Nice carnage islamique 84 morts

Etude de l'islam via les hadiths et le coran
-

Nice carnage islamique 84 morts

Nouveau messagede yacoub » 16 Juil 2016 15

Les principaux attentats en France depuis 2012

Image

Hommage aux victimes de l’attentat de Nice, à l’ambassade de France à Berlin, le 15 juillet.
Un homme au volant d’un camion a fauché plus de 84 personnes, dont plusieurs enfants, jeudi 14 juillet à Nice dans la foule massée sur la promenade des Anglais pour le feu d’artifice. Depuis 2012, la France a été lourdement frappée par les attentats.

Chronologie.

■Mars 2012 : Mohamed Merah tue 7 personnes à Montauban et Toulouse

Le 11 mars, Mohamed Merah abat le militaire Imad Ibn Ziaten sur un parking à Toulouse, puis s’attaque, le 15, à trois autres soldats de Montauban, sortis de leur caserne pour retirer de l’argent. Abel Chennouf et Mohamed Legouad sont tués sur le coup. Loïc Liber est grièvement blessé. Le « tueur au scooter » est en fuite. Il frappe à nouveau le 19 à l’école juive de Toulouse Ozar Hatorah et tue un professeur, ses deux fils, ainsi qu’une petite fille de 7 ans. Mohamed Merah meurt le 22 mars dans l’assaut que donne le RAID à son appartement.

■7-9 janvier 2015 : assaut de « Charlie Hebdo » et prise d’otages à l’Hyper Cacher

Le 7 janvier, les frères Chérif et Saïd Kouachi attaquent le siège de l’hebdomadaire satirique français Charlie Hebdo à Paris. Parmi les victimes figurent le directeur du journal, plusieurs de ses caricaturistes vedettes et deux policiers. Après deux jours de cavale, les deux assaillants sont abattus par les forces de sécurité, après s’être retranchés dans une entreprise de la banlieue est de la capitale.


Le 8 janvier, Amedy Coulibaly tue une policière et blesse un agent municipal à Montrouge, au sud de Paris. Le 9 janvier, il prend en otages les clients et employés d’un supermarché cacher de Paris et tue quatre d’entre eux, tous juifs. Il est abattu dans l’assaut donné par la police peu après la mort des frères Kouachi. Ceux-ci se revendiquaient d’Al Qaida dans la péninsule arabique (AQPA), Amedy Coulibaly du groupe Etat islamique (EI).

■3 février 2015 : agression au couteau à Nice

Trois militaires en faction devant un centre communautaire juif sont agressés au couteau. L’assaillant, Moussa Coulibaly, 30 ans, demeurant à Mantes-la-Jolie (Yvelines), est aussitôt arrêté. Il exprime en garde à vue sa haine de la France, de la police, des militaires et des juifs.

■19 avril 2015 : une église de Villejuif visée

Sid Ahmed Ghlam, étudiant algérien en informatique, est arrêté à Paris, soupçonné d’avoir tué une femme et préparé un attentat imminent contre une église de Villejuif dans la banlieue sud de Paris. En possession d’armes de guerre, il était connu des services de renseignement pour avoir basculé dans l’islam radical. Il admettra avoir projeté d’autres actions.

■26 juin 2015 : un patron décapité dans l’Isère

Yassin Salhi tue et décapite son patron Hervé Cornara à Chassieu (Rhône), puis, brandissant des drapeaux islamistes, tente de faire exploser l’usine Air Products de Saint-Quentin-Fallavier (Isère), en précipitant son fourgon contre des bouteilles de gaz avant d’être arrêté.

■21 août 2015 : attaque dans le Thalys

Un carnage est évité dans un train Thalys reliant Amsterdam à Paris, lorsque des militaires américains maîtrisent un homme lourdement armé qui ouvre le feu à hauteur de Oignies (Haute-Picardie). Deux personnes sont blessées, l’une par balle, l’autre par arme blanche. L’assaillant, un jeune Marocain, est interpellé.

