Page 1 sur 1

Fin des temps - l'Assyrie (Turquie) dans la bible

Nouveau messagePosté: 3 Oct 2010 18
de Morpheus
http://editionsfv.ch/914-l-antichrist-v ... atuto.html


Michee 5

1 (4 :14) Maintenant, fille de troupes, rassemble tes troupes ! On nous assiège ; Avec la verge on frappe sur la joue le juge d'Israël. 2 (5 :1) Et toi, Bethléhem Éphrata, Petite entre les milliers de Juda, De toi sortira pour moi Celui qui dominera sur Israël, Et dont l'origine remonte aux temps anciens, Aux jours de l'éternité. 3 (5 :2) C'est pourquoi il les livrera Jusqu'au temps où enfantera celle qui doit enfanter, Et le reste de ses frères Reviendra auprès des enfants d'Israël. 4 (5 :3) Il se présentera, et il gouvernera avec la force de l'Éternel, Avec la majesté du nom de l'Éternel, son Dieu : Et ils auront une demeure assurée, Car il sera glorifié jusqu'aux extrémités de la terre. 5 (5 :4) C'est lui qui ramènera la paix. Lorsque l'Assyrien viendra dans notre pays, Et qu'il pénétrera dans nos palais, Nous ferons lever contre lui sept pasteurs Et huit princes du peuple. 6 (5 :5) Ils feront avec l'épée leur pâture du pays d'Assyrie Et du pays de Nimrod au dedans de ses portes. Le Messie nous délivrera ainsi de l'Assyrien, Lorsqu'il viendra dans notre pays, Et qu'il pénétrera sur notre territoire

Re: Fin des temps - l'Assyrie dans la bible

Nouveau messagePosté: 6 Juin 2011 20
de Reloaded
Le califat turc à venir

3 Juin, 2011, De Joel Richardson © 2011

Voici plusieurs années que je déclare à qui veut l'entendre, que le monde va être témoin de la renaissance d'un califat néo-ottoman. Avec la victoire annoncée du parti islamiste en Turquie lors des prochaines élections (la semaine prochaine), le moment est venu de faire le point sur la question.La première chose que l'Occident doit comprendre au sujet du concept du califat, c'est qu'il s'agit d'une question très importante pour les musulmans. C'est à travers le concept du califat que l'utopie socialiste du musulman pourra devenir une réalité. Pour le musulman modéré, un empire musulman tolérant pourra voir le jour grâce au califat. Pour le musulman radical, le califat est le moyen pour l'Islam d’imposer sa suprématie sur la terre. Le rêve de résurrection du califat est une vision largement répandue, qui n'est pas uniquement réservée aux radicaux.

L'Occident doit bien prendre conscience du mouvement « tectonique » qui existe au Moyen-Orient, et surtout en Turquie, depuis 2003.

Mais avant tout, revenons à ce qui s'est passé dans la région. Schématiquement, après le démantèlement de l'Empire Ottoman, le Moyen-Orient a été divisé en deux blocs : le bloc arabe et le bloc iranien.

Prenez le cas d'un arabe musulman sunnite (les sunnites représentent 85 à 90% des musulmans). Son grand désir est de voir l'unification du monde musulman sous un califat. Dans l’espoir de voir quelqu'un se lever pour diriger le monde islamique, ce musulman sunnite va d’abord se tourner vers les leaders du bloc arabe (l'Arabie Saoudite, la Jordanie et l'Egypte. Il va s'identifier à eux car ces derniers sont sunnites et arabes. Le problème est qu'il a affaire à deux monarchies autocrates corrompues ou dictatoriales, qui se sont compromises irrémédiablement avec Israël et/ou les États-Unis. Pour le musulman moyen, ces pays sont dirigés par des MDNS (des Musulmans De Nom Seulement). Frustré, ce musulman tournera son regard vers l'Iran. Les Iraniens sont considérés comme étant courageux. Ils se fichent d'Israël, des Etats-Unis et de tous ceux qui voudraient les défier. Bien qu'une telle politique soit admirée, un énorme fossé les sépare. Pour les sunnites, les chiites sont des hérétiques. Le seul espoir qui reste à ce musulman est de se tourner vers son dieu, pour qu'il lève un véritable leader musulman capable de faire revivre l'ancienne gloire de l'Islam.

