Islam et Nazisme même combat

Conflit Israélo-musulman ou David contre Goliath
-

Re: Islam et Nazisme meme combat

Nouveau messagede Reloaded » 30 Juil 2013 16


LA SOMBRE ALLIANCE ENTRE L’ISLAM RADICAL ET LE NAZISME
Source issue du livre "L'islam dans le livre de l'Apocalypse"
http://www.islam-bible-prophecy.com/apocalypse/

Le mufti palestinien Al Husseini, chef du conseil suprême des pays arabes, grand ami d’Hitler, a participé à l’élimination des juifs.

Voici le télégramme qu’envoie Heinrich Himmler au mufti le 2 novembre 1943 : « Au grand mufti : Le mouvement national socialiste de la grande Allemagne a depuis son origine inscrit sur son drapeau la lutte contre la juiverie mondiale. Elle a suivi avec une sympathie particulière la lutte des arabes épris de liberté, en particulier en Palestine, contre les intrus juifs. Dans la reconnaissance de cet ennemi et dans la lutte commune contre lui, réside le fondement ferme de l’alliance naturelle qui existe entre la Grande Allemagne nationale socialiste et les musulmans épris de liberté dans le monde entier. Dans cet esprit je vous envoie pour l’anniversaire de l’infâme déclaration Balfour mes chaleureuses salutations et mes vœux pour la poursuite victorieuse de votre lutte jusqu’à la victoire finale. »

Les racines nazies de l’islam moderne radical.

Tom Knowlton explique dans une brillante étude qui a pour titre : « The Nazi Roots of Modern Radical Islam » (9) la relation entre les racines nazies et l’islam.

« (…) Mais après 700 ans de coexistence pacifique, le véritable commencement du conflit arabo-israélien peut être daté à 1920 et à l’apparition d’un homme, Haj - Muhammad Al Husseini, le grand mufti de Jérusalem. En tant que grand mufti, al Husseini dirigeait comme imam, la mosquée Al Aqsa de Jérusalem, la plus haute autorité du mandat britannique.

L’histoire montre Al Husseini comme un homme brutal aspirant à diriger un empire panarabe au Moyen Orient. Il acquit cette notoriété en éliminant activement les juifs et les arabes qu’il considérait être une menace pour contrôler la population musulmane de Jérusalem et il a massivement utilisé la propagande anti-juive pour opposer les deux communautés.

En 1920 et aussi en 1929, Al Husseini provoqua des émeutes anti-juives arguant que les juifs complotaient pour détruire la mosquée Al Aqsa. Les émeutes aboutirent au massacre de centaines de civils juifs.

On reconnait que la révolte arabe de 1936 contre les anglais a été organisée par le nazi Adolf Eichmann, et Al Husseini a encore une fois ordonné à des milices de massacrer des citoyens juifs.

Quand les autorités britanniques ont finalement réprimé la rébellion en 1939, Al Husseini s’enfuit dans l’Irak voisine et aida à orchestrer un jihad anti-britannique. Les Britanniques mirent fin à la nouvelle rébellion si bien qu'Al Husseini s’enfuit en Allemagne nazie.

Al Husseini trouva que l’idéologie nazie correspondait bien avec l’idéologie anti-juive de l’islam et planifia avec Hitler et la hiérarchie nazie la création d’un gouvernement panarabe au Moyen Orient. Le Docteur Serge Trifkovic rend compte des similitudes entre l’idéologie de l’islam radical d’Al Husseini et le nazisme dans son livre « L’épée et le prophète ». Il note des parallèles dans les deux idéologies : l’antisémitisme, la quête de domination mondiale, le désir de soumettre totalement la libre volonté de l’individu, la croyance en l’abolition de la nation-état en faveur d’une communauté plus « noble » et la croyance dans une gouvernance non démocratique par un leader divin (un calife islamique ou un führer nazi). Les nazis donnèrent à Al Husseini des appartements luxueux à Berlin et un traitement de plus de 10 000 $. En retour, il était régulièrement à la radio allemande taxant les juifs « d’ennemis les plus féroces des musulmans et implorant l’adoption de la solution finale nazie par les arabes ». Après la défaite nazie à El Alamein en 1942 Al Husseini programma des messages radio sur Radio Berlin appelant à continuer la résistance arabe contre les forces alliées. Rapidement, on le surnomma « mufti du führer » et « le führer arabe ».

En mars 1944, Al Husseini programma un appel au jihad pour « tuer les juifs où qu’ils se trouvent. Cela plaît à Allah, à l’histoire et à la religion. » À de nombreuses occasions, Al Husseini est intervenu dans la destinée des juifs européens, notamment en empêchant l’accord avec la croix rouge pour échanger des enfants juifs contre des allemands prisonniers de guerre.

De plus, Al Husseini recrutait personnellement des musulmans bosniaques pour les waffen SS, y compris la division Skanderberg d’Albanie et la division Hanjer de Bosnie. La division Hanjer (Saber) de la waffen SS a été responsable du meurtre de plus de 90 pour cent de la population juive yougoslave.


