Fatwas

Etude de l'islam via les hadiths et le coran
-

Re: Fatwas

Nouveau messagede yacoub » 6 Aoû 2011 15

Après avoir montré les verdicts des savants érudits de l'Islam concernant la permission de tuer les prisonniers, il devrait dorénavant être clair pour ceux qui ont critiqué nos actes que les Moujahideen n'exécutent pas les prisonniers à cause de leurs capricieux désirs. Au contraire, nous avons exécuté les prisonniers parce que nous avons jugé que c'était la meilleure chose de les exécuter en conjonction de notre demande que nous soit remis un criminel de guerre.

Certainement peuvent naïvement demander : "Quel pêché les neuf prisonniers ont-ils commis si le crime a été commis par un seul meurtrier (le criminel de guerre Budanov)?". Ceux qui se servent de ce faux argument citent le verset du Qur'an: pen:Nul ne porte le fardeau d'un autre.

Notre réponse est que les crimes commis par les prisonniers eux-mêmes garantissaient leur exécution. De plus, Allah Le Très-Haut a sanctionné l'assassinat des prisonniers justes parce que ce sont des prisonniers, si ceci est le meilleur intérêt des musulmans, comme cela fut longuement expliqué plut tôt. C'était dans le meilleur intérêt de la Ummah de faire exécuter ces prisonniers à cause du crime d'un autre criminel de guerre. Nous les punissons (les ennemis) les uns par les autres à cause des crimes qu'ils commettent.

Le Prophète a accompli un acte similaire, comme cela fut décrit dans le Hadith authentique suivant de l'Imam Mouslim: "Les Thaqif (une tribu arabe en guerre contre les musulmans) étaient les alliés des Banu Aqeel (une autre tribu arabe). Thaqif captura deux compagnons du Prophète . Plus tard, d'autres Compagnons capturèrent un homme des Banu Aqeel, et l'apportèrent au campement du Prophète .

Le prisonnier dit : "Oh Muhammad!"
Sur quoi le Prophète s'approcha de lui et lui répondit : "Que cherches-tu?"
Le prisonnier répondit : "Pourquoi m'avez-vous fait prisonnier et pourquoi avez-vous pris mon chameau (qui avait été pris par le Prophète et qui s'appelait 'Al Addbaa') ?
Le Prophète répondit au prisonnier : "Je t'ai fait prisonnier à cause des crimes commis par tes alliés de Thaqif."

Le Prophète ne se trompait pas dans ses actions, car la guerre demande de telles actions dans la défense des soldats de l'Islam. De plus, nous ne pouvons pas protéger les vies et le bien-être des musulmans sans entreprendre de telles actions. Nous avons aussi tant d'autres raisons qui justifient l'exécution des prisonniers qui ne sont pas évidents aux autres; nous avons jugé l'exécution des neufs prisonniers comme étant dans le meilleur intérêt des musulmans dans ce cas particulier. Il y a eu d'autres occasions où on a montré de la miséricorde à d'autres prisonniers et où ils ont été relâchés sans condition. Nous ne sommes pas obligés de traiter nos prisonniers d'une façon particulière; nous étudions le caractère et les conditions dans lesquelles s'est rendu chaque prisonnier et décidons en nous basant et en nous appuyant sur la loi Divine.

Il est évident que ceux qui nous ont critiqués ont échoué à considérer la preuve venant de la loi Divine sur laquelle nous basons nos décisions. Nous demandons à Allah Le Très-Haut de nous compter parmi ceux qui connaissent la vérité et qui suivent avec excellence la vérité.

Etude numéro 1 B: La permission de rançonner les prisonniers ennemis en échange des prisonniers musulmans

L'Imam Al Shawkni a expliqué dans son livre, Nail Al Awtar (8/146/147): "La majorité des savants érudits défendent la libération d'un prisonnier ennemi en échange d'un prisonnier musulman. Ceci fut confirmé dans le Hadith rigoureusement authentique raconté par Imran Ibn Al Husayn: "Thaqif (une tribu arabe en guerre contre les musulmans) étaient alliés des Banu Aqeel (une autre tribu arabe). Thaqif captura deux compagnons du Prophète