■13 novembre 2015 : carnage au Bataclan et sur des terrasses de l’Est parisien

La France est frappée par les pires attaques terroristes de son histoire, avec, pour la première fois dans ce pays, des actions kamikazes. Les attentats sont perpétrés à Paris dans la salle de concerts du Bataclan, contre plusieurs bars et restaurants du cœur de la capitale, et près du Stade de France, à Saint-Denis. Cent trente personnes, notamment des jeunes, sont tuées et plus de 350 sont blessées. L’EI revendique les attaques.

■7 janvier 2016 : attaque du commissariat du 18e arrondissement à Paris

Un homme armé d’un hachoir et d’une fausse ceinture d’explosifs est abattu après avoir crié « Allah Akbar » en s’approchant du commissariat du 18e arrondissement de Paris. Il porte une revendication manuscrite en arabe dans laquelle il fait allégeance au chef de l’EI.
■13 juin 2016 : deux policiers assassinés à leur domicile

Un policier de Magnanville (Yvelines) et sa compagne employée au commissariat de Mantes-la-Jolie, sont assassinés chez eux. Jean-Baptiste Salvaing, 42 ans, est poignardé devant son domicile, sa compagne Jessica Schneider, 36 ans, égorgée à l’intérieur du pavillon par un jihadiste de 25 ans. Larossi Abballa, qui avait revendiqué son action sur Twitter et Facebook au nom de l’EI, est tué par le RAID.

En savoir plus sur

http://www.lemonde.fr/societe/article/2 ... jB0Zcdx.99
Avatar de l’utilisateur
yacoub
 
Messages: 4414
Inscription: 4 Juil 2010 13
Localisation: France

Re: Nice carnage islamique 84 morts

Nouveau messagede yacoub » 17 Juil 2016 09

Écœuré, trop c'est trop.

Image
Le Président Hollande a bien parlé d'un "attentat terroriste islamique".
C'est la première fois qu'il associe terrorisme et Islamique.
Je pense qu'il doit être bien informé.

Le tueur de masse était un tunisien avec une carte de résidant français. Il a écrasé les gens sur 2 km sur la Promenade des anglais, juste à la fin du feu d'artifice. Bilan provisoire, 84 civils morts, une vingtaine de blessés dont le pronostic vital est engagé, des centaines de blessés.
Image

Déroulement des faits
==> Vers 22h40 : Un camion fonce dans la foule sur la Promenade des Anglais
Le feu d’artifice venait de s’achever quand Julien, un Niçois, aperçoit un camion blanc de 19 tonnes fonçant dans la foule rassemblée sur la Promenade des Anglais. « Il avançait à une vitesse folle, peut-être à 90 m/h. Et il zigzaguait pour renverser le plus de victimes possibles », raconte-t-il à 20 Minutes. Exceptionnellement réservées aux piétons pour les festivités, les trois voies de la chaussée sont alors jonchées de corps.
Image

==> Vers 22h50 : Le chauffeur est abattu​
Après avoir parcouru deux kilomètres sur la Promenade qui longe la mer, le camion est immobilisé au croisement de la rue Meyerbeer, à proximité de l’hôtel Westminster. Des échanges de coups de feu retentissent. « Entre cinq et dix », compte alors Julien, le témoin contacté par 20 Minutes. Le chauffeur du camion est abattu.
Image

==> 23h20 : Jean-Baptiste Estrosi parle « de dizaines de morts »
S’adressant aux habitants de la ville dont il est l'ancien maire (LR),Jean-Baptiste Estrosi annonce que le chauffeur du camion « semble avoir fait des dizaines de morts ». Dix-sept minutes plus tard, la préfecture des Alpes-Maritimes demande aux Niçois « de rester chez eux », évoquant alors « un attentat ».

==> 00h12 : Un premier bilan fait état de 30 morts
Sous-préfet des Alpes-Maritimes, Sébastien Humbert dresse un premier bilan de la soirée tragique. « Le camion a fait des dizaines de morts, une trentaine peut-être… » Contactés par 20 Minutes, les services de pompiers indiquent également qu’une centaine de blessés ont été recensés, dont certains en urgence absolue ».

