Les pseudos miracles historiques du coran

Etude de l'islam via les hadiths et le coran
-

Les pseudos miracles historiques du coran

Nouveau messagede user3 » 21 Juil 2012 11

http://www.miraclesducoran.com/historique_index.html

LES MIRACLES HISTORIQUES DU CORAN

LES PROBLEMES QUI AFFECTERENT
PHARAON ET SON ENTOURAGE

Pharaon et ses proches étaient si dévoués à leur système polythéiste et à leurs croyances païennes que pas même le message du Prophète Moïse (psl), doté de sagesse et de miracles spectaculaires, ne parvinrent à adoucir leurs coeurs ni à les détourner de leurs superstitions sans fondements. Ils déclarèrent aussi ouvertement ce fait :

Et ils dirent : "Quel que soit le miracle que tu nous apportes pour nous fasciner, nous ne croirons pas en toi." (Coran, 7 : 132)

A cause de leur attitude hautaine, Dieu leur envoya des afflictions, décrites comme étant "des signes explicites" dans un verset, afin de les punir de leur arrogance (Coran, 7 : 133). La première de ces plaies fut la sécheresse. Cela eut pour résultat une baisse de la production agricole. Le verset qui fait référence à cela déclare :

Nous avons éprouvé les gens de Pharaon par des années de disette et par une diminution des fruits afin qu'ils se rappellent. (Coran, 7 : 130)

Les systèmes agricoles égyptiens dépendaient du Nil et généralement les changements dans les conditions naturelles ne les affectaient pas. Cependant, Pharaon et ses proches souffraient énormément à cause de leur orgueil et de leur refus de reconnaître le Messager de Dieu. Et au lieu de "s'en soucier" ils considérèrent ces évènements comme une malchance provoquée par le Prophète Moïse (psl) et les tribus d'Israël. A la suite de cela, Dieu envoya une série de malheurs dont le Coran nous parle dans le verset suivant :

Et Nous avons alors envoyé sur eux l'inondation, les sauterelles, les poux (ou la calandre), les grenouilles et le sang, comme signes explicites, Mais ils s'enflèrent d'orgueil et demeurèrent un peuple criminel. (Coran, 7 : 133)


Des documents historiques corroborent les informations données par le Coran.
Au début du 19ème siècle, un papyrus datant du Moyen Empire a été découvert en Egypte. Le papyrus fut envoyé au Leiden Museum, en Hollande et traduit par A. H. Gardiner en 1909. Le texte entier apparaît dans le livre Admonitions of an Egyptian from a Hieratic Papyrus in Leiden et décrit des changement majeurs en Egypte : famine, sécheresse, fuite d'esclaves d'Egypte en emportant leurs biens, et la mort qui s'abat sur toute la nation. Le papyrus fut écrit par un Egyptien nommé Ipuwer et d'après son contenu cet individu a été personnellement témoin des désastres qui frappèrent l'Egypte. ("Les Dix Plaies - en direct d'Egypte", Rabbi Mordechai Becher, www.ohr.org.il/yhiy/article.php/838) Ce papyrus est une description manuscrite des plus significatives des catastrophes, de la mort de la société égyptienne et de la destruction de Pharaon.

Les détails relatifs aux désastres qui frappèrent le peuple d'Egypte et inscrits dans le papyrus sont exactement tels que décrits dans le Coran. Le Coran mentionne toutes ces catastrophes. Le récit islamique sur cette période de l'histoire humaine a été confirmé par la découverte faite en Egypte, au début du 19ème siècle, des papyrus Ipuwer qui datent du Moyen Empire. Après sa découverte, le papyrus a été envoyé au Leiden Museum en Hollande en 1909 et traduit par A. H. Gardiner, un grand spécialiste de l'Egypte ancienne. Dans ce papyrus étaient décrits les différents désastres vécus par l'Egypte, tels que la famine, la sécheresse et la fuite des esclaves d'Egypte. De plus, il apparaît que celui qui avait écrit ce papyrus, un certain Ipuwer, avait été témoin de tous ces évènements. C'est ainsi que le papyrus d'Ipuwer raconte les catastrophes décrites par le Coran:

La terre est couverte de plaies. Il y a du sang partout.219

La rivière est en sang.220

En vérité tout ce qui hier encore était visible a péri. La terre est aussi dénudée qu'après la coupe du lin.221

La Basse Egypte pleure… Tout le palais est sans ses revenus… A lui appartiennent (de droit) le blé et l'orge, les oies et le poisson.222