"Plus tard, d'autres compagnons capturèrent un homme des Banu Aqîl et l'apportèrent au campement du Prophète .
Le prisonnier dit : "Oh Muhammad!"
Sur quoi le Prophète s'approcha de lui et lui répondit : "Que cherches-tu?"
Le prisonnier répondit : "Pourquoi m'avez-vous fait prisonnier et pourquoi avez-vous pris mon chameau (qui avait été pris par le Prophète et qui s'appelait 'Al Addbaa') ?
Le Prophète répondit au prisonnier : "Je t'ai fait prisonnier à cause des crimes commis par tes alliés de Thaqif."
"Il (le prisonnier des Banu Aqeel) appela alors le Prophète : "Oh Muhammad!"
Sur quoi le Prophète s'approcha et répondit : "Que cherches-tu?."
Le prisonnier répondit :"Je suis musulman"
Sur quoi le Prophète dit : "Si tu as dit ceci (la déclaration de son Islam) alors que tu contrôlais pleinement ta situation, alors tu auras atteint le succès, tout le succès."
Le prisonnier appela alors le Prophète : "Oh Muhammad!"
Le Prophète fit demi-tour et dit "Que cherches-tu?"
Le prisonnier répondit : "J'ai faim; donne-moi quelque chose à manger, et j'ai soif; donne-moi à boire."
Le Prophète répondit : "Ce sont tes besoins (de droit)."
Plus tard, le prisonnier fut échangé contre deux prisonniers musulmans."

[Fin de la note de l'Imam Shawkani]

Comme preuve (de la validité de l'échange des prisonniers ennemis contre les prisonniers musulmans) est claire, nous n'y ajouterons rien. Cependant, nous avons insisté pour la clarifier afin que personne ne puisse argumenter qu'une telle action est du 'chantage' ou quelque chose d'autre de jugé non-islamique. Le Prophète fit ceci (il rançonna les prisonniers ennemis contre des prisonniers musulmans). Le Prophète garda le prisonnier en prison après qu'il eut déclaré son Islam; le prisonnier fut bien traité, on lui offrit à manger et à boire, et il fut plus tard échangé contre deux prisonniers musulmans.

Etude numéro 1 C: La permission d'échanger les restes des mécréants contre les restes des musulmans

Le Hadith suivant fut rapporté (non authentifié) par plusieurs savants érudits, dont l'Imam Ahmad et Al Tirmithi (4/214): "Les mécréants voulaient racheter le corps d'un de leurs hommes (tué pendant la bataille); le Prophète refusa de leur vendre le corps."

Deux hommes, Ibn Abi Layla et Ibn Artaa ont raconté le Hadith. De nombreux savants ont attesté que les deux hommes sont droits et de bon caractère, cependant la pluspart des savants ont écarté leur narration du hadith ci-dessus.

L'Imam Ahmad (qui a rapporté le Hadith) a souligné que " Les Hadiths racontés par Ibn Abi Layla ne peuvent pas être invoqués (quand on juge de la légalité d'un sujet en particulier)."

Muhammad Ibn Ismail a dit : "Ibn Abi Layla est très honnête, cependant nous ne pouvons pas différencier entre l'authentique et le non-authentique des hadiths qu'il a racontés. Je ne rapporte aucun des Hadiths qu'il a racontés. Il (Ibn Abi Layla) est juriste, mais il manque encore de précision quand il en vient a authentifier la chaîne de narration d'un Hadith (sanad)."

Abu 3issa a dit : "Si l'un d'eux (Ibn Abi Layla et Ibn Artaa) était le seul narrateur d'un Hadith sans qu'il ne soit scruté et fondé, alors nous ne pouvons pas invoquer leur narration (du Hadith) quand on fait des verdicts légaux."

Ibn Essa continue : "On rapporte aussi qu'Ibn Abi Layla avait l'habitude de raconter des Hadiths en citant différentes chaînes de transmission à différents moments ; ceci parce que il dépendait de sa mémoire pour citer les chaînes de narration."

Sur ce manque de précision, l'Imam Ahmad a souligné : "La plus grave erreur en racontant un Hadith est d'étendre ou de raccourcir la chaîne de narration, de changer la chaîne de narration ou de raconter le Hadith d'une façon qui change sa signification."

Al Mubarakpuri a déclaré dans son livre 'Tuhfat Al Ahwathi' : " Les restes décomposés d'un ennemi ne peuvent pas être vendus ni échangés contre de l'argent. Ceci se base sur le Hadith: "Les mécréants voulaient racheter le corps d'un de leurs hommes (tué pendant la bataille); le Prophète refusa de leur vendre le corps." L'interdiction découle de l'illégalité de vendre tout être mort et sur l'illégalité de 'posséder' des êtres morts. Il n'est pas permis de vendre ou de recevoir compensation en échange d'un mort."

Al Mubarakpuri continue : "L'Imam Boukhari a écrit dans son 'Sahih' (son travail encyclopédique sur les hadiths rigoureusement authentiques) un chapitre intitulé : ' Le dépôt des corps décomposés dans les puits et du fait de ne pas prendre de paiement pour leur dépôt.'