Le dirigeant SS Heinrich Himmler était si content des Nazis musulmans d’Al Husseini qu’il fonda l’école militaire Mullah basée à Dresde pour leur recrutement et leur entraînement. En 1944, les commandos Hanjer furent parachutés à Tel Aviv et empoisonnèrent des puits d’eau potable dans les communautés juives dans le but de susciter des tensions ethniques.

Après la chute de l’Allemagne nazie, Al Husseini s’enfuit au Caire en Égypte en 1946 au lieu de faire face aux accusations de crimes de guerre pour ses actions en Yougoslavie. Mais il continua ses opérations.

A la fin des années 40 et au début des années 50, Al Husseini travailla en étroite collaboration avec un groupe profasciste en Égypte. En 1952, Gamal Abdul Nasser, un membre éminent du groupe d'Al Husseini se trouvait parmi les officiers militaires qui prirent le contrôle du gouvernement égyptien du roi Fouad. On considère qu’Al Husseini est responsable d’avoir amené Otto Skorzeny, le commando nazi considéré par l’OSS comme « l’homme le plus dangereux d’Europe » au service du gouvernement Nasser.

De la même façon, Al Husseini a eu une forte influence sur les membres fondateurs du parti Baas irakien et syrien. Il existe des preuves solides qu’Al Husseini a permis l’emploi du criminel de guerre Alois Brunner comme conseiller général de l’état-major syrien. Mais le rôle central d’Al Husseini dans la création de l’organisation de libération de la Palestine (OLP) en 1964 est peut-être sa marque la plus indélébile au Moyen Orient aujourd’hui.

L’imam radical était le mentor spirituel du premier responsable de l’OLP, Ahmed Shukairi et la plupart de son idéologie a été instillée dans l’organisation. Plus important, Al Husseini a utilisé ses relations étendues pour recruter des soutiens financiers pour l’OLP à travers le monde arabe.

Presque 30 ans après la mort d’Al Husseini survenue en 1974, le peuple palestinien le révère encore comme un héros et embrasse sa théorie radicale. Le « führer arabe » proche de l’association nazie est peut-être la raison pour laquelle Mein Kampf d’Hitler est le sixième livre le plus lu parmi les palestiniens.

Aujourd'hui, quelques-uns de ses descendants demeurent encore actifs aux affaires en Palestine. Le petit-fils d’Al Husseini, Faisal Husseini, faisait partie de l’OLP en 1964 et a eu un portefeuille ministériel dans l’autorité nationale palestinienne avec la responsabilité de Jérusalem jusqu’à sa mort en 2001. L’imam radical Rahman Abdul Rauf el-Qudwa el Husseini, son neveu, a joué un rôle majeur en ce qui concerne le terrorisme palestinien durant presque 40 ans. Il était la force directrice menant à la fusion de la faction du Fatah et de l’OLP. En 1990, Rahman Abdul el-Qudwa el Husseini était responsable du soutien de la communauté palestinienne au dictateur Saddam Hussein pour l’invasion du Koweit.

La plupart des observateurs du Moyen Orient connaissent aujourd’hui le plus jeune Al Husseini sous le nom qu’il a choisi en 1952, Yasser Arafat. À la fin des années 1980, de nombreux financiers musulmans radicaux de l’OLP ont été déçus par la nature de plus en plus laïque du mouvement palestinien.

Un nouveau terroriste Sunnite, Oussama Ben Laden, tira profit des erreurs politiques d’Arafat et fit de son organisation Al Qaïda la première destinataire des soutiens financiers des radicaux musulmans sunnites. Ces fonds ont permis à Ben Laden de mener des attaques terroristes contre des intérêts occidentaux et israéliens durant dix ans. Sa lettre la plus récente, « Lettre au peuple américain » fait écho à la propagande d’Al Husseini selon laquelle « les israélites voulaient détruire la mosquée Al Aqsa. »

La divergence entre les arabes et les juifs a commencé en 1920 avec l’arrivée d’un virulent mufti antisémite à Jérusalem dont l’idéologie avait plus de similitudes avec celle de l’Allemagne nazie qu’avec celle de l’islam historique de Saladin ou des turcs ottomans. »
Reloaded
 
Messages: 3489
Inscription: 16 Mai 2010 03

Re: Islam et Nazisme meme combat

Nouveau messagede Reloaded » 2 Aoû 2013 21

Pierre SUMAC, jounaliste

Evoquer les liens entre les Musulmans et le régime nazi ne peut se concevoir sans évoquer la personnalité du Grand Mufti de Jérusalem. En effet, le Mufti Huseyni avait des liens de parenté directe avec de nombreux leaders importants du monde arabe, notamment palestinien, en commençant par Yasser Arafat, dont il était l'oncle, et Fayçal Huseyni, dont il était l'aïeul. De plus, de nos jours, la figure emblématique du Mufti est revendiquée par l'idéologie palestinienne comme celle d'un héros dont le modèle a traversé les décennies en dépit de son engagement pro-nazi.