==> 1h34 : L’application SAIP du gouvernement déclenche une « alerte attentat »
Image

==> 3h50 : « Le caractère terroriste de cette attaque ne peut être nié », affirme Hollande
Image
Après avoir rejoint la cellule de crise, François Hollande s’exprime depuis Paris. Il dénonce une « attaque dont le caractère terroriste ne peut être nié », même si aucune revendication n’a été communiquée. Il dresse un nouveau bilan faisant état de 77 victimes, dont plusieurs enfants, et annonce la tenue d’un conseil de défense dès le vendredi matin et précise que l’état d’urgence va, à nouveau, être prolongé de trois mois alors qu’il devait prendre fin le 26 juillet.

==> 7h00 : Un nouveau bilan fait état de 84 morts et 18 personnes en « urgence absolue »
Le ministère de l’Intérieur établit le nouveau bilan à 84 morts, 18 personnes en état « d’urgence absolue », une cinquantaine de blessés légers et 120 autres personnes prises en charge par les secours. Au moins une cinquantaine d’enfants ont été admis aux urgences, selon une source hospitalière.

==> 9h30 : Les forces de l’ordre investissent l’appartement du chauffeur
Lourdement armés, les hommes du Raid pénètrent au domicile du chauffeur du camion situé dans un petit immeuble d’un quartier populaire de l’est de Nice. Les agents de la police technique et scientifique effectuent des prélèvements.

==> 9h50 : L’identité du chauffeur du camion est dévoilée
Nice-Matin met un nom sur le chauffeur du camion. Agé de 31 ans, Mohamed Lahouaiej Bouhlel exerçait la profession de chauffeur-livreur. Ses papiers d’identité ont été retrouvés dans le véhicule. Selon les premières informations qui ont filtré, il était connu pour des faits de délinquance, notamment de « violences », mais ne faisait pas l'objet d'une surveillance pour radicalisation se matérialisant par une fiche S.
Source : http://www.lemonde.fr/police-justice/li ... 53578.html
Avatar de l’utilisateur
yacoub
 
Messages: 4414
Inscription: 4 Juil 2010 13
Localisation: France

Re: Nice carnage islamique 84 morts

Nouveau messagede yacoub » 17 Juil 2016 09

Attentat de Nice: ce que l'on sait sur les sept personnes gardées à vue

L'entourage de Mohamed Lahouaiej-Bouhlel, l'auteur de l'attaque au camion à Nice (Alpes-Maritimes), est passé au crible.

Ce dimanche, sept personnes de l'entourage de Mohamed Lahouaiej Bouhlel se trouvent en garde à vue. Plusieurs d'entre elles ont affirmé que le tueur de Nice s'était radicalisé récemment et brutalement.

Selon ses voisins et son père, Mohamed Lahouiaej Bouhlel buvait, faisait de la musculation et était très peu porté sur la religion. C'est pourtant lui qui, adoptant le mode opératoire prôné par Daech, a massacré plus de 84 personnes au volant d'un poids lourd de 19 tonnes jeudi soir à Nice. Selon le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, le terroriste, un Tunisien de 31 ans, "semble" s'être radicalisé "très rapidement".

Pour tenter de comprendre comment cet individu, aux antécédents psychiatriques, aurait pu succomber aux sirènes de Daech, les policiers ont placé en garde à vue sept personnes de son entourage: deux vendredi, trois ce samedi, et deux nouvelles ce dimanche matin. L'objectif de ces auditions est également de déterminer s'il a agi seul, sur les consignes d'un commanditaire et s'il a bénéficié de complicités logistiques.

La première a avoir été entendue est son ex-femme. Domiciliée à Nice, elle s'est présentée spontanément au commissariat. Sa garde à vue a été prolongée de 24 heures ce samedi. D'après des témoignages recueillis par plusieurs médias dont Libération, le couple était en instance de divorce. L'épouse vit dans les hauteurs de Nice, dans un quartier populaire. Un voisin assure au quotidien que Lahouiaej Bouhlel la battait et qu'elle avait déjà porté plainte à ce sujet.