Dans ce chapitre, Boukhari cite le Hadith d'Ibn Mas'oud que le Prophète fit une invocation contre Abi Jahl et d'autres chefs mécréants de Quraysh ; après que leurs chefs mécréants aient été tués, je vis leurs corps jetés dans un des puits de Badr."

Al Mubarakpuri déclare aussi : "L'Imam Al Hafiz (Ibn Hajar), citant le Hadith 'Le Prophète refusa de leur vendre les corps' a dit qu'aucun paiement ne devait être pris (pour les corps des mécréants).

Ibn Ishaq a mentionné dans son livre 'Al Maghazi': " Les mécréants voulaient échanger 10 000 contre le corps d'un de leurs hommes, Nawfal Ibn Abdullah Ibn Al Mughirah, qui avait été tué lors de l'assaut du fossé autour de Médine. Le Prophète répondit à leur offre en disant : 'Nous n'avons pas besoin de cette somme ni de ce corps."

" La tradition témoigne aussi du fait que si les parents des mécréants tués à Badr avaient compris qu'il pouvaient récupérer les cadavres de leurs parents contre de l'argent, ils l'auraient fait," explique Al Mubarakpuri. " Ceci soutient le Hadith d'Ibn 'Abbas (le Prophète refusa de leur vendre le corps), bien que la chaîne de narration de ce hadith est pauvrement rapporté par Ibn Abi Layla."

[Fin de la note de Al Mubarakpuri].

.
Avatar de l’utilisateur
yacoub
 
Messages: 4414
Inscription: 4 Juil 2010 13
Localisation: France

Re: Fatwas

Nouveau messagede yacoub » 6 Aoû 2011 15

Imam Ibn Rajab a dit dans son livre 'Jamii Al Ulum Wal Hikam' (1/419): " L'Imam Ahmad a rapporté un Hadith attribué à Ibn 'Abbas qui a dit : " Le jour de Khandaq, (la bataille du fossé) les musulmans tuèrent un mécréant. Ils (les mécréants) offrir de l'argent pour récupérer son corps; le Prophète dit : ' rendez-leur le corps, car il est malsain, et malsain est leur argent.' "

Ibn Rajab continue : " Hareth a demandé à Ishaq: 'Que dis-tu à propos de la vente des corps des mécréants à d'autres mécréants?' Il (Ishaq) dit : ' Non (ce n'est pas permis).' Abu 'Amr Al Shaybani a aussi rapporté qu''Ali captura Al Mustawrid Al 'Ijli, qui était devenu apostat en embrassant le crucifix. Quand l'apostat refusa de se repentir, 'Ali le tua; les Nasara (adorateurs de la croix) offrirent 30 000 pour son corps. Ali refusa et brûla le corps."

Pour examiner la validité de ce Hadith et ses implications relatives à l'échange des restes des mécréants contre des prisonniers musulmans ou des restes de musulmans, nous examinerons les trois positions suivantes:

1. Comme cité ci-dessus, le Hadith est faible dans sa chaîne de narration et donc il ne doit pas être invoqué ou l'on ne doit pas s'y référer pour établir des verdicts légaux. Donc, il n'y a pas de preuve qui suggère que la vente des corps de l'ennemi soit illégale.

2. Certains peuvent argumenter qu'en dépit de la faiblesse du Hadith, ce que faisaient les compagnons du Prophète c'est qu'ils ne vendaient pas les corps des mécréants. Plutôt, des témoins les ont vus les déposer dans les puits de Badr. Ceux qui sont favorables à cette position se référeront aussi au fait que le Prophète a rendu illégal la vente des cadavres.

Notre réponse à cette position est que des grands Imams, dont Ahmad et Ibn Madani, ont refusé d'accepter le principe du 'témoignage' d'une action comme légalement obligatoire à moins que l'action en question ait été prouvée comme étant régulée par des conditions claires. Nous reconnaissons que le Prophète a jugé illégale la vente des êtres morts ; Cependant, cette position a été légiféré en temps de paix, et non pas en temps de guerre. Afin de juger la vente des corps ennemis comme illégale en temps de guerre, il doit y avoir une règle claire et indépendante à ce sujet. Une telle règle n'existe pas, d'où, nous ne pouvons pas considérer la vente des corps ennemis comme illégale.
Avatar de l’utilisateur
yacoub
 