A vrai dire, le grain a péri de tous côtés.223

La terre - dans toute son étendue n'était que confusion et bruit terrifiant… Nul ne quitta le palais pendant neuf jours et personne ne pouvait voir le visage de son voisin… Les villes furent détruites par d'énormes vagues… la Haute Egypte souffrit de la dévastation… Il y avait du sang partout… la pestilence à travers tout le pays… Personne ne navigue plus vraiment vers Byblos aujourd'hui. Que devons nous faire pour le cèdre de nos momies ?... Nous manquons d'or…224

Les hommes se refusaient à goûter les êtres humains, et avaient soif d'eau.225

Voilà notre eau ! Voilà notre bonheur ! Qu'allons-nous faire ? Tout est en ruine !226

Les villes sont détruites. La Haute Egypte est asséchée.227

La résidence s'est retournée d'un coup.228

La chaîne de catastrophes qui frappèrent l'Egypte, selon ce document, est en parfaite conformité avec les récits coraniques de ces faits.229 Ce papyrus, qui relate de manière très similaire les catastrophes qui frappèrent l'Egypte à l'époque de Pharaon, prouve encore une fois que le Coran est d'origine divine.


Pompé sur la Bible....... x08
user3
 
Messages: 1462
Inscription: 23 Aoû 2011 07

Re: Les pseudos miracles historiques du coran

Nouveau messagede yacoub » 21 Juil 2012 18

x17 x31
Le coran ne parle pas de la dernière plaie d'Egypte

    Les plaies d’Egypte

    Moïse (PBSL) ne trouvait pas de solution face à l’obstination dans laquelle se complaisait Pharaon à lui refuser de laisser partir avec lui le peuple d’Israël. Dieu lui envoya alors une aide providentielle, par l’entremise de châtiments d’intensités gradués à destination du Pharaon et de son peuple. Ces châtiments, plus connus sous le nom des « dix plaies d'Egypte » à travers le texte biblique, ne sont pas décrits en totalité dans le Coran (seuls cinq sont mentionnés).

    Le peuple du Pharaon, à chaque fois qu’il subissait un châtiment, demandait à Moïse (PBSL) d’implorer son Seigneur de le supprimer, moyennant quoi il lui rendrait libres les fils d’Israël.
    Mais le pharaon ne tenait pas ses engagements, et les châtiments augmentèrent d’intensité :

    133. Et Nous avons alors envoyé sur eux l'inondation, les sauterelles, les poux (ou la calandre), les grenouilles et le sang, comme signes explicites, Mais ils s'enflèrent d'orgueil et demeurèrent un peuple criminel.
    134. Et quand le châtiment les frappa, ils dirent : “ô Moïse, invoque pour nous ton Seigneur en vertu de l'engagement qu'Il t'a donné. Si tu éloignes de nous le châtiment, nous croirons certes en toi et laisserons partir avec toi les enfants d'Israël”.
    135. Et quand Nous eûmes éloigné d'eux le châtiment jusqu'au terme fixé qu'ils devaient atteindre, voilà qu'ils violèrent l'engagement.

    Sourate 7 : AL-ARAF

    La fin d’un tyran

    La pression populaire et l’entourage du pharaon exhortèrent ce dernier de laisser partir Moise (PBSL) avec son peuple loin d’Egypte. Résigné, le pharaon acquiesça enfin à la requête de Moise et laissa partir ce dernier, qui avec les siens se prépara aussitôt pour quitter le pays.

    Mais l’orgueil et la dénégation rattrapèrent le despote, qui après avoir lâché du lest, va s’en prendre à nouveau au peuple d’Israël.

    L'épisode de la fuite du peuple d'Israël hors d’Egypte, est connu dans la tradition Biblique sous le nom de « Exode », le Coran quant à lui, rapporte :

    83. Personne ne crut (au message) de Moïse, sauf un groupe de jeunes gens de son peuple, par crainte de représailles de Pharaon et de leurs notables. En vérité, Pharaon fut certes superbe sur terre et il fut du nombre des extravagants.
    84. Et Moïse dit : "Ô mon peuple, si vous croyez en Allah, placez votre confiance en Lui si vous (Lui) êtes soumis”.
    85. Ils dirent : “En Allah nous plaçons notre confiance. ô notre Seigneur, ne fais pas de nous une cible pour les persécutions des injustes.
    86. Et délivre-nous, par Ta miséricorde, des gens mécréants”.
    87. Et Nous révélâmes à Moïse et à son frère : “Prenez pour votre peuple des maisons en égypte, faîtes de vos maisons un lieu de prière et soyez assidus dans la prière. Et fais la bonne annonce aux croyants”.