Tel était le vieil ordre du Moyen-Orient au cours de ces 30 dernières années. Mais soudain, tout cela a commencé à changer. Grâce à la montée du parti AK turc au cours des dernières années, le Moyen-Orient a connu un changement de politique « tectonique ».

Résumons brièvement ce que le parti islamiste du Premier ministre Erdogan a réussi à faire en seulement quelques années. Tout d'abord, son parti a réussi à prendre le contrôle de la présidence et le siège de Premier ministre. Il a également acquis une large majorité au parlement. Quand il aura remporté les élections du12 Juin prochain, il sera à même d'adopter une loi l’autorisant à réécrire la Constitution turque. Cela lui donnera un contrôle supplémentaire sur la magistrature et l'armée, qui étaient jusqu’à présent comme des garde-fous contre une prise de contrôle islamiste. Pas étonnant que l'AK a réussi à décapiter le leadership laïc de l'armée turque, en arrêtant près de 200 hauts responsables militaires, grâce à deux complots montés. Au lieu d’assister à un coup d'Etat militaire pour éliminer le parti islamiste, c’est le parti islamiste AK, qui a réussi de façon magistrale à mettre la main sur l'armée.

De plus, Erdogan a mis en place ses propres juges dans les tribunaux. Plus de 70% de la police est devenue islamiste. Pour couronner le tout, les islamistes ont mis la main les médias. Le fils d’Erdogan se trouve à la tête d’un quotidien, tandis qu’autre société de presse est frappée d'une amende de 2,3 millions de dollars. Il y a plus de journalistes en prison en Turquie, que dans n'importe quel autre pays du monde.

Nous arrivons maintenant au terme d'un plan parfaitement exécuté pour purger la Turquie de son système kémaliste laïque, avec la mise en en place des islamistes au pouvoir. Au nom de la démocratie, les islamistes ont renversé ce qui était autrefois un phare d'espoir pour le Moyen-Orient. Derrière la scène, il y a le Premier ministre Erdogan, qui déclare que « la démocratie est comme un tramway. On peut l'utiliser pour se rendre là où on veut aller. Ensuite, on descend”.

Aujourd'hui, la Turquie a une économie florissante, avec la plus grande armée de la région. Et bien-sûr, elle est la seule, qui a déjà dirigé le Moyen-Orient (durant l’ère de l’Empire Ottoman). Mettez-vous maintenant à la place des musulmans sunnites. Aucun de ces faits n’échappe à ceux qui sont à la recherche du bon cheval. Et c'est précisément pour cette raison qu'Erdogan est aujourd'hui le leader le plus populaire de la région. Les islamistes idéalistes du monde musulman mettent tous leurs espoirs sur la Turquie.

Et pour finir, et cela est absolument essentiel pour comprendre comment les islamistes turques s'y prennent. Depuis les évènements du 11/09/2001, Ankara est naturellement toute disposée à faire le contrepoids d’Al-Qaïda et de l'islam radical. Depuis 10 ans, les turcs suivent la méthode du groupe islamiste le plus puissant du monde, le mouvement de Fethullah Gülen. Le Premier ministre Erdogan et le président Gul sont des disciples de ce mouvement. L'objectif du mouvement Gülen est très simple. Son but est d'être approuvé. Grâce à des campagnes de sensibilisation, ils ont réussi à se démarquer comme étant le modèle type de la tolérance religieuse. Contrairement aux groupes radicaux comme Al-Qaïda qui utilisent la terreur pour atteindre l'objectif d'un califat, l'islam turc a réussi à gagner l'approbation de l'occident. L'islam turc se présente sous une forme capable de s’adapter, par « du sur-mesure ». Mais son objectif ultime est le même : l'unification du monde islamique, la résurrection du califat. Et jusqu'à ce jour, nous nous sommes pleinement fait avoir par leur stratagème.