Messages: 4414
Inscription: 4 Juil 2010 13
Localisation: France

Re: Fatwas

Nouveau messagede yacoub » 6 Aoû 2011 15

Il y a des exemples dans la tradition prophétique qui prouvent ce point. Par exemple a brûlé les arbres des juifs de Médine bien qu'il ait déclaré illégal le déracinement et la destruction des arbres en temps de paix. Le Prophète a aussi donné la permission de tromper l'ennemi en temps de guerre et d'égorger les stocks vivants de l'ennemi comme cela s'est passé pendant la bataille de Hunayn. Il a aussi autorisé le port de la soie et les assassinats. Il a accepté que les compagnons de monter la garde autour de lui pendant le traité de Hudayba bien qu'il n'autorisait pas cela en d'autres occasions.

Quand on le questionna sur le fait que les femmes et les enfants des mécréants pouvaient se trouver en danger pendant les actions de combat des musulmans, le Prophète dit : "Ils (les femmes et les enfants des mécréants) font partie d'eux."

En fait, l'Imam Shafi3i (Mughni Al Muhtaj 4/224), l'Imam Ahmad (Kashf Al Qina'a 3/51) et l'Imam Abu Hanifa (Fath Al Qadeer 5/447-448) ont aussi légiféré que si des musulmans étaient prisonniers des mécréants et qu'il était nécessaire à l'armée musulmane pour attaquer les mécréants de mettre inévitablement en danger les musulmans captifs, il était permis à l'armée musulmane d'attaquer.

L'Imam Ibn Taymiyah était très clair pour ce qui est d'utiliser tous les moyens nécessaires pendant la guerre. Il a même autorisé à ce que l'on laisse l'alcool parvenir à l'ennemi, parce que: "Empêcher l'alcool de leur parvenir ne les fera pas prier Allah ou accomplir des actes d'adoration. Au contraire, leur ivresse réduit simplement l'intensité de leurs agressions dans le pays. D'un autre côté, les autoriser à s'intoxiquer les affaiblissait et provoquait des divisions et des luttes entre eux. Ceci était au bénéfice des musulmans."
Avatar de l’utilisateur
yacoub
 
Messages: 4414
Inscription: 4 Juil 2010 13
Localisation: France

Re: Fatwas

Nouveau messagede yacoub » 6 Aoû 2011 15

Pendant la guerre en Afghanistan, Sheikh 'Uthaymin nous a expliqué que si l'ennemi mutilait les corps des musulmans morts, il serait alors possible aux musulmans de mutiler les corps des mécréants morts.

3. Même la validité des Hadith était mise en question, ce qui n'est pas le cas, nous ne cherchons pas à vendre les corps des mécréants. Plutôt, nous échangeons leurs corps contre les corps des musulmans qui ont été tués. Quant à la permission de vendre les corps, il a été rapporté que l'Imam Abu Hanifa fut questionné à ce sujet et qu'il dit : "Il est accepté de le faire en temps de guerre, mais pas à un camp musulman opposé."

Abu Hanifa a aussi dit : "Les musulmans peuvent utiliser la force pour capturer les biens des mécréants, en temps de guerre."

Etude numéro 1 D: La permission de déplacer les corps (ou une partie de leur corps) des mécréants

Il y a deux positions qui ont été rapporté à cet égard. La première est celle du Calife bien guidé, Abu Bakr . Dans son livre "Assunan Al Kubra", l'Imam Bayhaqi déclare : "Chapitre sur ce qui a été rapporté au sujet de déplacer les têtes des mécréants : Amr Ibn El'aas et Sharhabeel Ibn Hassana envoyèrent 'Uqba livrer la tête de Yunak, le patriarche de Damas, au Calife Abu Bakr."

"Quand la tête fut livrée au Calife, Abu Bakr montra son déplaisir. 'Uqba répondit en disant : " Oh Successeur du Prophète , ils ont fait la même chose avec nous! (ils ont décapité des musulmans). Abu Bakr repoussa l'argument d'Uqba en disant : 'Devrions-nous donc prendre exemple sur les méthodes des Romains et des Perses? Vous n'aviez pas besoin de m'apporter cette tête; m'en informer dans une correspondance aurait suffit.' "

Muawiyah Ibn Khadeej et Abd Al Kareem Al Jazari ont aussi rapporté la position d'Abu Bakr. Al Zahri a écrit la position d'Abu Bakr et a écrit qu'aucune tête ne fut jamais livrée au Prophète à Médine.