Concernant les six autres, peu d'éléments ont filtré sur leur profil. D'après LCI, l'un a été interpellé vendredi après-midi,trois autres l'ont été ce samedi, entre 6 heures et 7 heures du matin, à trois endroits différents de Nice. L'un d'entre eux, raconte Nice Matin, est un jeune homme de 20 ans. D'après France 3, l'un des gardés à vue a été en "contact téléphonique" avec Lahouiaej Bouhlel les minutes précédant son carnage. Les policiers ont interpellées ce dimanche deux nouvelles personnes, a-t-on appris de source judiciaire. Il s'agirait d'un homme et d'une femme.
Des témoignages accablants

Les témoignages de l'entourage du tueur, inconnu des services de renseignement, corroborent la piste d'une radicalisation tardive et fulgurante. Selon les déclarations de quatre des sept interpellées, relayées par iTélé, Lahouiaej Bouhlel avait adopté un comportement "radical et virulent" ces derniers jours, arrêté l'alcool et évoqué, alors qu'il ne l'avait jamais fait, l'organisation Etat islamique (EI) dans ses discours. Ce qui expliquerait pourquoi le groupe a revendiqué dans un communiqué l'attaque de Nice.

L'analyse de son matériel informatique et téléphonique montre également que le terroriste était en contact avec des individus eux-mêmes liés à des islamistes radicaux, sans que l'on sache si ces derniers font partie des gardés à vue. Un contact commun avec Omar Omsen, figure du djihad niçois, a ainsi été découvert, selon Le Monde. Cela ne signifie toutefois pas, à ce stade, que le Tunisien ait été directement en contact avec lui.

https://youtu.be/X5g-Ikizz_o
Avatar de l’utilisateur
yacoub
 
Messages: 4414
Inscription: 4 Juil 2010 13
Localisation: France

Re: Nice carnage islamique 84 morts

Nouveau messagede yacoub » 17 Juil 2016 09

Le profil inédit de Mohamed Lahouaiej Bouhlel, auteur de l’attentat de Nice


Trois jours après l’attaque au camion qui a fait 84 morts, jeudi 14 juillet vers 22 h 45 sur la promenade des Anglais, à Nice, les enquêteurs tentent toujours de cerner le profil inédit de son auteur : Mohamed Lahouaiej Bouhlel, un Tunisien de 31 ans inconnu des services spécialisés et que plusieurs proches décrivent comme « n’ayant pas toute sa tête ».

A l’issue d’une réunion à l’Elysée, samedi, le ministre de l’intérieur Bernard Cazeneuve a dévoilé quelques premiers éléments de l’enquête : « Il semble qu’il se soit radicalisé très rapidement ». Le tueur « n’était pas connu des services de renseignement car il ne s’était pas distingué, au cours des années passées, soit par des condamnations, soit par son activité, par une adhésion à l’idéologie islamiste radicale », a précisé le ministre : C’est « un attentat d’un type nouveau » qui « montre l’extrême difficulté de la lutte antiterroriste ». Selon les informations du Monde, les indications étayant une radicalisation très rapide proviendraient des gardes à vue en cours.

Lire aussi : En direct : après Nice, Cazeneuve appelle les Français à rejoindre la réserve opérationnelle

Le profil de Mohamed Lahouaiej Bouhlel, jusqu’ici connu des services de police pour de simples faits de violence, intrigue les enquêteurs. Aucun message de revendication n’a été retrouvé sur lui ou à son domicile, ni aucune trace d’allégeance à l’Etat islamique (EI). Une question planait depuis deux jours sur le carnage de Nice : son auteur est-il un sympathisant djihadiste dissimulé ou a-t-il voulu sublimer son suicide en opération martyre ?

