Citations sur l'islam et Mahomet

Etude de l'islam via les hadiths et le coran
-

Re: Citations sur l'islam et Mahomet

Nouveau messagede yacoub » 19 Aoû 2011 19

Si l’Espagne était demeurée une terre d’Islam au cours des siècles suivants, disons jusque l’époque de Napoléon, elle aurait gardé tous les défauts idéologiques, légaux et institutionnels de la civilisation islamique. Une Espagne dominée par la loi islamique aurait été incapable de fonder de nouvelles universités basées sur le modèle européen de gestion autonome légale, tout comme les corporations n’existent pas dans la loi islamique. Qui plus est, le modèle islamique de l’éducation reposait sur la primauté absolue du fiqh, des études légales et de la norme de la préservation des grandes traditions du passé. Cela se reflétait symboliquement dans l’ijaza, l’autorisation de transmettre les connaissances du passé, donnée à titre personnel par un maître à un disciple, une tradition très différente de celle de l’Occident où un diplôme décerné par une collectivité certifie (via des examens) l’acquisition des connaissances. En fait, la fondation des universités espagnoles au treizième siècle, d’abord à Palencia (1208-9), Valladolid, Salamanca (1227-8), etc., eut lieu dans les zones chrétiennes de longue-date, et les universités furent modelées d’après les constitutions de Paris et Bologne."
Avatar de l’utilisateur
yacoub
 
Messages: 4414
Inscription: 4 Juil 2010 13
Localisation: France

Re: Citations sur l'islam et Mahomet

Nouveau messagede Ézéchiel » 19 Aoû 2011 23

yacoub a écrit:A partir de son initiation religieuse, vers l’âge de dix ou douze ans, l’enfant musulman, jusque-là quelquefois assez éveillé, devient tout à coup fanatique, plein d’une sotte fierté de posséder ce qu’il croit la vérité absolue, heureux comme d’un privilège de ce qui fait son infériorité. Ce fol orgueil est le vice radical du musulman
E. Renan


Cette citation est d'une véracité térrassante ! x06
Avatar de l’utilisateur
Ézéchiel
 
Messages: 791
Inscription: 27 Juin 2011 22

Re: Citations sur l'islam et Mahomet

Nouveau messagede yacoub » 20 Aoû 2011 14

Etre anticlérical chez nous n’implique plus ni courage ni impertinence. D’autant plus que l’inculture générale fait oublier ce que le pays doit dans ses monuments, ses paysages, sa façon de vivre au catholicisme.

Sans se demander quel peuple a édifié les basiliques romanes ou peint les peintures du Louvre, nos contemporains habitent un pays rempli de chefs-d’œuvre chrétiens sans vraiment les voir. Cette méconnaissance du christianisme est un naufrage culturel plus grand que la méconnaissance des humanités classiques.

Par contre il est absolument impossible de critiquer l’islam et encore plus de s’en moquer. Nos cyniques à la mode disent du mal de tout,sauf de l’islam.

Jean-Claude Barreau
Avatar de l’utilisateur
yacoub
 
Messages: 4414
Inscription: 4 Juil 2010 13
Localisation: France

Re: Citations sur l'islam et Mahomet

Nouveau messagede keter » 24 Aoû 2011 02

yacoub a écrit:Les musulmans sont les premières victimes île l'islam.
Combien de fois n'ai-je pas observé au cours de
mes voyages en Orient, que le fanatisme est le fait
d'une minorité d'hommes dangereux qui, par la terreur,
maintiennent les autres dans la pratique d'une
religion. Affranchir le musulman de sa religion est le
plus grand service qu'on puisse lui rendre.

E. Renan

A partir de son initiation religieuse, vers l’âge de dix ou douze ans, l’enfant musulman, jusque-là quelquefois assez éveillé, devient tout à coup fanatique, plein d’une sotte fierté de posséder ce qu’il croit la vérité absolue, heureux comme d’un privilège de ce qui fait son infériorité. Ce fol orgueil est le vice radical du musulman
E. Renan


Merci pour toutes ces citations yacoub!

Je souligne la 2ème de Renan:

A partir de son initiation religieuse, vers l’âge de dix ou douze ans, l’enfant musulman, jusque-là quelquefois assez éveillé, devient tout à coup fanatique, plein d’une sotte fierté de posséder ce qu’il croit la vérité absolue, heureux comme d’un privilège de ce qui fait son infériorité. Ce fol orgueil est le vice radical du musulman.

On en voit assez souvent (sur ce forum et ailleurs) des encoranisés dans ce cas de figure....
Avatar de l’utilisateur
keter
 
Messages: 1311
Inscription: 21 Mai 2010 09

Re: Citations sur l'islam et Mahomet

Nouveau messagede yacoub » 16 Nov 2011 14

Nous ne connaissons pas, depuis qu'existe ce monde et jusqu'à notre temps
qui a vu arriver sa corruption, de religion dont chaque barratage produise pire beurre,
dont l'agitation soit plus trompeuse pour ses adeptes[...]
plus amère quand à ses fruits, de plus mauvais effet sur son peuple, plus sauvage quand à sa religion
que votre religion.