La seconde, et la plus juste, position confirme la permission de déplacer les restes des mécréants. Ibn Jarir a rapporté dans son travail encyclopédique sur l'histoire : "Des hommes des Bani Makhzoom a rapporté qu'Ibn 'Abbas a dit : " (Sur le champ de bataille de Badr) Abu Jahl (le chef blessé des mécréants) me dit : ' Vous avez monté la garde, vous vous êtes levés depuis une position élevée, mais difficile.' Je lui ai coupé la tête et l'apporta au Prophète et dit : 'Oh Prophète d'Allah, voici la tête de l'ennemi d'Allah, Abu Jahl.' Le Prophète fut satisfait et dit : "Louanges à Allah! Il n'y a de Dieu que Lui."

Cette histoire a aussi été racontée par l'Imam Ibn Hajar, et rapportée par Ishaq et Al Hakam.

L'Imam Al Dahabi a raconté l'histoire suivante : "Ibn Zubair a dit : 'Jarjîr qui menait une armée de 120 000 hommes attaqua la province de Nuba (Afrique). Nous n'étions que 20 000. Au début, les hommes consultèrent notre commandant, Ibn Abi Srah qui alla prendre sa décision dans sa tente. Pendant ce temps, je reçus de Jafar la tête de Jarjîr; il était derrière ses soldats et deux concubines le protégeaient du soleil avec des plumes d'autruche. Je demandai au commandant (de faire une tentative) contre Jarjîr. Il accepta et choisit 30 cavaliers pour se joindre à moi.' Je leur dis de protéger mes arrières; Je passai à travers les lignes ennemies et apparues face à Jarjîr. Au début, Jarjîr et son entourage pensèrent que j'étais un messager, mais quand il réalisa j'étais sur lui, Jarjîr essaya de courir. Je l'attrapai, le décapitai et plaça sa tête au bout de ma lance. Je criai 'Allahou Akbar!' et les musulmans attaquèrent alors que l'ennemi s'effondrait et s'enfuyait."

Yusuf Al Hanafi a rapporté que : "Abd Allah Al Daylami s'approcha du Prophète avec la tête d'Al Aswad Al Ansi le menteur. Nous rapportâmes sa tête du Yémen afin que le Prophète soit témoin (symbole de) la victoire des musulmans." Yusuf Al Hanafi commenta ceci en disant : " Ces exemples confirment la permission de déplacer les têtes des mécréants d'un pays à un autre pour que les gens puissent connaître la défaite que connaissent ceux qui combattent Allah et Son Messager." Et Allah dit : Et qu'un groupe de croyants assiste à leur punition.:close [Sourate An-Nûr 24]

Al Hanafi continue : "Le mécontentement d'Abu Bakr (quand on lui présenta la tête du chef mécréant) émanait de son propre jugement, à ce moment, qu'un tel déplacement n'était pas nécessaire. Les commandants sur le champ de bataille, comme Yazeed Ibn Abi Sufyan et 'Uqba Ibn Amer, ne considéraient pas cela comme mal parce qu'ils voyaient cela comme la gloire de la religion d'Allah et l'humiliation des infidèles. D'où, la décision sur un tel sujet est relative aux jugements des savants qui doivent décider si un tel déplacement est bénéfique à ce moment particulier. Ils doivent aussi le refuser s'ils ne sentent pas que cela est nécessaire."

L'Imam Shawkani dit dans son livre Asayl Al Jarar: "Quant à ceux qui montrent leur mécontentement concernant cela, je dis que si apporter les têtes des ennemis renforce les cœurs des musulmans ou affaiblit les mécréants, alors il n'y aucune objection à un tel déplacement. Au contraire, c'est quelque chose de bien.. De plus, le fait que les mécréants soient jugés impurs (Najis) par la loi Divine, n'annule pas la permission de déplacer les restes des mécréants en temps de guerre; après tout, renforcer l'armée de l'Islam et terroriser les armées des musulmans est but indubitable de la loi Divine. La permission est aussi confirmée par le fait que ceci est arrivé au temps des compagnons."

Après avoir revu ce qui précède, nous suivons la position droite de l'Imam Shawkani qui qualifie le déplacement des restes ennemis en temps de guerre dans le but de renforcer l'armée musulmane et de terroriser les armées des mécréants. Cette position explique la position du Prophète qui n'a pas autorisé cela en temps normal (quand il n'y a pas de combat). D'où, la preuve qui confirme la permission de cela en temps de guerre est substantiellement plus grande que la preuve contre.
Etude 2: En réponse à ceux qui ont critiqué les Moujahideen pour ne pas adhérer aux traités internationaux sur les droits de l'homme
Avatar de l’utilisateur
yacoub
 
