De nombreux musulmans considèrent Erdogan comme un Dieu

Antichrist et Armageddon - la Bible prophétise contre l'islam
-

De nombreux musulmans considèrent Erdogan comme un Dieu

Nouveau messagede Reloaded » 9 Juin 2017 02

ERDOĞAN VIENT D'ETRE DECLARE LEADER DU MONDE MUSULMAN

Erdoğan vient juste d’être déclaré le chef de tout le monde musulman, les musulmans l'appellent déjà Dieu
Ecrit par Walid Shoebat, le 27/12/2015.
Traduction : Sylvain pour http://www.islam-bible-prophecy.com

Légende de la photo : durant un meeting d'Erdogan a Istamboul, des supporters portaient le nom d'Erdogan sur leur front. Tout comme les djihadistes portent durant le djihad, un bandeau avec le nom d'Allah écrit dessus.

Sur la droite, Hayrettin Karaman, le principal législateur de Fatwa en Turquie qui annonce pour promouvoir Erdoğan comme calife du monde musulman

Ci-dessous, nous allons discuter d'une multitude de références bibliques pour montrer à quel point cet homme correspond à ce que l'Écriture appelle «l'homme du péché», mais avant de le faire 2016 donnera beaucoup à suivre concernant la montée de la Turquie vers un système de Califat, dont l’initiation a été déclenchée lorsque, ce vendredi, Hayrettin Karaman, principal législateur de fatwa d'Erdoğan, a publié quelques déclarations très étranges.

Comme il l’écrit pour Yeni Safak, le principal journal pro-Erdoğan sous le contrôle d’Erdoğan à Istanbul. Dans son article concernant le nouveau système présidentiel qu’Erdoğan veut mettre en place, Karaman défend désespérément Erdoğan et déclare ce que nous disions tout le long qu’ils allaient faire ; c’est-à-dire que Erdoğan va bientôt devenir le calife pour tous les musulmans. Ce qui suit est une présentation de la partie passionnante où dans un article Hayrettin Karaman a écrit:

« Au cours du débat sur le système présidentiel, voici ce que tout le monde doit faire en tenant en compte de la direction de l’intérêt national du monde et de l’avenir du pays et en ne se focalisant pas sur le parti ou une personne en particulier. Est-ce que ce [système présidentiel] ressemble au système du Califat islamique en termes de son mécanisme ? Dans ce système les gens choisissent le chef, le Prince et puis tous font serment de Bay’ah[allégeance], puis le président choisi nomme la bureaucratie gouvernementale la plus élevée et il ne peut s’immiscer dans le système judiciaire , où le Comité vérifiera la législation indépendamment du Président » Hayrettin Karaman

Cette seule déclaration implique une multitude de conséquences prophétiques. Bay'at, tel que l’Islam appelle, qui est de « donner allégeance », est la marque de l’Antichrist comme Jean l’a annoncé : « mais la blessure mortelle avait été guérie ! Le monde entier s’émerveillait de ce miracle et a donné allégeance à la bête » (Apocalypse 13:3).

Et cet homme à qui est donné allégeance est appelé « Le Prince », exactement comme prédit dans Daniel 09:26.

Erdoğan est qualifié pour être le « roi au visage audacieux » (Daniel 08:23)

Karaman est le principal islamiste législateur de fatwa en Turquie, un des principaux hommes de main d’Erdoğan et un pratiquant de Muruna, la licence des frères musulmans pour sanctionner l’interdiction islamique dans le cas du Jihad, ce qui signifie que le Mufti peut plier la charia islamique pour produire des fatwas favorables, donc tout ce qu’il faut pour établir un califat islamique. Osée 12:7 nous dit de l’Antéchrist : « Il est un marchand; il y a en sa main des balances trompeuses; il aime à faire des extorsions. » La « balance de tromperie » est exactement comment la doctrine islamique de trois décennie, Muruna, est définie comme la «Doctrine de l’équilibre» où un musulman peut équilibrer entre le bien et le mal et est sanctionné pour faire le mal pour arriver à obtenir la victoire. « Il sera un maître de la tromperie et deviendra arrogant ; Il détruira beaucoup sans avertissement. » (Daniel 08:25)

Comme l’estime aujourd’hui Zaman, le califat d’Erdoğan en sera un de corruption par le biais du Muruna tout en lui donnant pleine allégeance :

Voici comment Erdoğan a pu légitimer les pratiques frauduleuses et illégales des hommes d’affaires et politiciens islamistes. Cela comprend l’obtention de crédit bancaire avec intérêt, un système non autorisé par l’Islam mais qui est sanctionné par Muruna, des dons d’énormes quantités d’argent aux organismes de bienfaisance des politiciens en échange d’obtention de marchés publics et de contrats, et en faisant même tuer des gens au profit de l’État. Comme Ali Bulaç l’a écrit il y a quelque temps, Erdoğan a commencé à obtenir ces fatwas après être devenu maire d’Istanbul en 1994.

