UN CALIFAT EQUIPÉ DE L’ARME NUCLÉAIRE ?

Actualité sur la zone la plus instable de la planete
-

UN CALIFAT EQUIPÉ DE L’ARME NUCLÉAIRE ?

Nouveau messagede oumcc » 4 Aoû 2016 13

L'Antichrist, vers un Djihad Mondial
http://www.islam-bible-prophecy.com/apocalypse/


Erdoğan a franchi un pas de géant pour se rapprocher de ce qu’il a toujours voulu faire.

publié le 3 août 2016 par William Kilpatrick

Beaucoup de chemin a été fait depuis la revendication de l’État islamiquev ers le califat. Mais l’État islamique perd rapidement du terrain en Syrie et en Irak, et sans une revendication territoriale, sa réclamation pour le califat est fragile. Selon certaines sources(2), ISIS a déjà préparé ses adeptes pour la chute du califat.

Pendant ce temps, une puissance en islamiste avec une revendication bien meilleure pour le califat a rassemblé ses forces. Que le coup d’État manqué en Turquie soit réel ou soit de la mise en scène, comme certains l’ont affirmé, l’emprise du président Erdoğan sur la nation turque a été immensément renforcée. En conséquence, il a franchi maintenant un pas de géant pour faire ce que, disent certains (3), il a toujours voulu faire — à savoir, rétablir le califat.

La dernière fois que le monde musulman avait un califat, il était centré à Constantinople. Le sultan turc (qui était aussi le calife) était à la tête de l’Empire Ottoman, un empire qui contrôlait beaucoup plus de territoire qu’ISIS est ou serait susceptible de contrôler. Puis en 1923, après le désordre laissé par la première guerre mondiale, un gouvernement laïque sous la direction de Kemal Atatürk est arrivé au pouvoir en Turquie et abolit le califat peu après.

Pour beaucoup dans le monde musulman, cela a été une catastrophe qui a changé le monde. Cela a éclaté face à l’intention de Mahomet d’une mosquée et d’un État unis et cela a compromis la loi islamique. En outre, la chute du califat a affecté non seulement la Turquie, mais tout le monde musulman. Dans les années 1920 en Égypte, Hasan al-Banna a fondé les frères musulmans dans le but d’inverser ce qu’Atatürk avait fait. La confrérie est venue près de cela – au moins en Égypte — en 2012 avec l’élection du président Mohamed Morsi. Mais Morsi a montré sa main trop tôt et a été bientôt renversé par l’armée sous le général El-Sisi.

En Turquie, aussi, c’est l’armée qui a agi comme la gardienne de la laïcité. Et alors elle est restée jusqu'à l’élection du Président Recep Erdoğan en 2002. Même alors, Erdoğan se déplaçait lentement dans ses efforts pour ré-islamiser la Turquie. Il a progressivement retiré des officiers militaires supérieurs et les a remplacés par ses propres hommes ; et il fit de même avec la police, la magistrature et d’autres institutions clés.

En 2012, on estimait à quelque vingt pour cent des généraux du pays(4) derrière les barreaux. Puis, avec le coup d’État manqué de ce mois-ci, Erdoğan procède rapidement à l’arrestation de quelque 3 000 militaires et 3 000 membres de la magistrature. En outre, son régime a licencié 9 000 travailleurs dépendant du ministère de l’intérieur. Moins d’une semaine de la tentative de putsch, quelque 50 000 soldats(5), policiers, juges, fonctionnaires et enseignants avaient été suspendus ou arrêtés.

La puissance d’Erdoğan est maintenant presque absolue —contrairement à la toute-puissance d’un sultan. Selon certains(6), cela a été son but tout au long. C’est un signe qu’Erdoğan a lui-même construit un Palais présidentiel(7) de mille salles qui est gardé par des gardes vêtus d’uniformes de l’époque ottomane.

Si Erdoğan cherche à établir un califat, que devient ISIS ? Irait-il tranquillement dans la nuit obscure de l’oubli ? Ou trouverait-il un endroit dans le nouveau califat ?

Comme vous l’avez peut-être remarqué, les alliances au Moyen-Orient évoluent constamment. Il n’est pas inconcevable qu’ISIS prête un jour allégeance à un califat néo-ottoman — même si un tel événement pourrait être précédé de la disparition de leur actuel calife, Abu Bakr al-Baghdadi. C’est vrai, Erdoğan est en quelque sorte un ami et bienfaiteur d’ISIS. Comme Caroline Glick(8) l’a observé dans le Jerusalem Post:
Erdoğan a fermé les yeux à al-Qaida. Et il a permis à ISIS d’utiliser la Turquie comme sa base logistique, siège économique et centre de recrutement. Plus tôt cette année, le département d’État a affirmé que les 25 000 recrues étrangères à ISIS sont toutes entrées dans la Syrie via la Turquie.