Messages: 4414
Inscription: 4 Juil 2010 13
Localisation: France

Re: Fatwas

Nouveau messagede yacoub » 6 Aoû 2011 15

Avant de procéder à cette étude, il est important que nous décrivions les accords de Genève qui établissent les droits des prisonniers de guerre. Les accords de Genève, qui ont été signés par les pays membres de l'ONU :

"Les prisonniers de guerre sont les partisans de leurs gouvernements, et non pas des forces individuelles ou armées de qui ils sont les captifs. L'état qui capture les prisonniers de guerre ne doit en aucun cas faire de discrimination entre les prisonniers, que ce soit pour la race, la religion, les principes ou l'affiliation politique. Les prisonniers ne doivent pas être torturés, ni physiquement ni mentalement, et on ne doit pas leur ôter leurs insignes militaires."

"Les prisonniers doivent se voir accorder les soins médicaux de base, on doit leur fournir de la nourriture, des vêtements et de bonnes conditions sanitaires. Les prisonniers ont le droit de pratiquer des activités intellectuelles, culturelles et sportives. Ils ont aussi le droit d'envoyer et de recevoir des lettres, bien que soumis à la censure."

"Les prisonniers ne peuvent pas être portés que devant des courts militaires et ne peuvent pas être jugés sans procès et sans la présence des avocats de la défense. Les prisonniers seront aussi libérés et renvoyés vers leur pays après la cessation des hostilités."

[Fin de la description]
Voici l'accord auquel ont souscrit les Nations Unies. Toute nation qui n'obéit pas à cet accord peut être sanctionné ou puni, entre autres elle peut perdre le droit de recevoir des prêts internationaux, et de voir les Nations Unies refuser de prendre des décisions en défense de la nation qui viole les accords.

Notre réponse à ceux qui ont fait des objections contre notre acte et qui ont demandé à ce que nous observions de tels accords comporte six points :

Premièrement : Nous ne sommes pas membres de cette organisation (les Nations Unies) et nous n'accepterons pas d'en faire partie parce que nous ne signerons aucun de ses accords ou de ses traités.

Deuxièmement : Si nous avions conclu un engagement de ne pas tuer les prisonniers mécréants, nous y aurions obéi. Ce fut la façon dont le Prophète qui fit un accord avec les mécréants de Quraysh qu'il respecta jusqu'à ce que Quraysh viole les termes du traité. Nous n'avons pris aucun engagement envers la Russie et nous ne pouvons pas être accusés de rompre un engagement qui n'existe pas.

Troisièmement : Plusieurs clauses des accords de Genève correspondent à la loi islamique. Une de ces clauses concerne la justice et les bons traitements aux prisonniers. Nous avons traité avec justice de nombreux prisonniers, et de nombreux prisonniers russes que nous avons libérés, attesteront de cela et admettront que le traitement qu'ils ont reçu était supérieur à toutes lois des autorités païennes et mécréantes.

Ceci suit la guidance Divine d'Allah le Très-Haut qui loue ceux qui traitent bien les prisonniers, même si les prisonniers sont mécréants. Cet acte est aussi soutenu par l'exemple du Prophète qui a bien traité Thamma Ibn Al Aathal; Ibn Al Aathal, qui était attaché à l'intérieur de la mosquée du Prophète puis se convertit à l'Islam peu après qu'il fut relâché.

Quatrièmement : Certaines personnes pourraient naïvement croire que de tels accords sont sincères dans l'esprit et renforcés dans la réalité, même s'ils sont régulièrement violés par cinq membres du conseil de sécurité, et ne sont cités que quand des nations faibles et en voix de développement ont besoin d'être 'remise sur le bon chemin' à la demande des puissances politiques oppressives.

Comment se fait-il qu'à chaque fois qu'un membre permanent du conseil de sécurité viole les accords de Genève, on en fait peu cas, mais quand les soldats de ces pays sont capturés, tous les accords sur les droits de l'homme sont cités en très fort ? Les accords n'ont pas été introduits pour soutenir la justice, ils ont été introduits pour protéger la criminalité de ceux qui cherchent à maintenir leur position dans l'horrible jeu des puissances politiques.
Avatar de l’utilisateur
yacoub
 
Messages: 4414
Inscription: 4 Juil 2010 13
Localisation: France

Re: Fatwas

Nouveau messagede yacoub » 6 Aoû 2011 15

Il y a de nombreux exemples de ceci, dont :

1. Le massacre des musulmans en Bosnie:

Il y a cinq ans, pendant l'agression serbe contre la Bosnie, les Nations Unies ont déclaré les villes bosniaques désarmées et sans défense de Zepa et de Srebrenica comme 'abris sûrs.' Les Nations Unies ont positionné leurs soldats dans les deux villes et ont juré de protéger les habitants contre toute agression.