Cette question semble aujourd’hui dépassée, tant le déclenchement à distance des pulsions morbides d’individus fragiles fait partie intégrante de la stratégie de l’EI. Mohamed Lahouaiej Bouhlel a indiscutablement troublé « gravement l’ordre public par l’intimidation ou la terreur », au sens de l’article 421-1 du code pénal qui définit le terrorisme. Mais son but intime était-il réellement de servir une cause politique, ou s’est-il servi du Califat, qui s’est servi de lui en retour, pour légitimer son désir de mort ?
Revendication de l’EI

Peu avant l’intervention du ministre, samedi matin, l’EI avait revendiqué l’attaque, qualifiant son auteur de « soldat de l’EI » ayant répondu « à l’appel à viser les citoyens des Etats de la coalition ». Le message, diffusé 36 heures après les faits, ne fait cependant aucune référence à un ordre précis ou à une quelconque allégeance.

S’agit-il d’une revendication d’opportunité ou de la confirmation que cette attaque était planifiée ? « Jusqu’ici, ils n’ont jamais rien revendiqué de façon opportuniste alors qu’ils auraient pu le faire maintes fois, analyse le journaliste David Thomson, spécialiste du djihadisme. Il y a sûrement des liens et s’ils revendiquent, ça veut dire qu’ils ont des preuves de ces liens et qu’ils vont les feuilletonner ».

Les enquêteurs ont entrepris depuis jeudi un important travail de téléphonie et d’exploitation informatique qui pourrait éclairer les ressorts du passage à l’acte de Mohamed Lahouaiej Bouhlel. Selon les informations du Monde, certains noms « intéressants » sont apparus parmi ses contacts. Une autre source évoque des relations communes avec Omar Diaby, une figure du djihadisme niçois proche d’Al Nosra, et non de l’EI.
Sept gardes à vue

« On est en train de travailler dessus, mais il est encore trop tôt pour en tirer la moindre conclusion », précise une source proche de l’enquête. Rien ne dit en effet que ces connexions ne sont pas imputables au hasard des relations de quartier. Sept personnes gravitant dans l’entourage de Mohamed Lahouaiej Bouhlel ont été placées en garde à vue, et ont apporté un éclairage sur sa « radicalisation » éclair : son épouse vendredi à 11 heures, un autre de ses contacts dans la journée, trois autres samedi matin. Enfin, deux personnes, un homme et une femme, ont été placées en garde à vue dimanche.

En attendant que les développements de l’enquête permettent de mieux cerner son parcours, les premières constatations accréditent la thèse d’un acte prémédité. A l’occasion d’un point presse, vendredi, le procureur de la République de Paris, François Molins, a relaté les premiers éléments de cette enquête ouverte pour « assassinats en bande organisée en relation avec une entreprise terroriste » et « association de malfaiteurs terroriste criminelle ».

Le camion frigorifique de 19 tonnes qui a foncé sur la foule avait été loué le 11 juillet par Mohamed Lahouaiej Bouhlel, qui devait théoriquement le restituer deux jours plus tard, ce qu’il n’a pas fait. Une source proche du dossier a confirmé dimanche à l’Agence France Presse une information d’Europe 1 selon laquelle Mohamed Lahouaiej Bouhlel s’était rendu en repérage sur les lieux, les 12 et 13 juillet. Le 14 juillet, à 21 h 35, le chauffeur-livreur se rend à vélo dans le quartier Auriol, où son camion est stationné depuis la veille. Il enfourne son vélo dans la remorque, et fait route vers le quartier du Magnan, où le véhicule apparaît sur les caméras de vidéosurveillance à 22 h 30.
Armes factices

Le camionneur atteint ensuite la promenade des Anglais vers 22 h 45. Entre les numéros 147 et 11 de la promenade, il fauche violemment, sur une distance de 1,8 kilomètre, des dizaines de personnes rassemblées en famille pour le feu d’artifice du 14 juillet. Un dernier bilan fait état de 84 morts, dont 10 mineurs, 202 blessés, dont 52 sont en « urgence absolue » parmi lesquels 25 sont toujours en réanimation.