La Turquie est aussi la passerelle entre la Syrie et l’Europe. C’est par l’intermédiaire de la Turquie que la plus grande partie des migrants musulmans s’écoule en Europe. Cela donne à Erdoğan un énorme effet de levier sur l’avenir de l’Europe, un continent qui est déjà ébranlé par un flot de migrants et de réfugiés. Comment s’applique l’effet de levier ? En mars, l’Union européenne a conclu un accord avec la Turquie qui transformerait en substance la Turquie en une zone tampon contre davantage d’immigration. Voici comment les affaires étrangères(9) résument l’affaire :

La Turquie a accepté d’agir comme un centre de rétention géant de réfugiés, gardant les millions de migrants ayant fui le conflit au Moyen Orient pour atteindre l’Europe et acceptant ceux renvoyés de Grèce. En échange, l’UE versera à la Turquie 3 milliards d’euros en plus des 3 milliards promis en novembre dernier pour aider les soins aux réfugiés. Il va aussi accélérer l’approbation de voyager sans visa vers l’Europe pour les citoyens turcs et relancer les négociations au point mort au cours de l’adhésion de la Turquie à l’UE.

Aussi la Turquie gardera les migrants syriens hors de l’Europe tant que les citoyens turcs ont un accès presque illimité vers l’Europe par le biais de voyager sans visa. Le résultat net est que l’islamisation de l’Europe continuera. Et, bien sûr, il n’y a rien pour empêcher la Turquie d’ouvrir les vannes aux réfugiés quand elle le juge approprié. Le contrôle par la Turquie de la migration du Moyen-Orient lui donne la haute main dans ses relations avec l’Europe.

L’autre partie de la négociation est la reprise des négociations visant à admettre la Turquie à l’UE. Si la Turquie réussit dans cette entreprise, cela signifierait game-over pour l’Europe. Si Erdoğan veut rétablir le califat, et s’il est aussi vif sur l’union avec l’Europe, il est probable qu’il envisage l’Europe dans le cadre du futur califat. C’est quelque chose que les sultans ottomans ont rêvé, mais n’ont jamais été en mesure d’accomplir. Mais Erdoğan pourrait être en mesure de le retirer. Il y a maintenant un très important contingent des Turcs en Allemagne qui semblent plus prêter allégeance à lui qu’à l’Allemagne. Et dans toute l’Europe, il existe une cinquième colonne d’islamistes actifs et potentiels prêts à être activés. En ce qui concerne les quatre autres colonnes, il est utile de garder à l’esprit que la Turquie a la deuxième plus grande armée de l’OTAN (les États-Unis ont la plus grande). Et avec le nombre des généraux qui étaient en coordination avec l’OTAN maintenant en prison, la loyauté de la Turquie à l’OTAN est très remise en question.

Il y a un autre facteur à considérer. Pendant et après la tentative de coup d’État, Erdoğan a fermé la base aérienne Incirlik(10) qui est le foyer de 1 500 soldats américains ainsi que d’autres troupes de l’OTAN. Le gouvernement turc a coupé l’approvisionnement en électricité de la base, temporairement suspendu les vols et arrêté le commandant de la base, le général Ercan Van. La base abrite apparemment 50 ogives nucléaires. Les bombes sont contrôlées par les forces américaines en Turquie, mais pourraient elles par voie soudaine ou graduelle tomber sous le contrôle de la Turquie ? Et s’ils le faisaient, les États-Unis oseraient-ils faire quelque chose ?

D’après de nombreux témoignages, Erdoğan est un vrai croyant qui, à sa manière, est tout aussi fanatique que les ayatollahs en Iran. L’homme qui a construit un palais de mille salles pour lui-même pourrait bien croire qu’un califat restauré devrait posséder toutes les armes qui conviennent à une grande puissance mondiale. Avec le dernier renforcement du pouvoir d’Erdoğan, un monde déjà dangereux est devenu juste encore plus dangereux.

WILLIAM KILPATRICK

Traduit par MCC.
_______
(1) source : http://www.crisismagazine.com/2016/nuclear-armed-caliphate
(2)http://www.ibtimes.com/end-isis-islamic-state-leaders-prepare-fall-caliphate-iraq-syria-plans-global-terror-2391152
(3)https://www.amazon.com/Spring-McCarthy-Andrew-Encounter-Paperback/dp/B00E2RPZ4I?ie=UTF8&keywords=andrew%20Mc%20Carthy%2C%20spring%20Fever&qid=1447202056&ref_=sr_1_sc_2&sr=8-2-spell
(4)http://www2.nationalreview.com/article/438114/turkey-coup-attempt-recep-erdogan-military-akp-justice-development-party
(5)http://www2.nationalreview.com/article/438114/turkey-coup-attempt-recep-erdogan-military-akp-justice-development-party
(6)http://www.theglobeandmail.com/opinion/a-failed-coup-means-a-bleak-future-for-turkeys-democracy/article30947322/
(7)http://www.npr.org/sections/parallels/2014/12/24/370931835/turkeys-president-and-his-1-100-room-white-palace
(8)http://www.frontpagemag.com/fpm/263596/turkey-%E2%80%93-roger-out-caroline-glick
(9)https://www.foreignaffairs.com/print/1117100
(10)http://www.frontpagemag.com/fpm/263596/turkey-%E2%80%93-roger-out-caroline-glick
Avatar de l’utilisateur
oumcc
 
Messages: 65
Inscription: 11 Fév 2016 20

Retourner vers Moyen Orient

 


  • Articles en relation
    Réponses
    Vus
    Dernier message

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 7 invités

cron