Lors de la seconde guerre mondiale, Hitler avait eut plusieurs projets de « réserve de Juifs » où ils auraient pu survivre à la solution finale à l'unique condition qu'ils quittent l'Allemagne pour rejoindre un territoire où ils seraient « parqués » avec l'interdiction d'en sortir. Par exemple, la correspondance privée de Goebbels (consultable de nos jours au musée de Yad Vashem de Jérusalem), prouve qu'il tenta de convaincre Hitler de renoncer à la solution finale en lui substituant le plan « de l'Afrique du Nord », qui prévoyait la mise en place de ce projet vraisemblablement au Maroc. La seconde solution concernait Israël. En dépit de son mépris pour ce que Hitler nommait la « race » arabe, il comprit l'intérêt qu'il y avait à mobiliser le nationalisme arabe contre la Grande Bretagne et les alliés.

Cependant, les dernières recherches historiques laissent supposer que ce furent les Arabes et non les Sionistes qui amenèrent les Nazis à revoir leur position « pro-sioniste ». Entre 1933 et 1936, 164 267 immigrants juifs arrivèrent en Palestine dont 61 854 au cours de la seule année 1935, allant jusqu'à représenter presque 30 % de la population palestinienne en décembre 1935.

Les Arabes n'avaient jamais accepté le mandat britannique sur la Palestine et son but évident d'y créer un foyer juif. Berlin se rapprochera de la cause arabe en condamnant publiquement le plan de partage de la Palestine et la création d'un Etat juif appelé « à devenir une nouvelle place forte de la Juiverie internationale comme le Vatican pour le catholicisme politique et Moscou pour le communisme.1» Ils réagirent donc très violemment à ces statistiques qu'ils voyaient comme une menace. Ainsi, le témoignage de Sami al-Jundi, l'un des premiers dirigeants du parti Baath de Syrie nous dresse un tableau saisissant de l'atmosphère qui régnait à Damas dans les années trente : « Nous étions racistes et plein d'admiration pour le nazisme, nous dévorions ses publications et les ouvrages dont il s'était inspiré. [...] Nous fûmes les premiers à vouloir traduire Mein Kampf. Quiconque a vécu à Damas durant cette période se souvient de l'engouement général pour le nazisme, qui paraissait la seule force capable de servir la cause arabe ; le faible admire toujours le fort2» En 1929, après une série de combats entre Juifs et Arabes au Mur du Kotel, les musulmans massacrèrent plus de 135 Juifs. La politique des Arabes de Palestine suivait une logique de clan et le plus nationaliste était celui des Husayni, sous le patronage du Mufti de Jérusalem, al-Hajj - al-Husayni. Il se mit à rechercher un soutien extérieur pour prévenir d'éventuels soulèvements internes. Son choix se porta initialement sur l'Italie mais le projet allemand de créer une « réserve de Juifs » favorisa la prise de contact des nazis avec le grand Mufti de Jérusalem. Le 21 Juillet 1937, le grand mufti décida de nouer des liens plus étroits avec l'Allemagne nazie en rendant une visite officielle au Consul général allemand Dôhle en Palestine. Après avoir assuré l'Allemagne de son soutien quant à sa politique « qu'il voulait savoir jusqu'à quel point le Troisième Reich était prêt à soutenir le mouvement arabe contre les Juifs ». Dès lors, les Allemands décidèrent d'étudier plus attentivement le dossier palestinien. Les révoltes arabes de 1936-1939 furent donc encouragées et appuyées, financièrement et militairement, par l'Allemagne et l'Italie. Mussolini se parera même du titre, en 1937, de « sabre de l'islam » et aidé par le grand mufti, il (... la suite dans la revue)

http://coranix.org/biblio/mystemps.htm
Reloaded
 
Messages: 3489
Inscription: 16 Mai 2010 03

Re: Islam et Nazisme meme combat

Nouveau messagede Reloaded » 10 Sep 2014 17

Reloaded
 
Messages: 3489
Inscription: 16 Mai 2010 03

Re: Islam et Nazisme meme combat

Nouveau messagede Reloaded » 14 Juin 2017 19

Des photos inédites du Grand Mufti de Jérusalem avec les nazis ont fait surface.

Le 27 juin prochain aura lieu une vente aux enchères, à Jérusalem, dont l’un des lots est constitué de 6 photos inédites montrant le Grand mufti de Jérusalem visitant les camps de ses alliés nazis.

En 2015, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu évoquait l’alliance du Grand Mufti avec les nazis, et les médias ruèrent dans les brancards pour crier au menteur.

Les 6 photographies, qui documentent une visite en Allemagne par le Mufti Haj Muhammad - al-Husseini, le montrent accompagné d’un certain nombre de hauts fonctionnaires nazis en uniformes, et de fonctionnaires du gouvernement, habillés en civil, lors d’une tournée d’un camp allemand.

suite http://www.dreuz.info/2017/06/14/des-ph ... liera-pas/
Reloaded
 
Messages: 3489
Inscription: 16 Mai 2010 03


Retourner vers Israel et Proche Orient

 


  • Articles en relation
    Réponses
    Vus
    Dernier message

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 11 invités

cron