Ibn Al Muquaffa, les penseurs libres de l'islam, page 52.
Avatar de l’utilisateur
yacoub
 
Messages: 4414
Inscription: 4 Juil 2010 13
Localisation: France

Re: Citations sur l'islam et Mahomet

Nouveau messagede yacoub » 1 Jan 2012 16

L'Islam n'est pas une religion ni un culte. C'est un système complet, absolu.
L'Islam a des composantes religieuses, légales, politiques, économiques et militaires.
La composante religieuse est une accroche pour les autres composantes.
L' Islamisation se produit quand les musulmans dans un pays sont assez nombreux pour s'agiter et réclamer leurs prétendus "droits religieux."
Quand des sociétés politiquement correctes et culturellement variées, sont d'accord sur les demandes musulmanes "raisonnables" concernant leurs "droits religieux", elles récoltent aussi les autres composantes, en bonus.
Avatar de l’utilisateur
yacoub
 
Messages: 4414
Inscription: 4 Juil 2010 13
Localisation: France

Re: Citations sur l'islam et Mahomet

Nouveau messagede yacoub » 14 Jan 2012 11

La majorité des musulmans sont tétus et refusent d'admettre que Napoléon
ne s'est pas converti à l'islam.
Voici ce qu'on lit sur des sites de propagande de l'islam.

    NAPOLÉON BONAPARTE ETAIT- IL MUSULMAN?

    Empereur des Français (1769-1821)


    « L’Islam attaque spécialement les idolâtres; il n’y a point d’autre dieu que Dieu, et Mahomet est son prophète; voilà le fondement de la religion musulmane; c’était le point le plus essentiel: consacrer la grande vérité annoncée par Moïse et confirmée par Jésus. (...) Il n’y a pas d’autre dieu que Dieu et Mahomet est son prophète. (...) Je suis, moi, musulman unitaire et je glorifie le Prophète. (...) J’espère que le moment ne tardera pas où je pourrai réunir tous les hommes sages et instruits du pays, et établir un régime uniforme, fondé sur les principes d’Al Coran qui sont les seuls vrais et qui peuvent seuls faire le bonheur des hommes. » (Extraits de “Correspondance de Napoléon Ier Tome V pièce n° 4287 du 17/07/1799: profession de foi, voir aussi pièce n° 3148; et de l’ouvrage de Christian Cherfils: “Bonaparte et l’Islam” - Pedone Ed. - Paris - 1914 - p. 81 - 127 )


    Note : les historiens qui parlent de cette conversion, la qualifie de stratégie égyptienne. Cependant il suffit de lire le “Journal inédit de Ste Hélène, de 1815 à 1818” du Gal Baron Gourgaud -2 tomes- Ed. Flammarion, pour se rendre compte que la persistance de l’Islam chez Napoléon, lors de son séjour final à Ste Hélène, ruinent totalement cette hypothèse. Car, là, nulle ambition ou stratégie politique ne dictaient alors sa conduite.

Avatar de l’utilisateur
yacoub
 
Messages: 4414
Inscription: 4 Juil 2010 13
Localisation: France

Re: Citations sur l'islam et Mahomet

Nouveau messagede yacoub » 14 Jan 2012 12

CE QUE PENSE MICHEL ONFRAY DE L'ISLAM


Extraits du traité d'athéologie, pages 239 à 256.



"Près de 250 versets – sur les 6235 du Livre (coran) – justifient et légitiment la guerre sainte, le djihad. Assez pour que se trouvent noyées les deux ou trois phrases qui invitent à la tolérance… Dans un tel océan de sang qui peut encore s’arrêter à [ces] deux ou trois phrases… D’autant que la biographie du prophète témoigne : on y trouve constamment le meurtre, le crime, l’épée et l’expédition punitive. […]

L'islam refuse par essence l'égalité métaphysique, ontologique, religieuse, donc politique. Le Coran l'enseigne : au sommet, les musulmans, en dessous, les chrétiens, parce que gens du Livre eux aussi, puis, à la suite, les juifs, également partie prenante du groupe, parce que monothéistes. Enfin, après le musulman, le chrétien et le juif, arrive en quatrième position, toutes catégories confondues dans la réprobation générale, le groupe des incroyants, infidèles, mécréants, polythéistes et, bien sûr, athées... La loi coranique qui interdit de tuer ou de commettre des délits ou des massacres sur son prochain concerne seulement de manière restrictive les membres de la communauté l’umma. […]

Au sein même de la communauté musulmane de prétendus semblables, la hiérarchie persiste : les hommes dominent les femmes, les religieux dominent les croyants, les fidèles pieux dominent les pratiquants tièdes, les vieux dominent les jeunes. Phallocratie, théocratie, gérontocratie, le modèle tribal et primitif des origines ne cesse pas depuis treize siècles. Il est fondamentalement incompatible avec les sociétés issues des Lumières. Le musulman n'est pas fraternel : frère du coreligionnaire, oui, mais pas des autres, tenus pour rien, quantités négligeables ou détestables.

