L'AFD, un parti allemand nazi ?

Charia - Terrorisme - Finance islamique
-

L'AFD, un parti allemand nazi ?

Nouveau messagede Reloaded » 26 Sep 2017 06

DESINFORMATION GRAVISSIME DES MEDIAS DE GAUCHE

1 - Rappelons tout d'abord au médias que le parti nazi était un parti de gauche, connu de son vrai nom le « parti national-socialiste », « Nationalsozialistische Deutsche Arbeiterpartei »:

Le Parti national-socialiste des travailleurs allemands (en allemand : Nationalsozialistische Deutsche Arbeiterpartei, désigné sous le sigle NSDAP)1, souvent dénommé simplement « parti nazi » ou « parti national-socialiste », ou encore « parti des nationaux-socialistes », était un parti politique allemand classé à l'extrême droite et rattaché à la famille politique du fascisme2. Son nom est également traduit par Parti national-socialiste ouvrier allemand, Parti national-socialiste allemand des travailleurs ou Parti ouvrier allemand national-socialiste.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Parti_nat ... _allemands

2 - L’AfD soutient le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu – un nazi notoire c’est bien connu, et encore moins que l’AfD milite depuis des années pour un meilleur rapprochement entre l’Allemagne et Israël. On voit mal des nazis soutenir Israel... "En juin, les représentants d'AfD de BVV et d'AGH ont participé à la manifestation pro-israélienne sur Ku-damm: Marion Boas, Markus Bolsch et Hugh Bronson."

https://www.dreuz.info/2017/09/25/fake- ... nt-page-1/

3 - Le parti AFD dénonce l'islam et ses méfaits dans notre société (charia, viols, violence, attentats...). Rien qu'en France plus de 70% des détenus en prison sont d'origine musulmane. Les médias ont la mémoire courte puisqu'ils révisent l'histoire, en effet l'islam et la nazisme se sont alliés durant la seconde guerre mondiale.


LA SOMBRE ALLIANCE ENTRE L’ISLAM ET LE NAZISME

Le mufti palestinien Al Husseini, chef du conseil suprême des pays arabes, grand ami d’Hitler, a participé à l’élimination des juifs. Voici le télégramme qu’envoie Heinrich Himmler au mufti le 2 novembre 1943 : « Au grand mufti : Le mouvement national socialiste de la grande Allemagne a depuis son origine inscrit sur son drapeau la lutte contre la juiverie mondiale. Elle a suivi avec une sympathie particulière la lutte des arabes épris de liberté, en particulier en Palestine, contre les intrus juifs. Dans la reconnaissance de cet ennemi et dans la lutte commune contre lui, réside le fondement ferme de l’alliance naturelle qui existe entre la Grande Allemagne nationale socialiste et les musulmans épris de liberté dans le monde entier. Dans cet esprit je vous envoie pour l’anniversaire de l’infâme déclaration Balfour mes chaleureuses salutations et mes voeux pour la poursuite victorieuse de votre lutte jusqu’à la victoire finale. »

Les racines nazies de l’islam moderne radical. Tom Knowlton explique dans une brillante étude qui a pour titre : « The Nazi Roots of Modern Radical Islam » la relation entre les racines nazies et l’islam.

(…) Mais après 700 ans de coexistence pacifique, le véritable commencement du conflit arabo-israélien peut être daté à 1920 et à l’apparition d’un homme, Haj - Muhammad Al Husseini, le grand mufti de Jérusalem. En tant que grand mufti, al Husseini dirigeait comme imam, la mosquée Al Aqsa de Jérusalem, la plus haute autorité du mandat britannique.

L’histoire montre Al Husseini comme un homme brutal aspirant à diriger un empire panarabe au Moyen Orient. Il acquit cette notoriété en éliminant activement les juifs et les arabes qu’ils considéraient être une menace pour contrôler la population musulmane de Jérusalem et il a massivement utilisé la propagande anti-juive pour opposer les deux communautés.

En 1920 et aussi en 1929, Al Husseini provoqua des émeutes anti-juives arguant que les juifs complotaient pour détruire la mosquée Al Aqsa. Les émeutes aboutirent au massacre de centaines de civils juifs.

On reconnait que la révolte arabe de 1936 contre les anglais a été organisée par le nazi Adolf Eichmann, et Al Husseini a encore une fois ordonné à des milices de massacrer des citoyens juifs. Quand les autorités britanniques ont finalement réprimé la rébellion en 1939, Al Husseini s’enfuit dans l’Irak voisine et aida à orchestrer un jihad anti-britannique. Les Britanniques mirent fin à la nouvelle rébellion si bien qu'Al Husseini s’enfuit en Allemagne nazie.