« Le terroriste a tiré à plusieurs reprises sur trois policiers à hauteur de l’hôtel Negresco, a relaté le procureur de la République de Paris. Les policiers ont répliqué et ont poursuivi le camion, qui a cependant réussi à rouler encore sur près de 300 mètres. Les policiers sont parvenus à le neutraliser par des tirs au niveau du Palais de la Méditerranée. »

Dans la cabine du camion, les enquêteurs découvrent le pistolet automatique 7.65 mm dont s’est servi le conducteur, un chargeur, des cartouches, un téléphone portable, ainsi qu’un pistolet factice et deux répliques de fusil d’assaut et une « grenade percée » inactive. La présence de cet « arsenal » factice est l’un des premiers éléments qui ont intrigué les policiers de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) et de la Direction centrale de la police judiciaire (DCPJ) chargés de l’enquête.

Une carte bleue et une carte de conducteur retrouvées dans l’habitacle permettront rapidement d’identifier le criminel, identité qui sera confirmée par ses empreintes papillaires : Mohamed Lahouaiej Bouhlel, un chauffeur-livreur tunisien titulaire d’une carte de séjour.

Connu des services de police pour des faits de menaces, de violences, de vols et de dégradations commis entre 2010 et 2016, il avait été condamné, le 24 mars, à six mois de prison avec sursis pour des faits de violence volontaire avec arme commis en janvier, a précisé M. Molins.
« Troubles psychotiques »

Le fait que Mohamed Lahouaiej Bouhlel soit inconnu des services de renseignement, ajouté aux armes factices retrouvées dans son camion, laisse les enquêteurs perplexes. Plusieurs témoignages, recueillis par Le Monde et différents médias, ont également jeté le trouble sur sa personnalité. Décrit comme peu religieux, il ne ferait ni la prière ni le ramadan. Selon un de ses voisins, cet amateur de salsa et de musculation, en instance de divorce avec trois enfants et une pension alimentaire à payer aurait simplement « pété les plombs ».

Lire aussi : « C’est l’acte d’un fou », assure le voisinage de Mohamed Lahouaiej Bouhlel

Dans un entretien à l’AFP et à la BBC, le père du tueur a raconté que son fils a souffert d’une dépression en 2004, ce qui lui a valu une consultation chez un psychiatre de Sousse (Tunisie). L’Express a retrouvé ce spécialiste, le docteur Chemceddine Hamouda. Il confirme que Mohamed Lahouiaej Bouhlel a été diagnostiqué pour des troubles psychotiques, qu’il était « violent » et avait « des problèmes avec son corps ». Le praticien estime cependant que son acte barbare s’inscrit « forcément » dans un processus de radicalisation.

Un témoignage recoupé sur place par Le Monde, qui a pu rencontrer son oncle, Abdelfattah Lahouaiej Bouhlel, à M’saken, ville de l’Est tunisien où vit la famille. Ce dernier affirme que son neveu « n’était pas normal ». « Il aimait exhiber ses muscles de manière bizarre », précise un voisin. « Ses paroles dérivaient », ajoute un deuxième. « On sentait qu’il n’avait pas toute sa tête », abonde un troisième.

Lire aussi : A M’saken, ville natale de Lahouaiej Bouhlel, « les gens ont honte »

L’analyse du cercle relationnel du camionneur devrait permettre de démêler ce qui relève de la psychiatrie et d’une véritable conviction djihadiste. La réponse à cette question ne changera que peu de choses au climat qui s’est installé en France, cible privilégiée de l’organisation Etat islamique (EI).
« Radicalisation de la société »

En diffusant régulièrement des appels au meurtre sur internet, l’EI cherche « à susciter des vocations chez n’importe quel individu », résume une note de la DGSI. Quitte à réveiller les démons enfouis chez quelques déséquilibrés. Objectif affiché de cette menace permanente : pousser la société à se fracturer autour de questions d’identité afin que les musulmans adhèrent au sentiment de persécution véhiculé par la dialectique djihadiste.

Un danger qui a été clairement identifié par le patron de la DGSI. Lors de son audition par la commission d’enquête parlementaire sur les attentats de 2015, Patrick Calvar s’était inquiété de la « radicalisation de la société » : « Vous aurez une confrontation entre l’ultra-droite et le monde musulman – pas les islamistes mais bien le monde musulman », avait-il prophétisé.