[…] En lecteurs de Carl Schmidt qu'ils ne sont pas, les musulmans coupent le monde en deux : les amis, les ennemis. D'un côté, les frères en islam, de l'autre, les autres, tous les autres. Dâr al-islam contre dâr al-harb : deux univers irréductibles, incompatibles, régis par des relations sauvages et brutales : un prédateur une proie, un mangeur un mangé, un dominant un dominé. Comme dans la plus banale des jungles, les félins entre eux, et le reste du territoire à soumettre, asservir et posséder. La loi qui règle le rapport entre les animaux.

Une vision du monde pas bien éloignée de celle d'Hitler qui justifie les logiques de marquage, de possession, de gestion et d'extension du territoire. Le renard et le poulailler, le faucon et sa proie, le lion et la gazelle, les forts et les faibles, l'islam et les autres. Pas de droit, pas de loi, pas de langage, pas d'échange ou de communication, pas d'intelligence, pas de cerveau, mais des muscles, de l'instinct, de la force, du combat, de la guerre et du sang.

L'universel? Le local moins les murs - pour paraphraser Miguel Torga. Le tribal du viie siècle, le féodal du désert arabe, le clanique primitif transposé à chaque fois sans changement dans la civilisation du moment, y compris la nôtre, post-moderne, hyper-industrielle et numérique. Le village du désert devient le modèle du monde. L'oasis où rien ne pénètre depuis des siècles, sinon les caravanes nomades chargées de denrées de première nécessité, fonctionne comme archétype social, humain, métaphysique et politique.

Un livre datant des premières années de 630, hypothétiquement dicté à un gardeur de chameaux illettré, décide dans le détail du quotidien de milliards d'hommes à l'heure de la vitesse supersonique, de la conquête spatiale, de l'informatisation généralisée de la planète, du temps réel et universel des communications généralisées, du séquençage du génome humain, de l'énergie nucléaire, des premières heures du post-humain... […]

Toute action se vit sous le regard de la tribu qui la juge à l'aune de la conformité aux règles coraniques ou musulmanes. Le père, mais aussi, dans une logique phallocrate totale, le grand frère, le frère et autres variations sur le thème du mâle. […]

Dans la logique communautaire qui inclut et exclut, on sait trop peu que le signe distinctif jaune - un turban parfois – à porter sur son vêtement est d'abord une décision d'un calife de Bagdad au xie siècle – on parle habituellement d'âge d'or de l'islam pour caractériser cette période... – qui souhaitait distinguer le juif et le chrétien par un signe devenu très vite infamant.

Les musulmans disposent d'un concept - la « dhimmitude » - pour nommer ce qu'ils présentent comme une charte de protection du non-musulman sur terre d'islam, pourvu que le sujet soit tout de même de la religion du Livre - avec dérogation pour le zoroastrisme. Théoriquement, l'islam passe pour une religion de paix et de tolérance. Dans les faits, la dhimmitude suppose un impôt, une taxe prélevée sur le juif, le chrétien ou le zoroastrien pour lui permettre de vivre sur une terre d'islam. Une rançon, donc, une extorsion de fonds.

Cette protection (!) acquise, les dhimmis voient leurs droits civiques réduits à pas grand-chose. Dans une société tribale où le cheval permet d'exister, de se déplacer, de combattre, de montrer son rang social, le non-musulman en est privé : on lui autorise l'âne, le mulet, la monture humiliante, mais chevauchée en amazone, la manière féminine de monter; il peut marcher dans la rue, mais il ne lui est pas permis de dépasser un musulman; bien sûr, le port d'arme est formellement interdit - autant dire que, désarmés, ils sont à la merci du premier bandit venu. Parfois même, outre le tissu jaune de sinistre mémoire, on leur tatoue un lion sur la main, comme d'autres un numéro sur l'avant-bras. […]

L'inscription de l'islam dans une histoire qui nie l'Histoire génère une société close, statique, fermée sur elle-même, fascinée par l'immobilité des morts. Comme jadis le marxisme prétendait réaliser l'Histoire en l'abolissant, lui vouait un culte quasi religieux pour mieux l'achever, la prétention musulmane à gouverner la planète vise, in fine, un agencement fixe, anhistorique, quittant la dynamique du réel et du monde pour la cristallisation hors du temps d'un univers pensé et conçu sur le mode de l'arrière-monde. Une société appliquant les principes du Coran donnerait un camp nomade universel bruissant de quelques tremblements de fond, juste le bruit des sphères qui tournent à vide sur elles-mêmes célébrant le néant, la vacuité et le non-sens de l'Histoire morte. […]

[…] D’où la pratique de la polygamie, les comportements misogynes, et phalocrates au quotidien, le déni de qualité existentielle à toute personne non musulmane, la justification de la mise à mort des infidèles – du monothéiste à l’athée –, le respect zélé des rituels et obligations du pratiquant, la condamnation de tout usage de la raison, etc.