L’objectif de la Turquie est d’agrandir son influence régionale, qui d’ailleurs a progressé de manière constante. Il y a sept ans, j'étais le seul avec quelques autres personnes à mettre les gens en garde. A l'époque, on se moquait de nous. Dans sept ans nous regarderons tous en arrière, en nous demandant comment nous avons pu être aveuglés de ne pas avoir à ce point là et de ne pas avoir vu cela plus tôt.

Article original : http://www.wnd.com/index.php?fa=PAGE.view&pageId=306481

Re: Fin des temps - l'Assyrie dans la bible

Nouveau messagePosté: 1 Mar 2013 15
de Morpheus
Le nazislamiste turc Erdogan tombe le masque

Michel Garroté, réd en chef –- Or donc, le Premier ministre islamiste turc Erdogan s’attire des critiques de la part du secrétaire général de l’ONU, des Etats-Unis et d’Israël, car il allègue que le sionisme serait, selon lui, un « crime contre l’humanité ». « Comme c’est le cas pour le sionisme, l’antisémitisme et le fascisme, il devient maintenant inévitable de considérer l’islamophobie comme un crime contre l’Humanité », ajoute, en outre, Erdogan, devant un Forum organisé par l’Organisation des Nations Unies, Forum pour, soi-disant, promouvoir le pseudo-dialogue entre les religions.

Autrement dit, selon Erdogan, sont assimilables à des crimes contre l’humanité et à de grands criminels génocidaires : Theodor Herzel ; Ben Gourion ; Shimon Peres ; l’Exodus ; le foyer juif ; les kibboutz ; l’Alyah ; le Kotel ; les Prophètes d’Israël ; le Roi et psalmiste David ; les juifs israéliens qui refusent de se faire anéantir par leurs voisins musulmans ; l’histoire juive ; le peuple juif ; et tout le judaïsme.

L’islamiste Erdogan a démontré à maintes reprises qu’il est foncièrement christianophobe et judéophobe. Erdogan a déclaré à de nombreuses occasions que les turcs musulmans résidant au sein de l’Union Européenne ne doivent pas s’assimiler. Ils doivent donc se comporter en colons arrogants.

Erdogan finance les terroristes du Hamas et les flottilles islamistes. Erdogan reste un négationniste fervent à propos du génocide arménien qu’il refuse, encore et toujours, de reconnaître. Erdogan fait emprisonner ou assassiner les citoyens turcs laïcs qui ne partagent pas sa vison islamiste de la Turquie et du monde.

Un porte-parole du secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon rejette les toutes récentes allégations, du chef du gouvernement islamiste turc, sur le sionisme. Le secrétaire général Ban Ki-moon juge « maladroit » que des commentaires aussi blessants et qui suscitent des divisions soient prononcés à une réunion qui a précisément pour thème le « leadership responsable ». Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu s’étonne, lui aussi, de ces allégations. « C’est une déclaration sombre et mensongère d’un genre qu’on pensait révolu dans ce monde », déclare Netanyahu.

La Maison blanche dénonce également les propos d’Erdogan, quelques heures avant la visite ce vendredi du secrétaire d’Etat américain John Kerry à Ankara, où il est sensé « s’entretenir » avec le Premier ministre islamiste turc. « Nous rejetons l’assimilation par le Premier ministre Erdogan du sionisme à un crime contre l’Humanité, qui est offensante et fausse », déclare, de son côté Tommy Vietor, porte-parole du Conseil de Sécurité de l’ONU.

En 2009, Erdogan a traité le prix Nobel de la Paix Shimon Peres de tueur. En 2010, Erdogan a accusé Israël de terrorisme d’Etat. En 2011, il a considéré l’Etat hébreu comme une « menace pour la région » du fait qu’il dispose de la bombe atomique. Dans des câbles diplomatiques rendus publics en 2010 par Wikileaks, des diplomates américains ont imputé la dégradation des relations turco-israéliennes à la haine d’Erdogan envers Israël. « Erdogan hait tout simplement Israël », écrivaient les diplomates américains. Il hait – aussi – tous les Juifs et tous les Chrétiens.