Al Husseini trouva que l’idéologie nazie correspondait bien avec l’idéologie anti-juive de l’islam et planifia avec Hitler et la hiérarchie nazie la création d’un gouvernement panarabe au Moyen Orient. Le Dr Serge Trifkovic rend compte des similitudes entre l’idéologie de l’islam radical d’Al Husseini et le nazisme dans son livre « L’épée et le prophète ». Il note des parallèles dans les deux idéologies : l’antisémitisme, la quête de domination mondiale, le désir de soumettre totalement la libre volonté de l’individu, la croyance en l’abolition de la nation-état en faveur d’une communauté plus « noble » et la croyance dans une gouvernance non démocratique par un leader divin (un calife islamique ou un führer nazi). Les nazis donnèrent à Al Husseini des appartements luxueux à Berlin et un traitement de plus de 10 000 $. En retour, il était régulièrement à la radio allemande taxant les juifs « d’ennemis les plus féroces des musulmans et implorant l’adoption de la solution finale nazie par les arabes ». Après la défaite nazie à El Alamein en 1942 Al Husseini programma des messages radio sur Radio Berlin appelant à continuer la résistance arabe contre les forces alliées. Rapidement, on le surnomma « mufti du führer » et « le führer arabe ».

En mars 1944, Al Husseini programma un appel au jihad pour « tuer les juifs où qu’ils se trouvent. Cela plaît à Allah, à l’histoire et à la religion. » A de nombreuses occasions, Al Husseini est intervenu dans la destinée des juifs européens, notamment en empêchant l’accord avec la croix rouge pour échanger des enfants juifs contre des allemands prisonniers de guerre.

De plus, Al Husseini recrutait personnellement des musulmans bosniaques pour les waffen SS, y compris la division Skanderberg d’Albanie et la division Hanjer de Bosnie. La division Hanjer (Saber) de la waffen SS a été responsable du meurtre de plus de 90 pour cent de la population juive yougoslave.

Le dirigeant SS Heinrich Himmler était si content des Nazis musulmans d’Al Husseini qu’il fonda l’école militaire Mullah basée à Dresde pour leur recrutement et leur entraînement. En 1944, les commandos Hanjer furent parachutés à Tel Aviv et empoisonnèrent des puits d’eau potable dans les communautés juives dans le but de susciter des tensions ethniques. Après la chute de l’Allemagne nazie, Al Husseini s’enfuit au Caire en Egypte en 1946 au lieu de faire face aux accusations de crimes de guerre pour ses actions en Yougoslavie. Mais il continua ses opérations. A la fin des années 40 et au début des années 50, Al Husseini travailla en étroite collaboration avec un groupe profasciste en Egypte. En 1952, Gamal Abdul Nasser, un membre éminent du groupe d'Al Husseini se trouvait parmi les officiers militaires qui prirent le contrôle du gouvernement égyptien du roi Fouad. On considère qu’Al Husseini est responsable d’avoir amené Otto Skorzeny, le commando nazi considéré par l’OSS comme « l’homme le plus dangereux d’Europe » au service du gouvernement Nasser.

De la même façon, Al Husseini a eu une forte influence sur les membres fondateurs du parti Baas irakien et syrien. Il existe des preuves solides qu’Al Husseini a permis l’emploi du criminel de guerre Alois Brunner comme conseiller général de l’état-major syrien. Mais le rôle central d’Al Husseini dans la création de l’organisation de libération de la Palestine (OLP) en 1964 est peut-être sa marque la plus indélébile au Moyen Orient aujourd’hui.

L’imam radical était le mentor spirituel du premier responsable de l’OLP, Ahmed Shukairi et la plupart de son idéologie a été instillée dans l’organisation. Plus important, Al Husseini a utilisé ses relations étendues pour recruter des soutiens financiers pour l’OLP à travers le monde arabe.

Presque 30 ans après la mort d’Al Husseini survenue en 1974, le peuple palestinien le révère encore comme un héros et embrasse sa théorie radicale. Le « führer arabe » proche de l’association nazie est peut-être la raison pour laquelle Mein Kampf d’Hitler est le sixième livre le plus lu parmi les palestiniens.