    Sourate 10 : YUNUS (JONAS)

    Les fils d’Israël profitèrent donc de la nuit pour quitter l’Egypte en direction de la mer rouge. Le Pharaon, alerté par cette fuite, se lança à leur poursuite avec son armée. Voyant l’armée du pharaon approcher à grand pas, les juifs devinrent de plus en plus agités. Parmi eux, Joshua (Yusha), qui s’exclama : « Devant nous, il y a cette barrière infranchissable, la mer, et derrière nous notre ennemi, la mort est pour nous la seule issu possible ! ».

    Moïse les rassura en leur expliquant que Dieu allait bientôt lui envoyer un nouveau signe. C'est alors que Dieu lui révéla : « Ecartes la mer de ton baton ! ».

    Moïse s’exécuta, et la mer fut distinctivement séparée en deux parties, hautes comme des montagnes, entre lesquelles les fils d’Israël purent passer pour échapper à l’armée de Pharaon.
    Cette dernière sous l’ordre du pharaon décida de s’engager aussi dans la mer, mais Dieu ordonna à cette dernière de se refermer, engloutissant ainsi le pharaon et son armée (8).

    Le Coran rapporte qu’au moment ou il vit la vague gigantesque s’abattre sur lui, le Pharaon, se résigna enfin à admettre (bien trop tardivement), l’omnipotence Divine et la Vérité apportée par Moïse (PBSL).

    90. Et Nous fîmes traverser la mer aux Enfants d'Israël. Pharaon et ses armées les poursuivirent avec acharnement et inimité. Puis, quand la noyade l'eut atteint. il dit : “Je crois qu'il n'y a d'autre divinité que Celui en qui ont cru les enfants d'Israël. Et je suis nombre des soumis”.
    91. [Allah dit]: Maintenant ? Alors qu'auparavant tu as désobéi et que tu as été du nombre des corrupteurs !
    92. Nous allons aujourd'hui épargner ton corps , afin que tu deviennes un signe à tes successeurs. Cependant beaucoup de gens ne prêtent aucune attention à Nos signes (d'avertissement).

    Sourate 10 : YUNUS (JONAS)

    A ceci Dieu explique comment il ne peut pardonner à quelqu’un qui s’est tant complu dans la mécréance, et qui n’accepta la Vérité qu’une fois sachant sa mort inévitable. L'islam se sert de la fin tragique du pharaon pour édifier un principe théologique immuable, selon lequel Dieu ne pardonne jamais à un homme qui avait jusque là mécru ardemment et qui tente de se repentir qu’une fois la mort bien présente devant ses yeux. Ainsi le Coran affirme dans un autre passage :

    4.18. Mais l'absolution n'est point destinée à ceux qui font de mauvaises actions jusqu'au moment où la mort se présente à l'un d'eux, et qui s'écrie : “Certes, je me repens maintenant” - non plus pour ceux qui meurent mécréants. Et c'est pour eux que Nous avons préparé un châtiment douloureux.

    Sourate 4 : AN-NISAA (LES FEMMES)

    Le verset 92 de la sourate YUNUS est particulièrement intéressant du point de vue scientifique, car la momie du Pharaon Mineptah fils de Ramsès II, que les égyptologues français et anglais désignent comme étant le fameux "Pharaon de l'exode" ayant vécu à l'époque de Moïse fut bien identifiée dans la vallée des Rois en 1898.

    Le Dr Maurice Bucaille (9), en 1975, eut la possibilité d’analyser cette momie en collaboration avec d’autres experts scientifiques en la matière. Il rapporta son expérience personnelle dans ces termes :

    « Les études médico-légales de la momie ont eu lieu avec l’assistance de Ceccaldi, directeur du laboratoire de l’identité juridique à Paris et le professeur Durigon. Elles nous ont permis d'établir l'existence d'une cause de mort très rapide par plaie cranio-cérébrale ayant laissé une lacune de dimensions importantes au niveau de la voûte crânienne, conjointement avec d'autres lésions traumatiques. Toutefois ces constatations s'avéraient compatibles avec les récits des Écritures mentionnant que le Pharaon mourut lors du retour des flots ».


    (8) Si la tradition judéo-chrétienne ne donne pas de grands détails sur la fin du "Pharaon de l’exode", le Coran quant à lui va plus loin et affirme et fait clairement allusion au fait que le cadavre du pharaon fut bien sauvé des eaux puis momifié.
    (9) Se référer à son ouvrage Le Coran, la Bible et la science >>.
Avatar de l’utilisateur
yacoub
 
Messages: 4414
Inscription: 4 Juil 2010 13
Localisation: France


Retourner vers Religion Islam

 


  • Articles en relation
    Réponses
    Vus
    Dernier message

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 16 invités

cron