[…] En revanche, rien n'interdit, tout l'autorise même, une lecture scrupuleuse à partir de laquelle se justifient toutes les exactions auxquelles invite le texte saint : personne n'est obligé d'être musulman, mais quand on se proclame tel, on doit adhérer à la théorie, aux enseignements et pratiquer en conséquence. Il en va du pur et simple principe de cohérence. La théocratie islamique illustre le maximum de cohérence possible sur ce sujet.

Car l'islam est structurellement archaïque : point par point, il contredit tout ce que la philosophie des Lumières a obtenu depuis le xviiie siècle en Europe et qui suppose la condamnation de la superstition, le refus de l'intolérance, l'abolition de la censure, le rejet de la tyrannie, l'opposition à l'absolutisme politique, la fin de toute religion d'Etat, la proscription de la pensée magique, l'élargissement de toute liberté de pensée et d'expression, la promulgation de l'égalité des droits, la considération que toute loi relève de l'immanence contractuelle, la volonté d'un bonheur social ici et maintenant, l'aspiration à l'universalité du règne de la raison. Autant de refus clairement signifiés à longueur de sourate... […]

Car tout est dans le Coran. Le lire permet de trouver toutes les réponses à toutes les questions possibles et imaginables. […] Le chef suprême dispose donc d'une source suprême, le texte saint, sa parole s'identifie à la loi et au droit. Tout ce qui définit habituellement le fascisme se retrouve dans la proposition théorique et la pratique du gouvernement islamique : […] le vitalisme de la vision du monde doublé d'une passion thanatophilique sans fond; la guerre expansionniste vécue comme preuve de la santé de la nation ; […] le régime de terreur policière; l'abolition de toute séparation entre sphère privée et domaine public ; la construction d'une société close ; […] la célébration des vertus guerrières - virilité, machisme, fraternité, camaraderie, discipline, misogynie; la destruction de toute résistance; la militarisation de la politique; la suppression de toute liberté individuelle; […] La théocratie brode toujours avec des variations sur ce thème... […]

Le xxie siècle s'ouvre sur la lutte sans merci. D'un côté un Occident judéo-chrétien libéral, […] De l'autre, un monde musulman pieux, zélé, brutal, intolérant, violent, impérieux et conquérant. […]"
Avatar de l’utilisateur
yacoub
 
Messages: 4414
Inscription: 4 Juil 2010 13
Localisation: France

Re: Citations sur l'islam et Mahomet

Nouveau messagede yacoub » 14 Jan 2012 12

Hitler - Abu Ali en arabe - aime beaucoup la religion musulmane, virile, guerrière, conquérante et militaire par essence. Et de nombreux fidèles lui rendent sa politesse dans l'histoire : jadis le grand mufti de Jérusalem, mais aussi les militants antisémites et antisionistes de toujours qui recyclent d'anciens nazis aux places les plus élevés des états-majors et des services secrets proche-orientaux après la guerre, qui protègent, dissimulent et entretiennent de nombreux criminels de guerre du IIIe Reich sur leurs territoires - Syrie, Egypte, Arabie Saoudite, Palestine. Sans parler d'un nombre incroyable de conversion d'anciens dignitaires du Reich à la religion du Coran
Michel Onfray
Avatar de l’utilisateur
yacoub
 
Messages: 4414
Inscription: 4 Juil 2010 13
Localisation: France

Re: Citations sur l'islam et Mahomet

Nouveau messagede yacoub » 7 Fév 2012 16

Combien de fois n'ai-je pas observé au cours de mes voyages en Orient que le fanatisme est le fait d'une minorité d'hommes dangereux qui par la terreur maintiennent les autres dans la pratique d'une religion
Affranchir le musulman de sa religion est le plus grand service qu'on puisse lui rendre
Avatar de l’utilisateur
yacoub
 
Messages: 4414
Inscription: 4 Juil 2010 13
Localisation: France

Re: Citations sur l'islam et Mahomet

Nouveau messagede user1 » 7 Fév 2012 23

Ce service m'a été rendu en 1978 un 23 mars...
j'ai donné ma vie a Jésus et je me porte a merveille je suis sorti des ténèbres de l'islam a la lumière de Jésus.
user1
 
Messages: 2110
Inscription: 29 Oct 2010 15
Localisation: skype: bkfsolo

Re: Citations sur l'islam et Mahomet

Nouveau messagede JM123 » 8 Fév 2012 09

arbimassihi a écrit:Ce service m'a été rendu en 1978 un 23 mars...
j'ai donné ma vie a Jésus et je me porte a merveille je suis sorti des ténèbres de l'islam a la lumière de Jésus.

Tu été endoctriné a quel point?
Avatar de l’utilisateur
JM123
 
Messages: 1287
Inscription: 8 Nov 2011 18

Re: Citations sur l'islam et Mahomet

Nouveau messagede yacoub » 8 Juin 2012 18

Alain de Benoist

Les mêmes qui trouvent tout-à-fait normal que des caricatures antimusulmanes paraissent dans un "pays libre" accepteraient-ils de la même façon la publication de caricatures antijuives ? Ceux qui rient de voir représenté Mohamet dans des postures équivoques ou grotesques admettraient-ils avec la même facilité la diffusion mondiale d'images pornographiques d'Anne Frank ? Diraient-ils qu'il ne s'agit après tout que de caricatures, en laissant entendre que ceux qui s'en offusquent sont exagérément " susceptibles " ? On sait bien que non. Il y a dans les pays européens des lois qui sanctionnent l'antisémitisme, mais il n'y en a aucune qui sanctionne l'islamophobie. Pour nombre de musulmans, il y a là deux poids et deux mesures..