Reproduction autorisée avec mention http://www.dreuz.info

Re: Fin des temps - l'Assyrie dans la bible

Nouveau messagePosté: 12 Juin 2014 21
de Reloaded
Les extrémistes de l'ÉIIL étendent leur emprise dans le nord-est de la Syrie

BEYROUTH - Le groupe extrémiste qui a pris le contrôle de Mossoul, dans le nord de l'Irak, encercle la ville de Deir ez-Zor en Syrie voisine, ont déclaré mercredi des militants de l'opposition syrienne.

«Ils ont encerclé la ville. Il n'y a plus d'entrée et de sortie permettant aux gens de fuir», a affirmé un militant de la région qui s'est présenté sous le nom de Salar. L'information a été confirmée par un deuxième opposant qui se trouve près de Deir Ez-Zor et qui utilise le nom d'Abou Abdallah.

La ville, située sur les rives de l'Euphrate dans le nord-est de la Syrie, est l'un des derniers bastions de résistance à l'État islamique en Irak et au Levant (ÉIIL).

L'emprise du groupe extrémiste s'étend à plus de 280 kilomètres à l'est de l'autre côté de l'Euphrate, de la ville de Racca, dans le nord-est de la Syrie, jusqu'à Busayra, dans la province de Deir ez-Zor, a expliqué Abou Abdallah. De là, ils se trouvent à environ 100 kilomètres de la ville syrienne de Bukamal, à la frontière avec l'Irak.

Leur contrôle s'étend également plus loin vers le nord-est, jusqu'à la province d'Hassaké, frontalière avec la Turquie. Mais les extrémistes de l'ÉIIL ne contrôlent pas une poignée de villes frontalières kurdes, a indiqué Salar.

Dans la province d'Alep, dans le nord de la Syrie, une coalition rebelle dominée par des factions islamistes a annoncé une nouvelle tentative de déloger les combattants de l'ÉIIL de leurs bastions à Manbij et à Al-Bab et dans les villages environnants.

Cette annonce a été rapportée par l'Observatoire syrien des droits de l'homme, une organisation de l'opposition syrienne établie à Londres qui s'appuie sur un réseau de sources sur le terrain.

http://www.985fm.ca/international/nouve ... 24700.html

Re: Fin des temps - l'Assyrie dans la bible

Nouveau messagePosté: 11 Oct 2014 08
de Reloaded
Mein Kampf devient un best-seller en Turquie - AFP - 16/03/2005

Publié pour la première fois en turc en 1939, "Mein Kampf" d’Adolf Hitler figure depuis plusieurs semaines au palmarès des meilleurs ventes des libraires turcs, un engouement qui s’explique, selon les spécialistes, par son prix bas aussi bien que par une poussée nationaliste.

Depuis janvier, "Mein Kampf" s’est vendu à près de 50.000 exemplaires et cette semaine il se classe au quatrième rang des meilleures ventes, selon le libraire D&R. Ecrit en prison en 1925, "Mon combat" a pour la première fois été traduit en turc et publié en 1939, dans un pays déchiré par une lutte d’influence entre l’Allemagne nazie et les alliés.

"Mein Kampf était un best-seller caché, nous l’avons sorti du placard pour des raisons commerciales", explique à l’AFP Oguz Tektas des éditions Manifesto, qui tient à préciser que son entreprise n’avait d’autre motif que de "gagner de l’argent". Publié et vendu librement au cours des années par une douzaine d’éditeurs, il se vendait à moins de 20.000 exemplaires par an pour environ 20 nouvelles livres turques (YTL - 11,6 euros) alors que la nouvelle édition est mise en vente à 5,90 YTL (3,4 euros). "Ceux qui veulent connaître une personne qui a mis le monde à feu et à sang le lisent", a déclaré M. Tektas, dont les éditions sont les premières à offrir à bas prix l’ouvrage, écoulant en deux mois 23.000 exemplaires.