Peu de temps après, les forces serbes ont attaqué les deux villes; au lieu de stopper l'agression, les gardiens de la paix allemands de l'ONU ont évacué leurs positions. Le plus choquant de tout fut que les gardiens de la paix allemands ont fourni aux Serbes des uniformes de l'ONU. Les Serbes, déguisés en soldats de l'ONU, ont ordonné aux habitants des villes d'aller au quartier général de l'ONU située près d'une usine d'aluminium. Tous les civils rassemblés dans l'usine ont été massacrés de sang-froid. Le criminel de guerre Ratko Mladic a alors conduit des milliers de jeunes hommes et femmes musulmans dans des bus et les a envoyés dans des lieux inconnus. Les autres résidents des villes furent torturés, violés, et disséminés; plus de 45 000 musulmans vécurent cette campagne de terreur: Où étaient donc les Nations Unies et leurs accords sur les droits de l'homme ? Les Nations Unies n'ont pas juste failli à leur mission, c'était une complicité claire de meurtres en masse, de viols de tortures contre des civils innocents.

Après les massacres de Zepa et de Srebrenica, les Nations Unies ont transféré des milliers de réfugiés croates de Krajinja et les installèrent dans les maisons abandonnées des habitants musulmans d'origine. Les représentants de l'ONU soulignèrent que les Croates qui avaient été obligés à quitter leurs maisons recevraient tout le soutien dont ils avaient besoin...selon leurs droits de l'homme internationalement garanti.

Demandez alors au secrétaire général des Nations Unies, Boutros Ghali, pourquoi les Serbes n'ont-ils pas été punis de la même façon que l'Irak? Où étaient les droits de l'homme internationalement garantis et les droits de prisonniers de guerre en Bosnie?

2. Le meurtre des soldats irakiens pendant la guerre du Golfe

Les 24 et 25 février 1991, les chars d'assaut américains et britanniques ainsi que des véhicules blindés équipés de larges pelleteuses enterraient vivants des milliers de soldats irakiens dans leurs bunkers. Les soldats qui étaient encerclés et qui attendaient pour se rendre, furent impitoyablement enterrés sous des monceaux de sable dans l'un des pires crimes contre l'humanité de l'époque moderne.

Ce crime fut rapporté et confirmé par le Washington Post, le quotidien américain, le Times (UK) et d'autres grandes publications. Cela fut même admis par Pete Williams, alors porte-parole du Pentagone, et par le Colonel Morino, commandant de la première infanterie US, bataillon de la 2ème division, qui a déclaré que le massacre 'était une manœuvre tactique destinée à permettre le passage des forces américaines et britanniques.'

Morino, qui identifia l'ingénieur Stephen Hawkish comme l'homme qui planifia le crime, a admis que ce crime était horrible, la pluspart des zones où les soldats irakiens ont été enterrés vivants ont vite été nivelées et dissimulées. Des soldats américains qui participèrent à ces crimes ont plus tard reçu des médailles d'honneur et décrits comme des 'héros de guerre.'

Ne croyez pas que nous citons ces exemples parce que nous soutenons l'agression irakienne contre les musulmans du Kuwait. Nous citons plutôt cet exemple pour prouver notre point de vue qui est que les puissances de l'arrogance et de la mécréance ont sans problème violé les accords qui garantissent les droits des prisonniers de guerre.

3. Massacre israélien des prisonniers de guerre en 1973

Peu après la fin de la guerre de 1973, l'ennemi israélien assassina de sang-froid plus de 2 000 prisonniers de guerre égyptiens. Ehud Barak, l'actuel Premier ministre d'Israël, a personnellement supervisé le massacre des prisonniers. Les crimes israéliens contre les musulmans sont nombreux, parmi eux le massacre de Deir Yassin en 1948; Menahem Begin qui l'a personnellement supervisé et qui a participé au massacre est devenu Premier ministre d'Israël en 1977. Vous vous rappellerez aussi du massacre de 40 musulmans alors qu'ils priaient dans la mosquée du Prophète Abraham à Al Khalil et le massacre de plus de 100 civils à Qana au Libanbanon.

Les Israéliens ont et continuent de commettre d'aussi horribles crimes, et encore, ils demandent compensation pour ce que leurs ancêtres ont subi aux mains des nazis. Cette hypocrisie tâchée de sang est suffisante pour prouver que les accords sur les droits de l'homme n'existent que pour répondre aux besoins des mécréants quand et où ils en ont besoin.

