Les lacunes dans les versets du Coran Arabe

Etude de l'islam via les hadiths et le coran
-

Les lacunes dans les versets du Coran Arabe

Nouveau messagede Morpheus » 16 Juin 2017 00

LES « LACUNES » DANS LES VERSETS DU CORAN ARABE.

Écrit par Appolinaire Noël Koulama

Lorsque vous débattez avec un musulman, il n'est pas rare d'entendre que le Coran est bien préservé et le Dieu Islamique est son gardien. Dans sa conversation, le musulman rappelle la tradition orale d'une mémoire transmise et insiste sur l’importance capitale de sa révélation dans un arabe clair [Coran 26 :195], avec pour rappel le défi du Coran lancé aux réticents arabes de produire un analogue [Coran 2 :23-24]. Pour nous permettre d'explorer ce sujet, nous nous sommes inspirés à un entretien de Sami Aldeeb (Spécialiste de la langue arabe, Suisse d'origine palestinienne).

Le Coran.

Ce texte nous permettra de comprendre les « DITS » du Dieu Islamique dans le Coran, s'ils sont exacts ou si ces « DITS » correspondent bien avec la réalité. On peut lire dans le Coran,la promesse suivante d'Allah : « En vérité c'est Nous qui avons fait descendre le Coran, et c'est Nous qui en sommes gardien » [Coran 15 :9]. Ce verset révèle qu'Allah assure sa préservation.

« C’est Lui qui a fait descendre le Livre sur toi » [Coran 3 :7] et « cela en un arabe clair » [Coran 27 :95]. Ce verset que tous les arguments clairs et qui permet à chaque croyant de comprendre facilement (voir également [Coran 12 :2] ; [Coran 41 :44].

Ce livre qui est promis par Allah comme « Guide pour les pieux » [Coran 2 :2] Est-il bien conservé ? Est-il fiable ?

Certains versets du Coran comportent plusieurs phrases ou des parties de phrases, qu'il faut compléter par une phrase ultérieure. C'est un problème énormément problématique pour les traducteurs du Coran arabe en d'autres langues, car le traducteur a le devoir de transmettre un Coran traduit en français, en anglais et autres … quand même lisible, en mettent des points, des virgules, des pointe-virgules etc … Alors que le texte arabe n'en a pas. Ce texte du Coran arabe a d'autres pièges, ne serait-ce que les lettres de l'alphabet arabe, qui du fait de cette absence de ponctuation et des signes mêmes, peut prêter à confusion.

L’Alphabet arabe a 28 lettres, il faut savoir qu'en arabe, il n'y a pas de majuscules et de minuscules, ce qui rend encore difficile la compréhension du Coran arabe, parce-qu'on ne sait pas déterminer les débuts ou les fin des phrases. 23 sur 28 lettres sont équivoques et de plus, on a que 3 voyelles longues et les voyelles courtes sont désignées par des accents ou des dessous des lettres. Le problème c'est que les anciens, dont on dispose du Coran sur lesquels on a établi le nouveau texte coranique, ne comportent, ni poins, ni accents. En conséquence, Cette absence d'accents a introduit à ce qu'on appelle les « VARIANTES » : Chacun a essayé de lire ce texte squelettique sans accent et sans points à sa manière.

Le nombre de versets dans le Coran est compris entre 6204 et 6236 et dépend du découpage adopté et varient selon les écoles : École de Médine, de la Mecque, de Bassora, de Koufa ou encore du Šām. Le Coran dont on dispose comporte 6236 versets selon l'édition du Coran arabe du Caire, sachant qu'au Maroc, le Coran arabe a le nombre de versets différents, également au Soudan, le nombre des versets du Coran arabe est différent. Et, pourtant, c'est le même texte, mais on a découpé différemment les versets du Coran. Le Coran de l'empire Ottoman est aussi différent.