Selon la théorie générale de l’Islam politique, les relations entre ceux qui dirigent et ceux qui sont conduits repose sur un « contrat d’allégeance. » Ceux qui sont conduits déclarent, par l’intermédiaire de leurs représentants, qu’ils obéissent à leur chef, abandonnant ainsi la totalité de leurs droits politiques — sans condition — à celui-ci. Et le contrat établit les paramètres pour les deux parties : le chef conduira à juste titre, tandis que ceux qui sont conduits seront obéissants. En attendant, dans les traditions de l’Islam politique, ceux qui utilisent leur pouvoir de cette manière sont appelés « califes. » Et un califat est, pour les dirigeants se basant sur des références religieuses dans le monde islamique, le nom du système vers lequel ils se tourneront inévitablement.

Karaman a très récemment écrit une autre colonne sur le califat. Il fait valoir qu’il est le meilleur régime. Sa formulation n’en est pas une démocratique. Comme pour les ayatollahs et les mollahs de l’Iran, il veut créer un « mollahcratie », où les décisions sérieuses seront données par le porte-parole, le législateur de fatwa d’Erdoğan, non par le peuple. Sa pièce Yeni Safak est l’une des plus grandes énigmes de l’ère Erdoğan.

La situation en Turquie comme certains analystes la révèlent est assimilée à l’époque nazie juste avant l’Holocauste. Erdoğan veut l’anéantissement, un holocauste littéral, de tous ses adversaires. Daily Zaman, le média d’information turc persécuté par Erdoğan expose:

De nos jours, la machine de propagande de l’AKP propage que les volontaires Hizmet sont des traîtres et des infidèles. Selon un sondage mené par l’Institut d’İstanbul, 40 pour cent des gens croient que le Hizmet est composé d’infidèles. Beaucoup plus considèrent le mouvement comme une marionnette de l’Occident. Le parti Pro-Justice et du Développement (AKP) considère que Hayrettin Karaman a émis une terrible fatwa il y a deux ans indiquant que, dans le but de protéger les civils de l’État et les groupes religieux, devrait être éliminé. Le Premier ministre Ahmet Davutoğlu a indiqué que pour l’État, même les descendants des volontaires Hizmet devraient être sacrifiés. De nombreuses personnalités pro-AKP dans les médias sociaux continuent à écrire que les vies, les propriétés et les épouses des volontaires Hizmet sont « halal » (permis de confisquer) par le Calife, c'est-à-dire Erdoğan.

Nous ne sommes, bien entendu, pas à ce stade, grâce à des facteurs externes et internes. Pourtant, le régime de l’AKP a commencé à emprisonner des volontaires Hizmet simplement parce qu’ils ont fait des dons monétaires à des associations Hizmet. L’AKP a également confisqué les propriétés des hommes d’affaires Hizmet. Jusqu'à présent, de manière semblable à l’Holocauste, très peu de gens en Turquie et à l’étranger se sont vigoureusement opposés à cela et beaucoup d’autres se sont contentés de regarder, grâce à la propagande anti-Hizmet qu’ils ont écouté pendant des décennies.

Hizmet est le mouvement Gülen et est un mouvement religieux et social transnational dirigé par le savant islamique turc et prédicateur Fethullah Gülen. Le mouvement n’a pas de nom officiel, mais il est généralement désigné comme Hizmet (« Service ») par ses disciples et comme Cemaat (« la communauté/Assemblée ») par le grand public en Turquie.

Lorsqu’on regarde à la lumière des équilibres naturels entre l’Islam civil et politique, la tension actuelle que nous voyons entre le mouvement Gülen et Erdoğan est beaucoup plus logique. La guerre déjà louée par Erdoğan contre le mouvement Gülen est en même temps une guerre déclenchée par l’Islam politique contre l’Islam civil. En déclarant l’arène civile l’ennemi, Erdoğan a radicalisé l’arène politique. Et aujourd'hui, dans le but d’exercer un pouvoir et une autorité qui n’est pas constitutionnellement la sienne, Erdoğan a besoin de solides modèles islamiques tels que le Califat.

