Messianique

 


  • Articles en relation
    Réponses
    Vus
    Dernier message

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 5 invités

cron