En savoir plus sur

http://www.lemonde.fr/societe/article/2 ... TDE1opk.99
Avatar de l’utilisateur
yacoub
 
Messages: 4414
Inscription: 4 Juil 2010 13
Localisation: France

Re: Nice carnage islamique 84 morts

Nouveau messagede yacoub » 25 Juil 2016 12

Kersaudy - Quand arrachera-t-on les racines du terrorisme en France ?
Kersaudy - Quand arrachera-t-on les racines du terrorisme en France ?
Les gouvernements de gauche et de droite ont eu leur lot d'attentats. Aucun n'a pris à temps les mesures adaptées à la situation, relève François Kersaudy.
Par François Kersaudy

La foule niçoise a sifflé le Premier ministre Manuel Valls pour exprimer sa rage impuissante devant le crime d’un ennemi insaisissable.

Comment diable rendre ce gouvernement responsable de l'attentat de Nice – et de tous ceux qui l'ont précédé ? Au siècle dernier, le célèbre philosophe géorgien Joseph Vissarionovitch Djougachvili[1] Alias Staline avait formulé le problème en ces termes :
« Lorsqu'il se produit quelque chose de soudain et d'inattendu, vous pouvez être sûr que, dès le lendemain, cinquante imbéciles feront la queue devant votre bureau pour vous annoncer qu'ils l'avaient prévu ! » En l'occurrence, il s'agissait pour les politiciens d'opposition de récupérer l'événement à des fins électoralistes, avec les habituelles aberrations accompagnant ce genre d'exercice.

Pour le ministère de l'Intérieur, par contre, il fallait minimiser a posteriori les carences inévitables dans la protection d'une des 516 villes de France les plus vulnérables un soir de 14 Juillet. Quant à la foule niçoise qui sifflait le Premier ministre, elle exprimait simplement une rage impuissante devant le crime d'un ennemi insaisissable, exactement comme la foule irakienne qui lançait des pierres contre la voiture du Premier ministre al-Abadi sur les lieux du sanglant attentat de Bagdad. En fait, la vérité simple et triste, c'est que lorsque des fanatiques sont prêts à mourir pour faire un maximum de victimes innocentes, certains finiront toujours par réussir. Que ce soit sous des gouvernements de gauche ou de droite ne fait rien à l'affaire : tous ont eu leur lot d'attentats destinés à semer l'épouvante, et aucun n'a pu prendre à temps les mesures adaptées à la situation.
Un étonnant quinquennat

On ne verra pas là un soudain accès d'affection à l'égard de l'actuel gouvernement. Comme la plupart des Français, je constate que François Hollande était fait pour être président comme DSK pour être archevêque ; que le Premier ministre contrôle mal ses nerfs, ses ministres, sa majorité, sa politique, son ambition et sa communication ; que la ministre de l'Éducation est aussi fâchée avec l'enseignement qu'avec les accords du participe ; que le ministre des Affaires étrangères est très mal à l'aise dans ses nouvelles fonctions, au point de confondre Bachar el-Assad et Saddam Hussein ; que la ministre du Travail connaît bien mal un Code du travail qu'elle va pourtant enrichir de 400 pages supplémentaires ; que le ministre de l'Intérieur, piqué au vif, se met à porter plainte contre une policière placée sous ses ordres ; que le ministre de l'Économie joue sa propre partition en dénigrant la politique économique qu'il est chargé de mettre en œuvre ; que l'ancienne compagne du chef de l'État n'a pu devenir ministre de l'Écologie qu'à la faveur du remplacement de la deuxième maîtresse du souverain par une troisième maîtresse en titre ; que le ministre délégué au Budget cachait son propre budget à l'étranger ; que la ministre de la Justice avait autant d'antipathie pour les prisons que de sympathie pour les prisonniers ; qu'une partie des députés socialistes étant idéologiquement hostile à l'autre partie, la majorité parlementaire s'est montrée hors d'état de légiférer rationnellement sur les questions essentielles de sécurité, du travail, de l'immigration et de l'incontinence budgétaire. À l'évidence, il faudra aux futurs exégètes une habileté peu commune pour défendre un quinquennat aussi déjanté…
Contexte délétère