Plus de la moitié des 6236 versets composant 114 chapitres ont des « variantes » et certains mots du Coran, ont jusqu'à 15 « VARIANTES », ayant chacune 15 sens différents. Un exemple à propos des quiproquos qui peuvent naître des 23 des 28 lettres de l'Alphabet arabe montrerait l'étendu de la difficulté de traduire fidèlement le message coranique. Très souvent, il y a des termes dans le Coran arabe et les exégèses ne savent pas trop bien si ça s'adresse à la première personne à la deuxième personne ou à la troisième personne :
Yaktouloun : « Il tue » ou Tactouloun : « Vous tuez » Cette erreur ou cette « VARIANTE » dans le Coran est très fréquent, où on passe de la deuxième personne à la troisième personne dans les « VARIANTES ». Il faut savoir, que les Corans traduits que nous trouvons dans les marchés ne comportent pas ces « VARIANTES », car l'objectif des traducteurs est d'offrir un texte beau à lire, un texte purifié devant lequel le lecteur est imposé et obligé de travaillé avec. Et ces « VARIANTE » se trouvent uniquement dans des grands commentaires des ouvrages spécialisés où dans des ouvrages des spécialistes.

Les croyants musulmans, généralement, ne s'intéressent pas au sens du Coran : 80% des musulmans ne comprennent pas l'arabe et 20% du texte coranique en langue arabe est incompréhensible pour un arabe, pour un arabe universitaire et même pour un arabe exégète qui sont confrontés à des versets qui ouvrent à 20 interprétations contradictoires.

Les versets d'interprétations contradictoires, viennent non seulement de l’orthographe qui n'était pas encore fixée, et aussi de ces formes de substantifs via des verbes et des pronoms qu'on appelle en langage savant : « L'ÉNALLAGE » [*] et là il y a une véritable casse-tête.

Pour comprendre « L'ÉNALLAGE » dans le Coran, prenons par exemple, l'expression française qui a une connotation raciste : « Le français de petit nègre ». Au lieu de dire « nous travaillons », nous allons dire, « nous travailles ». C'est pourquoi, on ne peut pas coordonner les pronoms avec les verbes. En arabe, le pluriel et le singulier est duel, alors qu'on a souvent un passage du Coran du singulier au pluriel ou du pluriel au duel (quand ça désigne 2 personnes).

On a aussi des passages de la première personne à la deuxième personne, à la troisième personne et des passages qui sont en même temps, au présent, au futur, au passé ou inversement. En plus de orthographe imposée et fixée, il y a des absences totales des liaisons et des transitions, si bien qu'on aboutit à des « LACUNES » et des incohérences extrêmement curieuses des « LACUNES » du Coran arabe telles qu'elles ont été repérées, exemple : « Tout comme les croyants répugnaient que ton Seigneur t'ait fait sortir de ta maison avec la vérité pour le combat, de même un groupe de croyants répugnent la sortie ». Cet exemple est tiré du chapitre 8 verset 5 de nos traductions :

« De même, c’est au nom de la vérité que ton Seigneur t’a fait sortir de ta demeure, malgré la répulsion d’une partie des croyants [**] » [Coran 8 :5].

Comme vous pouvez le remarquer, dans non traductions, il manque : « Tout comme les croyants répugnaient », il manque aussi : « Pour le combat » et il manque enfin le dernier mot : « La sortie ». Normalement, quand on édite un livre ancien, on utilise avec 3 points entre des parenthèses, pour indiquer que le texte contient des « LACUNES ». Ces « LACUNES » peuvent provenir de plusieurs origines :

« Trouble de langage de l'Auteur »

ou : « Processus d'assemblage du Coran, où il y a des passages qu'on fait taire ». C'est pourquoi, selon les Chiites, le Coran actuel ne représente qu'1/3 du Coran original, 2/3 du Coran est perdu. Donc avec ce qu'ils avaient, ils avaient essayé de coller comme il pouvait, c'est comme si vous essayez de coller les morceaux des carafes écrasées, mais il va quand même vous manquer quelques-uns, la carafe sera constituée mais elle ne sera pas harmonieuse. Malheureusement les éditeurs du Coran en Arabe ont camouflé les « LACUNES » en
omettant de mettre 3 points entre parenthèse, sinon serait révélé au grand public, les manquements dans le Coran arabe et c'est très fâcheux pour les musulmans de procéder ainsi, pour montrer que le corpus coranique a des « LACUNES ».