L’article écrit par un homme avec prévoyance nommée Ihsan Yilmaz a conclu :

Je ne veux pas manquer de respect envers la noble mémoire des victimes de l’Holocauste en comparant leur terrible sort à ce qui se passe de nos jours pour les volontaires du Mouvement Hizmet en Turquie. L’Holocauste n’est pas et ne peut pas être comparable à aucune souffrance humaine sur terre. Il est unique. Néanmoins, je soutiens que la nature humaine a été toujours essentiellement la même et les méchants êtres humains ont toujours agi de façon similaire. Les motivations, les argumentations, les tactiques et les actions des hommes cruels d’aujourd'hui ne sont pas très différentes des Nazis. Il est vrai que ce que les volontaires Hizmet ont souffert jusqu'à présent n’est même pas un millionième de ce que les Juifs innocents ont souffert. Mais si les méchants en Turquie peuvent juger nécessaire d’ éradiquer le mouvement et s’ils peuvent trouver l’occasion, ils n’hésiteront pas à suivre les traces des Nazis. Laissez-moi expliquer.

Tout d’abord, malheureusement, la culture sociopolitique turque n’est pas à l’abri de la maladie d’essayer de détruire l’autre. Surtout quand il s’agit de la dissidence politique, les représentants de l’État sur ces terres ont agi rapidement et brutalement. L’histoire ottomane est pleine de ces terribles exemples de broyage de dissidence par la force brutale, les Alévis étant les principales victimes. Ce que les laïques nationalistes « Jeunes-Turcs » ont fait aux Arméniens en 1915 parle de lui-même. Alors que des centaines de milliers d’Arméniens hommes, femmes et enfants ont perdu leur vie, leurs voisins kurdes et turques « achetaient » leurs biens et propriétés à des prix très bon marché ou les pillaient. Les nombreux Kurdes et Turcs héroïques (fonctionnaires et civils) qui ont aidé les Arméniens ne furent pas bien traités par les dirigeants. Les Grecs eurent aussi des problèmes similaires. Dans la nuit du 6-7 septembre 1955, leurs biens et leurs propriétés ont été pillées à la suite d’un pogrom motivé par le gouvernement. Alors que certains intellectuels Alevis ont été brûlés, très probablement par « l’État profond », dans un hôtel de Madimak au début des années 1990, des milliers de civils sunnites regardaient le feu sans ressentir quoi que ce soit, c’est le moins qu’on puisse dire.

Lorsque le parti d’Erdoğan eut un revers majeur, beaucoup pensaient que c’était sa fin. Mais par une étude minutieuse du texte de Daniel, nous avons prédit avec précision que l’inverse se produirait (et nous étions précis à la lettre):

Pour la première fois en 13 ans, l’AKP turc, dirigé par Président Erdoğan et le Premier ministre Davutoğlu, a perdu sa majorité sur le Parlement alors qu’il détenait 312 des 550 sièges au Parlement, maintenant il ne détient que 258 sièges tandis que les trois autres (CHP, MHP et HDP) passent à 292 sièges.

Donc, ce revers signifie-t-il la fin pour Erdoğan et le parti de l’AKP et devrions nous maintenant éliminer l’homme de la Turquie comme étant un mauvais candidat pour être l’Antichrist ?

En fait, une telle perte renforce l’argument biblique puisque contrairement à ce que la plupart imaginent, que l’Antichrist viendra comme une tempête, grâce à son charisme en gagnant un vote populaire. Au contraire, Antichrist, comme nous le dit Daniel, ne gagne pas d’importance par le soutien de la majorité :

« Les troupes qui se répandront comme un torrent seront submergées devant lui, et anéanties, de même qu'un chef de l'alliance. Après qu'on se sera joint à lui, il usera de tromperie; il se mettra en marche, et il aura le dessus avec peu de monde. ». (Daniel 11:23)

L’Antichrist, lorsqu’il émerge, forme une ligue et avance avec un petit nombre de partisans. Historiquement, l’AKP a commencé à partir d’ un petit nombre de personnes, le Parti de la Prospérité Refah qui a participé aux élections de 1991 dans une triple alliance avec le Parti du mouvement nationaliste (MHP) et le Parti de la démocratie réformiste (IDP) pour gagner 16,9 % des voix. Le titulaire était vraiment le Président Recep Tayyip Erdoğan, un ancien membre du parti, le même qui plus tard a fondé le Parti Justice et Développement (AKP), qui a catapulté l’AKP pour ce qu’il est aujourd'hui, qui détient toujours plus de 40 % des sièges supplantant les trois autres. Ceci est vraiment une victoire pour Erdoğan qui a commencé avec « un petit nombre de personnes ».

suite http://www.islam-bible-prophecy.com/apo ... n-dieu.php

L'Antichrist, vers un Djihad Mondial
http://www.clcfrance.com/l-antichrist-v ... EA020.html

https://www.youtube.com/watch?v=

https://www.youtube.com/watch?v=
Reloaded
 
Messages: 3516
Inscription: 16 Mai 2010 03

Retourner vers Prophéties et Fin des Temps

 


  • Articles en relation
    Réponses
    Vus
    Dernier message

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 12 invités

cron