« Les caricatures de Mahomet », Alain de Benoist, Éléments, nº 120, 2006, p. 7


Bill Clinton

En Europe, la plupart des batailles que nous avons menées durant les cinquante dernières années étaient destinées à combattre l’antisémitisme. Et maintenant, allons-nous remplacer les préjugés antisémites par des préjugés antiislamiques ?

(en) In Europe, most of the struggles we've had in the past 50 years have been to fight prejudices against Jews, to fight against anti-Semitism. So now what are we going to do? Replace the anti-Semitic prejudice with anti-Islamic prejudice?

Bill Clinton (trad. Wikiquote), 30 janvier 2006, Qatari capital of Doha, dans Clinton warns of rising anti-Islamic feeling, paru Breitbart, Bill Clinton.


Winston Churchill

Combien redoutables sont les malédictions que la religion mahométane fait peser sur ses dévots! A côté de la frénésie fanatique, aussi dangereuse chez un homme que l’hydrophobie chez un chien, il y a cette effrayante apathie fataliste. Ses effets sont manifestes dans de nombreux pays. Une imprévoyance coutumière, une agriculture négligente, des méthodes de commerce léthargiques, une insécurité de la propriété existent partout où les fidèles du Prophète gouvernent ou vivent. Une sensualité avilie ôte à cette vie ses grâces et ses raffinements, et à la suivante sa dignité et son caractère sacré[...]. Les musulmans peuvent montrer de splendides qualités, mais l’influence de cette religion paralyse le développement social de ses fidèles. Il n’existe pas de plus puissante force rétrograde dans le monde. Loin d’être moribonde, la religion mahométane est une foi militante et prosélyte. Elle s’est déjà étendue à travers l’Afrique Centrale, dressant à chaque étape des guerriers sans peur ; et si la Chrétienté n’était protégée par les bras puissants de la Science, la science contre laquelle elle avait lutté en vain, la civilisation de l’Europe moderne pourrait tomber, comme tomba celle de la Rome antique.

(en) How dreadful are the curses which Mohammedanism lays on its votaries! Besides the fanatical frenzy, which is as dangerous in a man as hydrophobia in a dog, there is this fearful fatalistic apathy. The effects are apparent in many countries. Improvident habits, slovenly systems of agriculture, sluggish methods of commerce and insecurity of property exists wherever the followers of the Prophet rule or live. A degraded sensualism deprives this life of its grace and refinement; the next of its dignity and sanctity[...]. Individual Muslims may show splendid qualities, but the influence of the religion paralyses the social development of those who follow it. No stronger retrograde force exists in the world. Far from being moribund, Mohammedanism is a militant and proselytizing faith. It has already spread throughout Central Africa, raising fearless warriors at every step; and were it not that Christianity is sheltered in the strong arms of science, the science against which it had vainly struggled, the civilization of modern Europe might fall, as fell the civilization of ancient Rome.

The River War:An Historical Account Of The Reconquest Of The Soudan, Winston Churchill (trad. Wikiquote), éd. Longmans, Green & Co, 1899, p. 248-250
Avatar de l’utilisateur
yacoub
 
Messages: 4414
Inscription: 4 Juil 2010 13
Localisation: France

Re: Citations sur l'islam et Mahomet

Nouveau messagede yacoub » 8 Juin 2012 18

Anne-Marie Delcambre

Au risque de choquer, il faut avoir le courage de dire que l'intégrisme n'est pas la maladie de l'Islam. Il est l'intégralité de l'Islam. Il en est la lecture littérale, globale et totale de ses textes fondateurs. L'Islam des intégristes, des islamistes, c'est tout simplement l'Islam juridique qui colle à la norme.

L'Islam des interdits, Anne-Marie Delcambre, éd. Desclée de Brouwer, 2003, p. 11


Rokhaya Diallo

L'islamophobie est une reformulation polie et respectable d'une arabophobie ancienne et très ancrée.

Racisme : mode d'emploi, Rokhaya Diallo, éd. Larousse, 2011, p. 131


Gustave Flaubert

Je demande, au nom de l'humanité, à ce qu'on broie la Pierre-Noire, pour en jeter les cendres au vent, à ce qu'on détruise la Mecque, et que l'on souille la tombe de Mahomet. Ce serait le moyen de démoraliser le Fanatisme.

Gustave Flaubert, 19 janvier 1878, Lettre à Madame Roger des Genettes, dans Le sentiment religieux de Flaubert d'après la Correspondance, paru chez Cosmos, 1970, p.39, Suzanne Toulet.


Roger Garaudy

L'islamisme est une maladie de l'islam, comme l'intégrisme est une maladie de toutes les religions.