Cinquièmement : Nous rappelons à tous nos frères qui nous ont accusé de viol les droits de l'homme et l'esprit de l'Islam, que leur critique est fausse et injuste. Le musulman qui protège sa religion, son peuple, sa propriété et son pays est-il un criminel de guerre? Et qu'en est-il des Russes qui ont attaqué ce pays et tué, volé, violé et mutilé? Qui est-ce qui viole les droits de l'homme dans une telle situation?

Si vous êtes déterminés à défendre ceux qui massacrent les musulmans, alors ne défendez pas que les Russes, défendez ceux qui ont assassiné 100 000 Tchétchènes pendant la première guerre, défendez ceux qui ont assassiné 1 million de musulmans en Afghanistan et 200 000 au Tadjikistan. Défendez ceux qui ont bombardé le refuge d'Amirya en Irak et le complexe médical de Shifaa au Soudan. Défendez ceux qui mettent le feu à nos lieux saints à Jérusalem...

Après tout ceci, si vous ne savez pas ce qu'est un criminel de guerre, alors vous ne saurez jamais et vous continuerez à suivre le clairon des mécréants et le tambour de la tyrannie.

Et que La Paix d'Allah soit sur Mohammad, sur Sa famille bénie, sur Ses Compagnons ainsi que tous ceux qui les suivent dans un bon comportement jusqu'au jour du jugement
Avatar de l’utilisateur
yacoub
 
Messages: 4414
Inscription: 4 Juil 2010 13
Localisation: France

Re: Fatwas

Nouveau messagede yacoub » 7 Aoû 2011 15

Dans Fatawa Qadhi Khan, Page 820, le savant hanafite Allâmah Hassan bin Mansoor Khan Qadhi énonce les actes qui n'invalident pas le jeûne, et il comprend :

"Le Sexe avec des animaux, avec les morts et la masturbation, n'invalident pas le jeûne à condition que l'éjaculation ne se produit pas». Fatawa Qadhi Khan, Page 820

http://www.answering-ansar.org/answers/ ... n_p820.jpg

Image
Avatar de l’utilisateur
yacoub
 
Messages: 4414
Inscription: 4 Juil 2010 13
Localisation: France

Re: Fatwas

Nouveau messagede yacoub » 2 Oct 2011 12

Hadith Abou Daoud 4445
Boukhari 4209


100 coups de fouet pour l'amant célibataire et l'exil pendant un an
Lapidation pour la femme si elle avoue
Tel est le jugement de Mahomet

Mahomet s'adresse au père d'un jeune homme employé dans une famille qui eut une relation sexuelle avec l'épouse de son patron.
Le père dédommagea ce dernier en lui offrant 100 moutons et une esclave.
"Ce dédommagement est rejeté" lui répondit l'Envoyé d'Allah qui ordonna le châtiment suivant;
100 coups de fouetet un an d'exil pour le jeune homme et la lapidation pour la femme si elle avoue.
Elle avoua et fut donc lapidée suivant la Loi Divine.
Avatar de l’utilisateur
yacoub
 
Messages: 4414
Inscription: 4 Juil 2010 13
Localisation: France

Re: Fatwas

Nouveau messagede yacoub » 29 Juil 2012 13

x17 x31

Vidéo en arabe du Grand Savant de l'islam Ibn baz

    le sperme, le mucus et les selles sont propres et purs dans l'islam.
    Le sheikh qui parle est le grand mufti de l'arabie saoudite, ce qui équivaut au pape chez les chrétiens. La question qu'on lui pose: un homme dit avoir penetré sa femme et a gardé des "saletés" sur ses vêtements... Le sheikh interrompt la question et dit: "ce n'est pas de la saleté". Le sperme male et femelle n'est pas de la saleté, c'est pur et propre. Aicha, la femme du prophéte (ils se sont mariés quand elle avait six ans)disait que le prophéte avait toujours du sperme "dur" sur ses vetements qu'elle essayait d'enlever en le grattant puis elle le lavait avec de l'eau jusqu'a ce que la couleur soit changée. La deuxiéme question est si le sperme est propre et pur, est il possible de le boire?? La réponse est que le sperme est comme le mucus, il est "propre et pur" (hygiénique en arabe) ce n'est pas "souhaitable" de les boire.

    Vive le sperme du prophéte, vive l'hygiéne!
Avatar de l’utilisateur
yacoub
 
Messages: 4414
Inscription: 4 Juil 2010 13
Localisation: France

Précédente

Retourner vers Religion Islam

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 27 invités

cron