"Ce livre, qui n’a pas le moindre lot d’humanité, semble malheureusement être pris au sérieux ici", déplore pour sa part le politologue Dogu Ergil, interrogé par un journal turc. Selon lui, l’engouement pour "Mein Kampf" dans ce pays à forte majorité musulmane s’explique notamment par une recrudescence de l’antisémitisme et de l’anti-américanisme nourris par l’occupation de l’Irak et les violences contre les Palestiniens.

"Le nazisme enterré dans les oubliettes de l’histoire en Europe a commencé à apparaître chez nous", regrette le professeur Ergil.

La majorité des juifs turcs sont établis à Istanbul, qui compte 18 synagogues. En novembre 2003, deux synagogues stambouliotes avaient été la cibles d’attentats islamistes qui avaient fait 25 morts et des centaines de blessés.

Re: Fin des temps - l'Assyrie (Turquie) dans la bible

Nouveau messagePosté: 11 Oct 2014 09
de Reloaded

Re: Fin des temps - l'Assyrie (Turquie) dans la bible

Nouveau messagePosté: 15 Oct 2014 07
de Reloaded
Turquie, la nation de l'antichrist, Des signes de soutien à l'Etat islamique se propagent à Istanbul

Des pro-djihadistes envahissent le campus de l'université et des drapeaux de l'EI vus dans la capitale turque

A Istanbul, les intellectuels et les étudiants craignent l’émergence de groupes pro-Etat islamique après que des émeutiers soutenant le groupe djihadiste ont envahi récemment l’université de la capitale turque, a indiqué mardi un rapport de l’Associated Press.

Le 26 septembre, des activistes pro-djihadistes ont pénétré sur le campus aux cris de "Allah Akbar" et ont provoqué les étudiants des organisations de gauche. Les étudiants et les émeutiers se sont affrontés avec des bouteilles de verre dans le hall principal de l’université, rappelle le rapport.

Depuis, d’autres incidents du même type ont éclaté après de nouvelles descentes sur le campus et les médias turcs ont rapporté une série d’arrestations par la police. Lundi, les autorités ont dispersé une bagarre entre étudiants dans l'université et ont interpellé 42 étudiants. Des bâtons et un couteau à viande ont été récupérés sur les lieux.

Selon les médias locaux, plusieurs autres signes de soutien à l’Etat islamique ont été repérés dans la capitale turque : un drapeau de l’organisation djihadiste a été vu sur une voiture et une boutique de "cadeaux souvenirs" aux couleurs de l’EI aurait ouverte. Le magasin, aujourd’hui vide, aurait vendu des t-shirts et des survêtements comportant l’emblème de l’organisation djihadiste. Par ailleurs, une vidéo montrant un adolescent portant un t-shirt à l’effigie des djihadistes a circulé sur les réseaux sociaux, augmentant un peu plus la crainte des habitants d’Istanbul, poursuit le rapport.

suite http://prophetie-biblique.com/construct ... esoria.php

Re: Fin des temps - l'Assyrie (Turquie) dans la bible

Nouveau messagePosté: 16 Mar 2017 15
de Reloaded
Turquie : Le président islamiste turc veut « mobiliser le monde musulman » contre l’Europe

BREIZATAO – ETREBROADEL (15/03/2017) Lancé dans une nouvelle confrontation avec l’Europe, le président islamiste turc Recep Tayyip Erdogan a juré de « mobiliser » le monde musulman contre les Européens comme le rapporte le Hurriyet Daily News (source).

Nouvel épisode de rage et de fanatisme à la tête de la présidence turque. Motif ? Les Pays-Bas et l’Allemagne refusent de laisser le gouvernement islamiste turc faire campagne sur leur sol en faveur du référendum pour la création d’une république islamique autoritaire.