Vers une guerre de religion?: le débat du siècle, Roger Garaudy , éd. Desclée de Brouwer, 1995, p. 30


e identité revendiquée.
Avatar de l’utilisateur
yacoub
 
Messages: 4414
Inscription: 4 Juil 2010 13
Localisation: France

Re: Citations sur l'islam et Mahomet

Nouveau messagede yacoub » 8 Juin 2012 18

Alain Gresh

Nous n’avions pas bien étudié nos livres d’histoire, nous qui pensions naïvement que les croisades avaient été lancées par la papauté, que le colonialisme avait été l’œuvre des « nations civilisées », que les deux guerres mondiales et le génocide des juifs s’étaient déroulés sur notre continent européen pétri de ce pacifisme « chrétien » si éloigné de la violence de l’islam... Et si les plus hautes instances de l’islam ont condamné les attentats du 11 septembre, si d’influents oulémas proches des milieux dits islamistes, comme le cheikh Youssouf Al-Qardawi, l’ont également dénoncé, c’est sans doute pour nous berner, pour dissimuler leurs sombres desseins...

Alain Gresh condamne l'amalgame entre Islamisme, antimondialisation, antiaméricanisme, antisémitisme...

« Islamophobie », Alain Gresh, Le Monde diplomatique, nº novembre, 2001, p. 32


Je le répète, le droit de critiquer les religions est imprescriptible. Et chaque pamphlet hostile à l’islam n’est pas forcément "islamophobe". Alors, pour éviter toute ambiguïté, ne vaudrait-il pas mieux préférer au terme "islamophobie" celui de "racisme" (anti-arabe, ou anti-maghrébin) ? [...] le racisme s’abrite de plus en plus derrière les "différences" culturelles ou religieuses, qui mettraient en danger l’identité de la France [...] sous couvert de critique de la religion, on stigmatise toute une communauté, renvoyée à son "identité" musulmane, qui serait "naturelle", "biologique". Cet amalgame entre religion et communauté est proprement scandaleux et il suscite aujourd’hui un trouble important chez ce que l’on nomme les "musulmans", y compris les athées ou ceux qui n’accordent aucun poids à la religion. C’est ce nouveau masque du vieux fond de racisme anti-arabe et anti-Maghrébin conjugué avec l’idée d’une "menace" internationale que le terme "islamophobie" recouvre. [...] Il est évident qu’il y a un recoupement entre racisme anti-Maghrébin et islamophobie, sans doute renforcé par la visibilité d’une partie de la jeune génération, qui s’affirme "musulmane" sur la scène publique et ne rase plus les murs. Il se développe ainsi un nouveau racisme anti-Arabe, porté par une partie des intellectuels et des médias, qui se camoufle sous le drapeau de la lutte contre l’islam. [...] Aucun terme, aussi précis soit-il, ne peut définir une réalité complexe. Mais "islamophobie" me semble le mieux convenir, avec les restrictions que j’ai définies au début de ce texte. Il ne s’agit pas d’un usage "exclusif" - les termes de "racisme", "discrimination", etc. restent, malheureusement aussi d’actualité.

Alain Gresh, mars 2004, dans À propos de l’islamophobie , paru Collectif Les mots sont importants, Alain Gresh.


Michel Houellebecq

La religion la plus con, c'est quand même l'islam. Quand on lit le Coran, on est effondré... effondré.

Michel Houellebecq, septembre 2001, dans Propos recueillis par Didier Sénécal, paru Lire, septembre 2001, Michel Houellebecq.


Jack-Alain Léger

« Islamophobie » est donc le dernier concept (concept est un bien grand mot pour quelque chose d’aussi con !), « islamophobie » est la dernière tarte à la crème, la poignée de boue que les intégristes musulmans jettent au visage de ceux qui ont le courage de dénoncer leurs manigances et leur double langage dans ce qu’il est convenu de nommer l’histoire du voile.

Tartuffe fait ramadan, Jack-Alain Léger, éd. Denoël, 2003, p. 16


Ils en ont assez enduré pour savoir que l’écart entre islam et islamisme n’est pas si grand, que la différence entre les deux entités n’est pas question de nature mais d’intensité. L’islamisme est de l’islam à un autre degré, sa variante meurtrière. L’islamisme est la métastase de ce mal, l’islam.