Les chercheurs en tienne compte, mais ces « LACUNES » sont aussi cachées par les traducteurs qui s'efforcent de donner un sens complet à la phrase et les exégètes eux même se sont heurtés aux « LACUNES ». Les exégètes en imposant la compréhension du texte coranique, ont eux-même essayé de compléter ces « LACUNES ». Et même les exégètes n'ont pas le courage de signaler les « LACUNES », car s'ils en disaient, c'est plus ou moins un « Blasphème », ce montrera le chemin, que le Coran n'a pas été conservé comme Allah l'a voulu.

Citant par exemple les formes d'incohérence dans un verset : « Si vous craignez de n'être pas équitable envers les + ORPHELINS + » cette expression donne une idée à part, puis apparaît une autre idée : « + ÉPOUSEZ + les femmes qui vous plaisent par 2, par 3 ou par 1, mais si vous craignez de ne pas être juste, une seule ce que
que votre main droite possède et cela est le moindre pour ne pas exprimer » [Coran 4 :3].

Ce passage cause un problème, on commence par des « ORPHELINS » et on finit par « ÉPOUSEZ » les femmes. Ce verset est un verset important, car il permet aux musulmans la polygamie et ce verset commence par les « ORPHELINS » et on ne comprend pas cette introduction des « ORPHELINS » dans le verset.

Dans l'enseignement chiite sur ce verset, les Imams disent entre le premier paragraphe des « ORPHELINS » et le deuxième paragraphe de la « POLYGAMIE », il y a de nombreux versets perdus : « Verset de la Tété » ; « Verset de la lapidation » les plus connus des hadiths authentiques.

Mais en collant ces 2 paragraphes, on a quand même un texte décousu et les exégètes ont fait des efforts pour tente de justifier la présence des orphelins dans la « POLYGAMIE », c'est ainsi que les sources islamiques présente 20 à 30 commentaires contradictoires pour ce verset, malgré leur contractions, ils n'osent pas expliquer leurs contradiction et dire, qu'il y a une partie du verset perdu et qui ouvre à plusieurs commentaires différents.

Et ce verset n'est pas le seul cas dans tout le cas, malheureusement, dans le Coran on peut estimer le nombre de versets qui présentent des « LACUNES » à 700 versets au total sur 6236 versets, c'est-à-dire plus de 1/10 (10%) ont des trous, et puis rendent la compréhension du texte impossible.

Traduire le Coran arabe est une vraie casse-tête, si l'on traduit fidèlement le Coran arabe, le lecteur occidental dira : « C'est quoi ce texte flou et incompréhensible, c'est du charabia ? Quels sont les liens entre les débuts et es fins des phrases », alors les traducteurs sont obligés de mettre des parenthèses et des notes de bas de page pour donner leurs explications.

Le comble du Coran arabe, c'est de voir certains versets n'avoir aucun lien ni rapport avec les versets antérieurs et postérieurs. C'est la même chose dans le passage de verset de la polygamie [Coran 4 :3], qui ne présente aucun lien avec le verset précédent et le verset qui suit, tout d'un coup on parle des « ORPHELINS » et de la « POLYGAMIE ».

En conclusion :

En fait, concernant ces incohérences, il ne s'agit pas de « LACUNES » ; de « TROUS » ; des « MANQUEMENTS » comme origine, mais il s'agit plutôt des « RAJOUTS » postérieurs pour des questions de souffle, de rythme et surtout de rime, ce qu'on appelle en arabe « KASVIL » qui veut dire en français, la « TERMINAISON » ou la « QUEUE ». L'exemple avec le verset suivant : « Nous avons envoyé avant toi, ni envoyé, ni prophète sans que le Satan s'est lancé le doute dans son souhait. Tu abroges ce que le Satan lance et puis Dieu rend décisif ces + SIGNES + et Dieu est connaisseur et sage » [Coran 22 :52]. Il y a une sorte d'« AJOUT » ou ce verset se termine par « Dieu est connaisseur et sage ».