Il reste pourtant que le gouvernement ne peut agir que dans le cadre des institutions, des structures, des lois et des contraintes existantes, et que c'est sous cet éclairage qu'il faut considérer les événements de Nice. Voici par exemple un citoyen tunisien bénéficiant d'un titre de séjour temporaire, défavorablement connu des services de police pour menaces, dégradations, vols, violences conjugales et agression ayant entraîné une condamnation judiciaire à six mois d'emprisonnement avec sursis. Dans plus de 130 pays au monde, de tels exploits auraient justifié une incarcération plus ou moins longue, suivie d'une expulsion immédiate vers le pays d'origine.

En France, c'est impossible : le maquis des lois, la pusillanimité ou la compassion des juges, le formalisme et l'engorgement des tribunaux, le foisonnement d'associations de défense du délinquant étranger, la culpabilité post-coloniale, l'antiracisme agressif et sélectif, le droit-de-l'hommisme idéologique, l'absence de contrôles aux frontières, l'hostilité à l'égard des forces de l'ordre, la suppression de la double peine à l'initiative du président Sarkozy, les directives européennes hors-sol, l'omniprésence de médias obnubilés par la quête du sensationnel, le tabou de l'amalgame et le culte de la bien-pensance – autant d'éléments qui se conjuguent de longue date pour assurer la pérennité et la prospérité en France de la délinquance comme de la criminalité crapuleuse et pseudo-religieuse.
Vue rétrospective

Cette délinquance et cette criminalité, ce n'est pas depuis quatre ans, mais bien depuis quarante ans qu'elles prospèrent et se multiplient dans quelque 700 zones de non-droit, laissées en marge de la République par l'angélisme, l'électoralisme, la démagogie, l'assistanat, l'immigration massive, les petites concessions, les grandes lâchetés, les petits trafics et les grandes émeutes. C'est également depuis quarante ans que des juges, des professeurs, des syndicalistes, des éducateurs et autres idéologues d'extrême gauche se sont crus habilités à contester et à affronter l'État, afin de promouvoir une société utopique à leur convenance.

Ce n'est donc pas non plus d'hier, ni même d'avant-hier, que datent les prêches de haine dans les mosquées salafistes, les exactions commises par des enfants d'immigrés déracinés, les agressions de policiers et de pompiers aux abords des « zones sensibles », les effarantes lacunes de la politique pénale, les errements et les immixtions d'une justice capable de condamner l'administration du fait de la survenue d'actes de terrorisme, le vote de lois sécuritaires inapplicables ou inappliquées au sein d'une Assemblée nationale rongée par l'absentéisme, le clientélisme et les discordes partisanes, la gouvernance conçue comme une navigation à vue ponctuée de coups de communication en prévision des prochaines échéances électorales, ainsi que l'utilisation de l'armée de terre comme variable d'ajustement budgétaire et comme instrument de dissuasion illusoire à usage de propagande interne.

Tout ceci devrait suggérer en creux les éléments d'une politique efficace contre les racines du terrorisme en France. La droite, dont les chefs sont actuellement obnubilés par la perspective de la primaire à venir, ne pourra concevoir un agenda sérieux en la matière qu'une fois cet obstacle surmonté. Dans l'intervalle, le tout récent rapport Fenech-Pietrasanta sur la lutte contre le terrorisme mériterait une tout autre attention de la part du président et du Premier ministre.
Avatar de l’utilisateur
yacoub
 
Messages: 4414
Inscription: 4 Juil 2010 13
Localisation: France

Re: Nice carnage islamique 84 morts

Nouveau messagede Reloaded » 2 Aoû 2016 17

L'ISLAM LA RELIGION DE L'ANTICHRIST

Téléchargement du livre http://www.islam-bible-prophecy.com/apo ... christ.php
Autres livres http://www.islam-bible-prophecy.com/apocalypse/
Reloaded
 
Messages: 3534
Inscription: 16 Mai 2010 03


Retourner vers Religion Islam

 


  • Articles en relation
    Réponses
    Vus
    Dernier message

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 21 invités

cron