Tartuffe fait ramadan, Jack-Alain Léger, éd. Denoël, 2003, p. 20


André Malraux

C’est le grand phénomène de notre époque que la violence de la poussée islamique. Sous-estimée par la plupart de nos contemporains, cette montée de l’islam est analogiquement comparable aux débuts du communisme du temps de Lénine. Les conséquences de ce phénomène sont encore imprévisibles. A l’origine de la révolution marxiste, on croyait pouvoir endiguer le courant par des solutions partielles. Ni le christianisme, ni les organisations patronales ou ouvrières n’ont trouvé la réponse. De même aujourd’hui, le monde occidental ne semble guère préparé à affronter le problème de l’islam. En théorie, la solution paraît d’ailleurs extrêmement difficile. Peut-être serait-elle possible en pratique si, pour nous borner à l’aspect français de la question, celle-ci était pensée et appliquée par un véritable homme d’Etat. Les données actuelles du problème portent à croire que des formes variées de dictature musulmane vont s’établir successivement à travers le monde arabe. Quand je dis "musulmane", je pense moins aux structures religieuses qu’aux structures temporelles découlant de la doctrine de Mahomet. Dès maintenant, le sultan du Maroc est dépassé et Bourguiba ne conservera le pouvoir qu’en devenant une sorte de dictateur. Peut-être des solutions partielles auraient-elles suffi à endiguer le courant de l’islam, si elles avaient été appliquées à temps… Actuellement, il est trop tard ! Les "misérables" ont d’ailleurs peu à perdre. Ils préféreront conserver leur misère à l’intérieur d’une communauté musulmane. Leur sort sans doute restera inchangé. Nous avons d’eux une conception trop occidentale. Aux bienfaits que nous prétendons pouvoir leur apporter, ils préféreront l’avenir de leur race. L’Afrique noire ne restera pas longtemps insensible à ce processus. Tout ce que nous pouvons faire, c’est prendre conscience de la gravité du phénomène et tenter d’en retarder l’évolution.

André Malraux, 3 juin 1956, dans Dossier : Un siècle religieux, paru Valeurs Actuelles n° 3395 (21 Décembre 2001), Elisabeth de Miribel (sténo).
Avatar de l’utilisateur
yacoub
 
Messages: 4414
Inscription: 4 Juil 2010 13
Localisation: France

Re: Citations sur l'islam et Mahomet

Nouveau messagede yacoub » 8 Juin 2012 18

Abdelwahab Meddeb

L'islamisme est, certes, la maladie de l'islam, mais les germes sont dans le texte lui-même.

Abdelwahab Meddeb, 23 septembre 2006, dans L'islamisme est la maladie de l'islam, mais les germes sont dans le texte, paru Libération, Abdelwahab Meddeb.


Michel Onfray

Hitler - Abu Ali en arabe - aime beaucoup la religion musulmane, virile, guerrière, conquérante et militaire par essence. Et de nombreux fidèles lui rendent sa politesse dans l'histoire : jadis le grand mufti de Jérusalem, mais aussi les militants antisémites et antisionistes de toujours qui recyclent d'anciens nazis aux places les plus élevés des états-majors et des services secrets proche-orientaux après la guerre, qui protègent, dissimulent et entretiennent de nombreux criminels de guerre du IIIe Reich sur leurs territoires - Syrie, Egypte, Arabie Saoudite, Palestine. Sans parler d'un nombre incroyable de conversion d'anciens dignitaires du Reich à la religion du Coran.

Traité d'athéologie, Michel Onfray, éd. LGF, 2006, p. 202


Ernest Renan

L'islamisme ne peut exister que comme religion officielle; quand on le réduira à l'état de religion libre et individuelle, il périra. L'islamisme n'est pas seulement une religion d'État, comme l'a été le catholicisme en France, sous Louis XIV, comme il l'est encore en Espagne, c'est la religion excluant l'État... Là est la guerre éternelle, la guerre qui ne cessera que quand le dernier fils d'Ismaël sera mort de misère ou aura été relégué par la terreur au fond du désert. L'Islam est la plus complète négation de l'Europe; l'Islam est le fanatisme, comme l'Espagne du temps de Philippe II et l'Italie du temps de Pie V l'ont à peine connu; L'Islam est le dédain de la science, la suppression de la société civile; c'est l'épouvantable simplicité de l'esprit sémitique, rétrécissant le cerveau humain, le fermant à toute idée délicate, à tout sentiment fin, à tout recherche rationnelle, pour le mettre en face d'une éternelle tautologie : Dieu est Dieu...

De la part des peuples sémitiques dans l'histoire de la civilisation: discours d'ouverture du cours de langues hébraïque, chaldaïque et syriaque, au Collège de France, Ernest Renan, éd. M. Lévy frères, 1862, p. 27-28


Robert Redeker

Exaltation de la violence : chef de guerre impitoyable, pillard, massacreur de juifs et polygame, tel se révèle Mahomet à travers le Coran.

Robert Redeker, 19 septembre 2006, dans Face aux intimidations islamistes, que doit faire le monde libre ?, paru Le Figaro, 19 septembre 2006, Robert Redeker.


Alain Ruscio

L’islamophobie et le racisme antiarabe sont-ils consubstantiels à la culture française ? Oui et non ! Il ne faut nullement oublier que, face à cette hostilité affichée, une autre partie du pays s’est en permanence dressée. Il y eut toujours des Français pour saluer la majesté de la civilisation musulmane, la beauté de ses réalisations, pour observer sans a priori les populations arabes ou berbères. [...] Des Français, plus nombreux qu’on ne croit généralement, se dressèrent contre le racisme ambiant de l’ère de l’apogée coloniale. A la résistance morale au racisme s’est toujours ajoutée une résistance politique à la colonisation, ou, pour le moins, aux « excès » de celle-ci. [...] Les jeunes musulmans de France tentés d’écouter les sirènes de l’intégrisme, pensant que le racisme a tendance à se généraliser, se trompent de combat. Il y a, au début du XXIe siècle comme au cœur du XIXe ou du XXe, deux France : celle de l’affrontement et celle de la compréhension, celle du racisme et celle de la fraternité. Quoi qu’ils en pensent, la tendance historique est au recul de la première - même si elle demeure importante et que des accès de fièvre ne sont pas à exclure - et à l’émergence de la seconde.