Les « SIGNES » dont parle le Coran, se distinguent par des « RIMES ». L'Auteur du Coran n'était pas un bon poète. Il faut savoir que la poésie arabe est fameuse pour ses « RIMES » et avec le nombre de pieds. Or les versets du Coran finissent pas des « RIMES » avec absence du nombre de pieds et pour pouvoir « RIMER » cela, les califes ont du ajouter des phrases :

Au premier abord, lorsqu'on ne s'en rend pas compte de l'« AJOUT » on se pose la question quel est le rapport entre la phrase et la précédente. Les exégètes et les savants ne parlent pas de « RAJOUT », mais de « KASVIL » c'est-à-dire la « QUEUE », malgré cette expression, ils n'osent pas dire que : « C'était des extraits intrus enfin d'enjoliver la tonalité du verset ».

Ce phénomène se trouve fréquent dans le Coran, les musulmans sont gênés et ils font le nécessaire pour essayer de trouver un lien entre la « QUEUE » et le corps du verset en vous donnant un sens loufoque et vous aurez des interprètes avec des explications différentes. Les musulmans vont toujours vous mentir, pour comprendre le Coran, il faut comprendre a langue Arabe, c'est faux, car de nombreux versets ont une vingtaines d'interprétations différentes des commentateurs et savants musulmans. Les arabes savent très bien que dans le Coran arabe, il y a des erreurs. Mais, personne ne veut le dire, car le mythe du Coran tient
sur la perfection de langue arabe par Allah … Parler d'une erreur seulement, c'est toute la religion islamique qui s'écroule, sous-entendu : « que ce livre ne vient pas de Dieu » et c'est un acte d’apostasie grave dans l'Islam et vous êtes passible de la peine de mort. C'est pourquoi, il n'y a aucun professeur des pays arabes qui peut dire qu'il y a des erreurs dans le Coran à ses élèves.

Au regard des signes clairs des « LACUNES » et des « FAUTES » dans le Coran arabe, « ALLAH » ne veille à l'honneur de sa parole contenue dans le Coran, il fait le contraire des versets de promesse de la préservation et de la conservation et il de ce fait, il se révèle un « MENTEUR ».

Malgré les signes des « CONTRADICTIONS » et des « INCOHÉRENCES » dans le Coran arabe ; la langue arabe est le verrou de l'entretien du mythe de la protection du Coran, de l'intégrité du Coran, de la descente du Coran du ciel et de la langue parlée par Allah. Triste réalité ...

NOTE :
[*] « L'ÉNALLAGE (substantif féminin) », est une figure de style qui consiste à remplacer un temps, un mode, un nom ou une personne par un autre temps, un autre mode, un autre nom ou une autre personne. Plus globalement, elle consiste à remplacer une forme grammaticale (un pronom, un nom, un temps verbal ou un aspect verbal) par une autre ; on l'appelle également la substitution.

[**] « LES CROYANTS » En note du Coran, une partie des croyants fait allusion à la bataille de Badr, vis-à-vis de laquelle une partie des croyants avait manifesté une certaine répulsion. L’issue de la bataille leur a quand même prouvé qu’il leur était meilleur de sortir au combat.
Avatar de l’utilisateur
Morpheus
Administrateur du site
 
Messages: 4354
Inscription: 14 Mai 2010 00
Localisation: Suisse

Re: Les lacunes dans les versets du Coran Arabe

Nouveau messagede Reloaded » 25 Juin 2017 23

Profecias Biblicas - Mas informaciones acerca de la Teoría del Anticristo Islamico

Download el PDF : La Bestia Islámica Codificada en el Libro de Apocalipsis
Reloaded
 
Messages: 3463
Inscription: 16 Mai 2010 03


Retourner vers Religion Islam

 


  • Articles en relation
    Réponses
    Vus
    Dernier message

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 25 invités

cron