S’exprimant lors d’une conférence médicale, Erdogan s’est livré à une nouvelle série de menaces contre les Européens, assurant que la Turquie « intensifiera ses efforts » pour lutter « contre l’islamophobie » sur la scène internationale, notamment au sein de « l’Organisation Islamique pour la Coopération » qui rassemble les pays musulmans du monde entier.

Lea más en http://breizatao.com/2017/03/15/turquie ... 85wvDRY.99

Re: Fin des temps - l'Assyrie (Turquie) dans la bible

Nouveau messagePosté: 11 Aoû 2018 13
de Reloaded
Les Kurdes syriens, sur le point de chasser l'EI et sous la menace d'Erdogan

REPORTAGE. En pleine bataille pour déloger Daech de son dernier bastion, les milices kurdes et leurs alliés arabes sont dans le viseur de la Turquie. Par Jérémy André, envoyé spécial à Ain Issa et Manbij (Syrie)

A Qamishly, dans le nord-est de la Syrie, combattants des Forces democratiques syriennes lors des funerailles d'un de leurs membres tue a Hajin, le 3 decembre.

Les jours difficiles, Jiihan Sheikh Ahmed peut s'accrocher à ce souvenir : « Quand nous sommes entrés dans Raqqa, j'étais si heureuse, malgré toutes les destructions », raconte la commandante kurde, née en 1981 dans cette ville du nord de la Syrie, tristement célèbre pour avoir été durant près de quatre ans une des capitales de l'État islamique (Daech en arabe). Aujourd'hui est un de ces moments difficiles.

En effet, tandis que les camarades de Jihan, les Forces démocratiques syriennes (FDS), alliance arabo-kurde soutenue par les Américains, luttent pour en finir avec Daech, le président turc, Recep Tayyip Erdogan, a annoncé, mercredi 12 décembre, une nouvelle opération contre les « terroristes à l'est de l'Euphrate ». Autrement dit les FDS.

https://www.lepoint.fr/monde/les-kurdes ... 7h2viBvTzs

Re: Fin des temps - l'Assyrie (Turquie) dans la bible

Nouveau messagePosté: 20 Déc 2018 12
de Reloaded
Syrie : Erdogan annonce une offensive imminente contre les forces kurdes

Le président turc a annoncé, mercredi, le lancement « dans les prochains jours » d’une offensive contre les territoires tenus par les Kurdes et leurs alliés dans le nord du pays.

Une nouvelle offensive turque est imminente contre des milices kurdes en Syrie. Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, a annoncé, mercredi 12 décembre, le lancement d’une opération « dans les prochains jours », au risque de brouiller davantage ses relations avec son parrain américain, pour qui une telle opération serait « inacceptable ».

Ce serait la troisième offensive lancée par la Turquie en Syrie, où elle est déjà intervenue en 2016 et début 2018 pour repousser de sa frontière les djihadistes du groupe Etat islamique (EI) et les combattants kurdes des Unités de protection du peuple (YPG).

Lire aussi Syrie : l’armée turque bombarde une milice kurde soutenue par Washington
Cette milice kurde, épine dorsale des Forces démocratiques syriennes (FDS), une coalition arabo-kurde soutenue par les Etats-Unis dans la lutte contre l’EI, est considérée comme terroriste par Ankara, qui craint plus que tout la création d’un « Etat kurde » à sa frontière.

La collaboration entre Washington et les YPG est l’une des principales pierres d’achoppement troublant les relations turco-américaines.

« Inacceptable », pour Washington: « Nous disons que notre opération pour sauver l’est de l’Euphrate de l’organisation terroriste séparatiste va commencer dans les prochains jours », a déclaré mercredi M. Erdogan, se référant à des zones contrôlées par les milices kurdes dans le nord de la Syrie. « Notre objectif, ce ne sont pas les soldats américains, mais les membres de l’organisation terroriste active dans cette région », a-t-il souligné.