« Des Sarrasins aux Beurs, une vieille méfiance », Alain Ruscio , Le Monde diplomatique, février 2004, p. 10


Alexis de Tocqueville

J’ai beaucoup étudié le Coran à cause surtout de notre position vis-à-vis des populations musulmanes en Algérie et dans tout l’Orient. Je vous avoue que je suis sorti de cette étude avec la conviction qu’il y avait eu dans le monde, à tout prendre, peu de religions aussi funestes aux hommes que celle de Mahomet. Elle est, à mon sens, la principale cause de la décadence aujourd’hui si visible du monde musulman et quoique moins absurde que le polythéisme antique, ses tendances sociales et politiques étant, à mon avis, infiniment plus à redouter, je la regarde relativement au paganisme lui-même comme une décadence plutôt que comme un progrès.

Alexis de Tocqueville, 22 octobre 1843, dans Œuvres, papiers et correspondances d'Alexis de Tocqueville, paru chez Gallimard, 1962, t.2, p.25, Jean-Paul Mayer.


Nicolas Sarkozy

Il n'y a rien de plus semblable à un antisémite qu'un islamophobe. Tous deux ont le même visage, celui de la bêtise et celui de la haine.

Nicolas Sarkozy, 3 décembre 2007, Alger, dans Intervention devant les chefs d’entreprises français et algériens , paru 3 décembre 2007.


Ibn Warraq

"Attention aux amalgames !" entend-on ressasser sur tous les tons dans les milieux bien pensants de toute origine et de toute confession... A écouter ces belles âmes, l'islamisme ne serait qu'une dérive qui n'aurait "rien à voir", mais alors, on vous l'assure, rien de rien, avec "le véritable islam", lequel serait, en son tréfonds, une idylique religion de paix, de fraternité et de tolérance... Pourtant, n'est-il pas curieux que ce ne soit qu'à propos de cette religion que l'on juge bon d'ajouter l'adjectif "modéré" pour tenter d'accréditer l'idée qu'à côté "d'une petite minorité" de quelques excités fanatiques, "assurément non représentatifs", "l'immense majorité" du milliard de musulmans dans le monde "d'ailleurs divisés en rites divers et variés", serait composé de "paisibles citoyens" qui penseraient "leur spiritualité" et pratiqueraient "leur foi" avec la même sérénité que "tous les autres croyants" ? La vérité, braves gens, est quelque peu différente : s'il existe, bel et bien, et Allah merci ! des "musulmans modérés", nos frères en humanité, l'islam en tant que tel n'est pas une religion modérée : il suffit de lire le Coran, truffé de menaces et d'imprécations en tout genre, pour s'en convaincre!

Ibn Warraq, 1er octobre 2001, dans Le Figaro, paru Le vrai visage de l'islam, aux éditions Kyrollos, 2004, p.171, M.Alcader.


Marc Bonnant

Tolérer l'islam, ce n'est pas l'accueillir. Il est même légitime d'être islamophobe. La détestation est salutaire. Elle divise, mais elle soude aussi autour d'un
Avatar de l’utilisateur
yacoub
 
Messages: 4414
Inscription: 4 Juil 2010 13
Localisation: France

Re: Citations sur l'islam et Mahomet

Nouveau messagede yacoub » 5 Juil 2012 15

Les peuples non civilisés sont condamnés à rester dans la dépendance de ceux qui le sont.
Et la civilisation, c'est l'Occident, le Monde Moderne, dont la Turquie doit faire partie si elle veut survivre.

Mustafa Kemal, discours de 1928

Regardez les pays musulmans, vous y trouverez la femme esclave de l'homme
et l'homme de son souverain.
L'homme est un oppresseur dans sa maison, un opprimé quand il la quitte
Quasim -
Avatar de l’utilisateur
yacoub
 
Messages: 4414
Inscription: 4 Juil 2010 13
Localisation: France

Re: Citations sur l'islam et Mahomet

Nouveau messagede yacoub » 5 Juil 2012 15

Si l’on préfère la vie à la mort on doit préférer la civilisation à la barbarie.
L’islamisme est le culte le plus immobile et le plus obstiné, il faut bien que les peuples qui le professent périssent s’ils ne changent de culte.
(Journal d’un poète, année 1831.)
Avatar de l’utilisateur
yacoub
 
Messages: 4414
Inscription: 4 Juil 2010 13
Localisation: France

PrécédenteSuivante

Retourner vers Religion Islam

 


  • Articles en relation
    Réponses
    Vus
    Dernier message

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 48 invités

cron