Aujourd'hui, quelques-uns de ses descendants demeurent encore actifs aux affaires en Palestine. Le petit-fils d’Al Husseini, Faisal Husseini, faisait partie de l’OLP en 1964 et a eu un portefeuille ministériel dans l’autorité nationale palestinienne avec la responsabilité de Jérusalem jusqu’à sa mort en 2001. L’imam radical Rahman Abdul Rauf el-Qudwa el Husseini, son neveu, a joué un rôle majeur en ce qui concerne le terrorisme palestinien durant presque 40 ans. Il était la force directrice menant à la fusion de la faction du Fatah et de l’OLP. En 1990, Rahman Abdul el-Qudwa el Husseini était responsable du soutien de la communauté palestinienne au dictateur Saddam Hussein pour l’invasion du Koweit.

La plupart des observateurs du Moyen Orient connaissent aujourd’hui le plus jeune Al Husseini sous le nom qu’il a choisi en 1952, Yasser Arafat. A la fin des années 1980, de nombreux financiers musulmans radicaux de l’OLP ont été déçus par la nature de plus en plus laïque du mouvement palestinien.

Un nouveau terroriste Sunnite, Oussama Ben Laden, tira profit des erreurs politiques d’Arafat et fit de son organisation Al Qaida la première destinataire des soutiens financiers des radicaux musulmans sunnites. Ces fonds ont permis à Ben Laden de mener des attaques terroristes contre des intérêts occidentaux et israéliens durant dix ans. Sa lettre la plus récente, « Lettre au peuple américain » fait écho à la propagande d’Al Husseini selon laquelle « les israélites voulaient détruire la mosquée Al Aqsa. »

La divergence entre les arabes et les juifs a commencé en 1920 avec l’arrivée d’un virulent mufti antisémite à Jérusalem dont l’idéologie avait plus de similitudes avec celle de l’Allemagne nazie qu’avec celle de l’islam historique de Saladin ou des turcs ottomans.
Reloaded
 
Messages: 3503
Inscription: 16 Mai 2010 03

Re: L'AFD, un parti allemand nazi ?

Nouveau messagede Reloaded » 26 Sep 2017 10

Fake News : AfD est un parti nazi. Imaginez : des nazis pro-israéliens, c’est un scoop !

Les médias ont encore frappé. Ils viennent de décider que l’AfD qui a remporté 13% aux élections dimanche en Allemagne, est «le premier parti nazi à entrer au Bundestag depuis 70 ans».

J’avoue, je n’avais jamais entendu parler de nazis pro-israéliens et amis de l’Etat juif. Mais rien n’arrête la propagande des journalistes. Ni le fait que l’AfD combat l’islam alors que les musulmans ont été les partenaires des nazis pendant la guerre, ni que l’AfD soutient le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu – un nazi notoire c’est bien connu, et encore moins que l’AfD milite depuis des années pour un meilleur rapprochement entre l’Allemagne et Israël.

Voilà donc une Fake News parfaite dans sa définition : diffuser des fausses informations en sachant qu’elles sont fausses, reprise en cœur par les médias allemands et une partie des médias internationaux.

Je me souviens d’un sondage réalisé avant l’élection auprès des candidats à la demande d’une organisation qui milite pour les bonnes relations entre l’Allemagne et Israël, Inititative27.januar, et que Times of Israel* – un autre média connu pour être le porte-parole des nazis – vient d’évoquer.

Voici les grandes lignes de ce que pensent les nazis de l’AfD à propos d’Israël :

La plupart des politiciens de l’AfD soutiennent la demande de Benjamin Netanyahu que les Palestiniens reconnaissent Israël en tant qu’Etat juif, rejettent la reconnaissance unilatérale d’un Etat palestinien, et souhaitent de meilleures relations entre Jérusalem et Berlin.

Près de 90% des membres de l’AfD approuvent cette déclaration historique d’Angela Merkel que «la sécurité d’Israël est la raison d’être de l’Allemagne.» Seulement deux membres de l’AfD étaient contre, et deux n’avaient pas d’opinion. A gauche, ce n’est pas Israël que l’on soutient massivement, mais les Palestiniens.
25% des membres de l’AfD se sont rendus en Israël.

A la question, est-ce que le mouvement BDS (Boycott, désinvestissement et sanctions) est antisémite, plus de 50% d’entre eux ont répondent «totalement». C’est le seul parti politique allemand qui soit aussi radicalement opposé à BDS.

77% déclarent que l’antisionisme est une forme d’antisémitisme ; 23% pensent le contraire.

88% déclarent que le 70e anniversaire de la re-création de l’Etat d’Israël doit être célébré par l’Allemagne, tandis que 4% désapprouvent cette idée. (11% des membres du parti Social Démocrate de Martin Schulz considèrent qu’il ne faut pas célébrer cet anniversaire.