En réponse, un porte-parole du Pentagone, le capitaine Sean Robertson, a souligné qu’une « action militaire unilatérale (...) dans une zone où du personnel américain pourrait être présent, est très inquiétante ». « Nous considérerions une telle action comme inacceptable », a-t-il ajouté.

Suite https://www.lemonde.fr/international/ar ... uiJGZ9mWk8
http://editionsfv.ch/914-l-antichrist-v ... atuto.html

Re: Fin des temps - l'Assyrie (Turquie) dans la bible

Nouveau messagePosté: 22 Déc 2018 10
de Morpheus
Retrait américain de Syrie: Erdogan est désormais le maître du jeu

En Turquie, il aura fallu plus de 24 heures pour que le président Recep Tayyip Erdogan s’exprime après l’annonce par Donald Trump du retrait des forces américaines de Syrie. Le président turc a promis que la Turquie allait s’en prendre aux « deux menaces terroristes » à ses yeux : les milices kurdes et les derniers jihadistes de l’État islamique.

« Si le retrait des troupes américaines est mis en application, c’est la Turquie qui va éradiquer les jihadistes de l’État islamique tout comme les milices kurdes des YPG ». Cette déclaration, c’est Recep Tayyip Erdogan lui-même qui l’a faite vendredi 21 décembre.

Selon le président turc, tout aurait été convenu lors d’un entretien téléphonique avec le président américain le 14 décembre dernier. Après avoir parlé avec son homologue américain Erdogan aurait accepté de retarder l’opération militaire imminente de l’armée turque contre les forces kurdes à l’est de l’Euphrate et de laisser du temps à Washington pour rapatrier les militaires américains.

Bref, après l’annonce de Donald Trump le président turc se considère décidément comme le maître du jeu. Selon lui la Turquie va désormais élaborer une stratégie pour éliminer les dernières zones contrôlées par les jihadistes. Et il met même la pression sur les Américains. Si Erdogan a accepté de reporter l’offensive contre les milices kurdes, ce sursis n’est pas indéfini.

Suite http://m.rfi.fr/moyen-orient/20181221-r ... BCgVyAWBBs

Re: Fin des temps - l'Assyrie (Turquie) dans la bible

Nouveau messagePosté: 15 Jan 2019 06
de Reloaded
Syrie : Trump menace la Turquie de catastrophe économique si elle attaque les Kurdes

Le président américain Donald Trump a menacé dimanche la Turquie d’une catastrophe économique, en cas d’attaque contre les Kurdes après le prochain retrait des troupes américaines de Syrie, tout en appelant les Kurdes à ne pas “provoquer” Ankara.

Les Etats-Unis vont “dévaster la Turquie économiquement si elle attaque les Kurdes”, a tweeté Donald Trump, qui appelle également à la création d’une “zone de sécurité” de 30 kilomètres, sans plus de précisions sur sa localisation ou sur son financement.

Ces déclarations interviennent alors que le secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo effectue une tournée au Moyen-Orient. Une visite destinée à rassurer ses alliés alors que la tension est montée entre les Etats-Unis et la Turquie au sujet du sort des Kurdes de Syrie, qui ont lutté aux côtés des Etats-Unis contre le groupe djihadiste Etat islamique (EI).

La situation des combattants kurdes a été fragilisée par l’annonce faite par Donald Trump en décembre de retirer 2000 soldats en Syrie. La principale milice kurde de Syrie, les Unités de protection du peuple (YPG), épine dorsale sur le terrain de la lutte contre l’EI, est, en effet, menacée par une possible offensive de la Turquie, pays voisin de la Syrie.

Ankara qualifie les YPG de “terroristes” pour leurs liens présumés avec le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) qui livre une guérilla sur le territoire turc depuis 1984. Et elle ne cache pas son intention de lancer une offensive contre eux pour éviter la formation, à ses portes, d’un embryon d’Etat kurde susceptible de raviver le séparatisme des Kurdes de Turquie.

http://www.estafa-constructora.com/
https://www.lemondejuif.info/2019/01/sy ... wCFpoid9Ck