86% des candidats de l’AfD approuvent les ventes d’armes de l’Allemagne à Israël.

75% des politiciens de l’AfD sont contre la reconnaissance d’un Etat palestinien par l’Allemagne avant qu’un accord de paix ne soit signé. A rapprocher aux 77% de Verts et aux 28% de Sociaux Démocrates qui soutiennent la reconnaissance unilatérale d’un Etat palestinien.

100% des candidats AfD ont déclaré que l’Allemagne doit faire financièrement pression pour que les Palestiniens cessent d’inciter, de récompenser et de glorifier le terrorisme [contre les juifs].

66% des politiciens de l’AfD affirment que les constructions en Judée Samarie ne sont pas un obstacle à la paix ; 19% pensent le contraire.

66% sont «totalement» opposés à la décision de l’UE d’avoir créé un label pour les produits fabriqués en Judée Samarie — aucun d’entre-eux n’a formulé le moindre soutien à cette idée.

Enfin, 69% sont «absolument» d’accord avec le fait qu’un traité de paix doit obligatoirement inclure la reconnaissance d’Israël en tant qu’Etat juif. 3% sont «absolument» contre. Avec de nazis comme ça, à mon avis, nous les juifs pouvons dormir tranquille.

Je m’inquiète beaucoup plus en toute honnêteté, des «défenseurs d’une paix juste» qui militent à gauche et à l’extrême gauche.

Mais comme les organisations juives internationales, à l’exception d’une poignée d’entre-elles encore intègres, ont décidé de choisir quel antisémitisme combattre et quel antisémitisme ignorer, je m’attends à être critiqué par ces juifs politiquement les plus bêtes du monde.

Et puisque les médias nous font toucher le fond du ridicule, j’ajoute pour une parfaite transparence que je m’appelle Jean-Patrick Grumberg, je suis juif fier et dominateur, pro-israélien, et je ne suis pas non plus un nazi ??

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.
Reloaded
 
Messages: 3503
Inscription: 16 Mai 2010 03

Re: L'AFD, un parti allemand nazi ?

Nouveau messagede Reloaded » 27 Sep 2017 08

Tannenbaum, journaliste israélien: « L’extrême gauche allemande est bien plus antisémite que l’extrême droite »

Le journaliste américano-israélien Tuvia Tannenbaum travaille depuis des années pour le quotidien allemand « Die Zeit » et il est un fin connaisseur de la société allemande. Il a déjà écrit plusieurs ouvrages sur l’Allemagne et notamment sa relation aux Juifs. Sur la chaîne Aroutz 20, il a réagi au résultat des élections législatives et à la percée du parti d’extrême droite Alternative für Deutschland.

Le journaliste a expliqué la montée du parti AFD par le mécontentement de « l’homme de la rue » à la politique migratoire décidée par la chancelière Angela Merkel qui a pris ses décisions sans demander l’avis du Bundestag ni même de son gouvernement. Tuvia Tannenbaum estime même que le score de l’AFD aurait été beaucoup plus important (25% selon lui) si sa porte-parole très charismatique Frauke Petry avait été à la tête du parti.

Dans son dernier livre « Hello, refugees », qui paraît ces jours-ci, Tuvia Tannenbaum a interviewé de très nombreux citoyens allemands sympathisants de l’AFD ainsi que des dirigeants du parti. Il explique que ce que veut l’immense majorité de ces électeurs est un retour de l’Allemagne à ce qu’elle était avant la grande vague d’immigration. « Ce sont des gens qui veulent préserver la culture allemande, qui refusent la globalisation, la société ultra-libérale et qui refusent de croire que le monde est devenu une seule nation homogène ».

Et contrairement aux idées reçues et à l’image véhiculée par les médias, le journaliste réfute l’idée que les électeurs de l’AFD sont des néonazis ou des nostalgique du nazisme. « Leur immense majorité n’est pas du tout antisémite et est même pro-israélienne », assure Tuvi Tannenbaum, qui rappelle que des drapeaux d’Israël flottent parfois lors de manifestations de l’AFD. Tuvia Tannenbaum affirme même: « En Allemagne aujourd’hui, l’extrême gauche est bien plus anti-israélienne voire antisémite que l’extrême droite ».
Reloaded
 
Messages: 3503
Inscription: 16 Mai 2010 03


Retourner vers Islamisation de l'Occident

 


  • Articles en relation
    Réponses
    Vus
    Dernier message

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 8 invités

cron